• Drôle de justice !

    Imprimer

    Comme si les temps n’étaient pas assez durs pour les entrepreneurs comme cela. Faut-il vraiment que la justice les achève ?

    Qu’elle n’a pas été la surprise en effet, de la patronne d’une petite entreprise de la place (alors que face au silence obtus d’un de ses clients, elle a dû se résoudre à engager une démarche judiciaire) de se retrouver face à un juge et à une avocate (de la partie adverse) visiblement d’accords sur leur conviction ; finalement, c’était elle la fautive.

    En osant réclamer le paiement d’une facture (pour service parfaitement rendu) à un client qui subitement serait devenu « grabataire, sans défense et même handicapé », elle a eu l’impression d’être devenue une illustration vivante de l’inhumanité de ces entrepreneurs qui seraient uniquement obsédés par les profits.

    Tellement certaine que la justice ne pouvait que l’appuyer dans sa démarche consistant à simplement réclamer le paiement de sa facture, il est vrai que cette patronne de PME n’avait même pas pris la peine de se faire soutenir par un avocat. Grand mal lui a pris.

    Est-ce par solidarité pour cette profession ou encore par amitié et/ou affinité politique avec l’avocate de la partie adverse ? Quoi qu’il en soit, le juge n’a jamais voulu entrer en matière par rapport à la légitimité de sa démarche. Au contraire, l’entrepreneure lésée s’est vu reprocher autant la tenue de ses affaires (mais de quoi je me mêle ?) que son manque pitoyable de compréhension envers la situation de son client.

    Aucune explication aussi pertinente soit-elle n’a été même écoutée, dès le début de l’audience, il était clair que pour le juge et l’avocate de la partie adverse, il y avait d’un côté une pauvre victime et de l’autre une méchante patronne capitaliste.

    Résultat, les frais d’avocat de son client et les frais de justice sont donc pour celle qui a eu, apparemment, la très mauvaise idée de tenter de récupérer son argent. Quant à un éventuel et ô combien justifié recours, « ça va vous couter encore plus cher » lui a martelé le juge.

    Ça serait donc ça la justice ?  Elle dépendrait des affinités des forces en présence et ne pas le savoir serait faire preuve de naïveté ?

    Je ne fréquente pas assez (voir même pas du tout) les cours de justice pour savoir s’il s’agit d’une fâcheuse exception ou si c’est la règle de perdre quand on se présente sans avocat.

    Quoi qu’il en soit, cette histoire m’a été racontée il y a quelques jours et elle m’est apparue tellement scandaleuse que j’ai eu besoin de l’écrire.

    Une chose est certaine cependant, il n’était vraiment pas nécessaire qu’à la sortie de l’audience, l’avocate (qui a donc gagné) se permette, en plus, une ultime provocation envers la pauvre patronne qui n’avait vraiment pas besoin de ça ….

    Lien permanent Catégories : Humeur 2 commentaires