09/09/2018

Que celui qui n’a jamais péché lui jette la première... Pierre !

Au début je ne l’aimais pas, peut-être parce que j’avais l’impression d’avoir à faire à une marionnette déguisée en «premier de classe»  dont les «Geppetto » étaient les deux Pascal (Couchepin & Decaillet) Ceux-ci n’avaient, en effet, de cesse d’exhiber, d’encenser et de mettre en avant cette bête politique qu’ils nous annonçaient comme hors du commun.

Il m’a fallu attendre que Pierre Maudet siège dans un premier exécutif (où en tant que seul conseiller administratif de droite dans un collège de gauche il a dû rapidement mettre de l’eau dans son vin) pour que peu à peu, je veuille bien admettre que sur ce coup là, le journaliste le plus prétentieux du... monde et l’ancien conseiller fédéral avaient fait preuve de perspicacité.

Le (toujours) Président du Conseil d’Etat est en effet le premier (et j’en ai bien peur, le dernier avant longtemps) politicien à avoir réussi à mater le tout-puissant et ô combien arrogant syndicat de la police. Ensuite avec l’opération Papyrus, le prodige de la politique genevoise a fait preuve d’un pragmatisme et d’un humanisme visionnaire qui personnellement (mais contrairement à beaucoup d’autres...) m’ont  convaincu de sa sagacité.

Quoi qu’il en soit, si je peux comprendre celles et ceux qui lui reprochent une ambition et une assurance telles que certaines de ces décisions ont pu apparaître comme de l’abus de pouvoir, j’ai beaucoup plus de peine par contre a tolérer ceux qui depuis quelques jours se complaisent dans l’insulte, le jugement, la condamnation et l’appel à la démission.

Certes de la part de ses adversaires politiques et de ces journalistes (et autres blogueurs) donneurs de leçons (tous vraisemblablement parfaits !?) il n’y a évidement rien de plus constructif à attendre. 

Mais la population ?  Les genevois ont pourtant bien compris qu’en tant que contribuables, les surprenants errements et les fâcheuses omissions de celui qu’ils viennent pourtant de réélire triomphalement au Conseil d’Etat ne nous ont rien couté. 

Sauf que voilà, il apparaît que si les citoyens éprouvent le besoin d’avoir une confiance quasi  totale (et donc un peu naïve) dans ceux qu’ils ont décidé de porter au pouvoir, fort nombreux sont celles et ceux qui, parallèlement ressentent une satisfaction, aussi bizarre que malsaine, à se délecter de la débâcle de ceux-ci. Plus haute étant la chute, plus jouissif étant visiblement l’épanchement collectif ...  

Voilà pourquoi, il semblerait que la carrière politique d’un des meilleurs homme d’état genevois de ces dernières années soit  (malheureusement pour notre canton et même notre pays) bel et bien derrière lui. 

Autant dire que je ne suis pas certain que ce véritable gâchis suscite des vocations politiques parmi les jeunes esprits les plus brillants de la République.  Avec raison, ceux-ci pourraient préférer opter pour une carrière dans le privé, là où il est encore acceptable d’entretenir des nécessaires, mais parfois compliquées, relations professionnelles sans pour autant être  automatiquement jugé et condamné sans autres formes de procès. 

 

10:45 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (18) | |  Facebook | | | |