La fin d’une certaine arrogance ?

Imprimer

Et voilà, que nous nous retrouvons avec une pandémie, avec une préoccupation partagée par l’ensemble de la population mondiale. Peu importe notre statut social, nos origines et nos convictions, nous sommes tous égaux face à l’irruption dans nos vies privées et professionnelles d’une maladie inédite.

 

Comme lors des graves accidents nucléaires, notre incapacité à maîtriser une réalité qui nous dépasse vient alors nous rappeler nos cruelles limites.

Non, nous ne maîtrisons pas tout, oui nous sommes  encore et toujours vulnérables.

 

Du coup il est beaucoup trop tôt pour dire si, par exemple, la décision  de fermer les écoles est la bonne ou, si au contraire, les élèves ne seraient pas plus à l’abri du virus dans leur salle de classe plutôt que d’être ballottés d’un membre de la famille à un autre (à l’exception notable des habituels grands-parents)  en passant par des services de garde plus ou moins improvisés.

 

On ne sait pas si, une fois que le travail aura repris en Chine, la pandémie qui semble s’être calmée là-bas, ne se développera pas de plus belle ?

 

On se demande si la mise en quarantaine de tout un pays comme cela se passe en Italie, ne va pas devenir notre réalité dans quelques jours.

 

Bref, à l’exception peut-être de quelques professeurs, chercheurs et autres médecins spécialisés qui eux même admettent une large part d’inconnu, personne ne peut dire aujourd’hui qu’elle sera la situation demain, la semaine prochaine et lors des prochains mois....

 

Même nos donneurs de leçons et autres démagogues simplistes habituels restent bouche bée en attendant de pouvoir désigner des boucs émissaires sur lesquels la population pourrait reporter ses frustrations.

 

Mais d’ici là, pourquoi ne pas profiter de cette période aussi insolite qu’historique pour faire preuve d’une véritable solidarité virtuelle en utilisant, le plus régulièrement possible, les différents moyens de communication à notre disposition pour prendre des nouvelles quotidiennes de nos aînés, de nos familles et autre amis  ?

 

Pourquoi ne pas approfondir nos relations avec celles et ceux qui vivent autour de nous et qu’on a parfois tendance à considérer comme faisant partie de notre paysage plutôt que comme des êtres humains aux prises avec leurs propres tourments ?

 

Pourquoi ne pas profiter de cet isolement social imposé pour se (re)mettre à lire, à écrire, jouer, bricoler, apprendre, trier, aimer,.... mais aussi et surtout;  à réfléchir sur le sens de tout ça, sur la finalité de cette société mondialisée qui semblait encore omnipotente il y a quelques semaines et qui aujourd’hui nous dévoile ses pires travers.

 

Bien sûr, il ne faut pas que cette pandémie nous ébranle trop longtemps si non  économiquement cela va vite devenir intenable, en particulier pour les petites entreprises véritablement impactées, genre agences de voyage, restaurants, lieux de culture, etc.

 

N’empêche que même s’il est paradoxal d’appeler à la fois à la solidarité et à l’isolement, il est bon de penser que cette crise nous permettra de nous poser les bonnes questions, de relativiser nos succès et nos craintes  et donc d’aborder  l’avenir avec un peu moins d’arrogance.

 

Ça serait toujours  ça de gagné....

par respect pour nos morts.

 

 

 

 

 

 

NB : Oui j’avoue ça n’a rien à voir avec la campagne municipale, mais bon celle-ci  est terminée et surtout, il est des réalités qui emportent tout sur leur passage, telle la truffe dans un plat de résistance.

 

 

Lien permanent 6 commentaires

Commentaires

  • Exit la globalisation dans laquelle seul le profit a court terme comptait et donc, notamment, finis les reves de la Chine de coloniser économiquement le monde occidental avec l`appat des bas couts de production et la "nouvelle route de la soie". Apres le virus, beaucoup de choses risquent de changer dans le bon sens meme si cela ne va pas forcément plaire a tout le monde.

  • "Même nos donneurs de leçons et autres démagogues simplistes habituels restent bouche bée "
    Elle est bien bonne, celle-là ! Vous vous voyez comment, vous ?

  • Vous pensez comme moi à la production d'une usine à trolls russe?

  • La route de l'à soi n'est pas fermée à Genève, et le pire à venir des roses-verts nouveaux élus porte-paroles des communautés d'immigrations folles, le Libanais en tête de popularité au sein des maires frontaliers, va nous le faire savoir cash.

    Dès lundi. Nombre de salariés en sous-traitance de nos services publics ont été mis sur la touche vendredi soir "vous allez rester chez vous et dès lundi, vous ne travaillerez plus que sur appel". Ils savent qu'il ne leur reste qu'à attendre leur lettre de licenciement.

    Problème transfrontalier: le traitement du chomage technique en France pour les Français salariés en Suisse, peut être exigeant à 100% de couverture de perte d'emploi, et n'a pas à coïncider avec le traitement de salariés Suisses mis au chomage par les mêmes employeurs dont les salariés Français en Suisse se jugeraient pénalisés, au regard des droits accordés en France.e

    Trop Mignon de n'être que d'humbles Suisses minoritaires dans la masse salariale de salariés issus de France 6 Co chez employeurs sur sol Suisse,
    quand bien même ces employeurs en question font dans la sous-traitance de nos services publics dits "régaliens".

    Dès lundi donc, combien de salariés dans la sous-traitance d'emplois régaliens sont consignés sans emploi, assignés à rester dispos sur appel, sans garantie de travail futur, mais objectivement en attente de lire leur lettre de licenciement.

  • C'est la glorieuse incertitude du choix politique en démocratie représentative : un coup tu gagnes, un coup tu perds. Si l'on ajoute un paramètre trans-frontalier, la probabilité d'obtenir raison n'est plus que de 25%. Et si l'on pousse le vice d'inclure le COVID-19 dans cet univers pourri, l'indice de satisfaction baisse à 17%. Moralité: «Produire et faire croître, produire sans s'approprier, agir sans rien attendre, guider sans contraindre c'est la vertu suprême.» Laozi, «Daodejing».

  • Voici un article sur le sujet que tout le monde devrait lire:

    https://www.lefigaro.fr/politique/c-est-terrible-le-temoignage-glacant-de-jean-rottner-medecin-et-president-de-la-region-grand-est-20200315

Les commentaires sont fermés.