Entente contrainte

Imprimer

Il s’en trouvera toujours un ou deux pour râler, dénoncer et donner des leçons mais, étrangement, même si la situation est particulièrement préoccupante, dans l’ensemble on perçoit dans les médias, la classe politique, l’opinion publique et même, dans une moindre mesure, sur les réseaux sociaux, une certaine unité aussi inédite que fragile.

Cette unité face à un ennemi commun n’est sans rappeler cette façon surprenante de créer, un esprit d’équipe qu’on retrouve parfois dans le sport (et l’armée aussi, je crois...).

Pierre Fehlmann l’a expérimenté à l’époque, des entraîneurs de foot aussi mais c’est surtout l’entraîneur de NHL le plus titré (9 coupes Stanley avec 3 équipes différentes) Scotty Bowman qui était, selon la légende, le spécialiste pour se mettre à dos ses joueurs afin que ceux-ci soient rassemblés et animés par un sentiment en commun, la détestation de leur coach.  

À priori la méthode est éprouvée et efficace et, effectivement, cette crise sanitaire ô combien angoissante nous le démontre quotidiennement; face à un adversaire commun, l’unité se fait presque naturellement.

Alors si une entente contrainte a permis à des équipes sportives de remporter des titres, puisse cette unité forcée qui nous rassemble depuis quelques jours, nous permettre, à notre tour, de gagner collectivement notre combat face à la pandémie qui nous frappe depuis quelques semaines.

Pour cela, nous savons tous ce qu’il faut et surtout ce qu’’il ne faut pas faire. A nous d’être responsables et solidaires !

Lien permanent Catégories : Air du temps 1 commentaire

Commentaires

  • Belle "entente contrainte" ! Cependant, à la mi-temps, le score est :
    Ennemi commun 1 - 0 Nous

Les commentaires sont fermés.