22/12/2016

Le meilleur

Oui je sais il se passe plein de choses plus graves mais il n'empêche qu'en ce qui me concerne la nouvelle la plus triste de la semaine est quand même le départ pour toujours du prodigieux Mix & Remix.

Avant mardi matin, je ne savais même pas qu'il était malade, son décès m'a sacrément surpris. Comment ça il est parti ? Ce n'est pas possible, pas maintenant, pas juste au moment où les réacs  contre-attaquent alors qu'on a plus que jamais besoin de son regard.... 

Qui va se moquer des égos de Trump, Poutine et ... Decaillet ? Qui  saura ridiculiser les xénophobes ? Qui apportera d'un mot et d'un coup de crayon la pointe d'humour nécessaire aux rébarbatives brochures officielles et autres ouvrages pédagogiques en tout genre ? 

C'est bizarre, il était partout mais au lieu de lasser, ses dessins apparaissaient au contraire comme des évidences. Sa seule présence apportait  une véritable plus-value aux médias qui l'employaient. C'est bien simple, j'ai arrêté l'Hebdo le jour où je n'y ai plus trouvé sa page. Quant à sa participation à Infrarouge, elle permettait de tout faire passer, même les immuables présences de Freysinger dont on savait, alors, qu'il n'échapperait pas au coup de crayon caustique du génial dessinateur romand. 

Bref, l'absence de cet extraordinaire dialoguiste m'est déjà insupportable et la seule chose qui me console c'est de savoir qu'il a rejoint le Paradis des dessinateurs et qu'avec Cabu, Wolinski et tous les autres, il devrait bien se marrer.

Merci pour tout et À Dieu donc Mix, tu étais le meilleur ! 

07:37 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (12) | |  Facebook | | | |

26/06/2015

Dérapages ou nouveau mode de communication ?

Tout le monde se dit conscient de l’importance de bien savoir communiquer. Les entreprises, les partis, les hommes politiques, les sportifs, les artistes même, bref tous ceux qui ont quelque chose à vendre ont, aujourd’hui, besoin des services d’un responsable de la communication, d’un attaché de presse et autres « spin doctor ». Ceux-ci jouent tous le même rôle; s’assurer que le « produit » dont ils ont la charge apparaissent sous son meilleur jour et rejoigne son public cible sans interférence. Bref, c’est un vrai boulot, visiblement incontournable même si, moins on remarque  à quel point la communication a été fignolée, plus celle-ci est réussie.

Voilà pourquoi, j’ai de la peine à croire que ceux qui ont choisi le mensonge, le dénigrement des opposants, le mépris et les insultes comme stratégie de communication dérapent véritablement.

Il y a deux exemples qui m’interpellent ces temps (peut-être parce j’ai déjà un apriori) les  islamophobes et  Monsanto.

 

Commençons par le leader de l’industrie agro-alimentaire dont on ne demanderait qu’à croire en la sincérité de sa charte et des valeurs figurant en bonne place sur son site internet. Sauf qu’il faut bien constater que cette entreprise est prête à tout pour parvenir à ses fins. Des campagnes calomnieuses de diffamation contre les scientifiques qui osent remettre en cause leurs produits aux pressions économiques sur les agriculteurs, sur les associations paysannes et même sur les communautés publics, rien ne semble arrêter le géant américain.

 Comment croire, alors, qu’une entreprise qui se livre, entre autres, à un véritable racket avec ses semences soit en mesure, comme cela semble être son but, de convertir la planète ? A priori, sa stratégie apparait pour le moins étonnante. N’empêche que cette agressivité ne peut pas être totalement involontaire, même si elle écœure une partie de la population, elle doit sûrement, quelque part, atteindre ses objectifs…

 

Même tactique chez « mes amis » les islamophobes. En multipliant les sites internet, les blogs et même les associations dont l’unique but consiste à dénigrer les musulmans et leur religion (qui ne serait, selon eux, qu’appels aux meurtres, jihad et autre charria), ceux-ci sont convaincus d’être plus lucides que la moyenne, quant ils ne se prennent pas carrément pour des prophètes. On comprend alors qu’ils aspirent à être entendus.

Pourtant leur communication ne tient pas la route, soit ils font dans le simplisme bien lourdaud, soit il faut avoir fait 10 ans d’islamologie pour saisir ce qu’ils cherchent à démontrer.  

Mais en dehors du fond, c’est surtout sur la forme qu’ils sont difficiles à suivre. Leurs arguments se perdent en effet au milieu des invectives dirigées contre les musulmans mais aussi contre ceux qui osent  se poser des questions sur les motivations et la finalité d’un combat si chimérique.

C'est dans doute de bonne guerre, sauf que là encore, pour être plus crédible (tout n’est pas forcément à rejeter dans la dénonciation d’une religion qui a visiblement besoin de.. réformes et de… leaders), il leur faudrait être capable de communiquer sans devoir, en plus (comme le font quotidiennement les sites internet islamophobes), inventer des fausses informations destinées à conforter les ressentiments antimusulmans de leur public cible….

 

Bref, si je n’arrive pas à comprendre comment des communications si agressives et mensongères peuvent être vraiment efficaces, j'ai bien peur toutefois qu'elles n'en soient pas moins mûrement réfléchies.

Est-ce que, quelque part, ce n’est pas nous qui serions de plus en plus exaspérés (et dupes aussi) et les communicants ne feraient alors que miser sur une irascibilité collective qui de latente deviendrait alors, peu à peu, la norme ?

 

07:49 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |