09/09/2018

Que celui qui n’a jamais péché lui jette la première... Pierre !

Au début je ne l’aimais pas, peut-être parce que j’avais l’impression d’avoir à faire à une marionnette déguisée en «premier de classe»  dont les «Geppetto » étaient les deux Pascal (Couchepin & Decaillet) Ceux-ci n’avaient, en effet, de cesse d’exhiber, d’encenser et de mettre en avant cette bête politique qu’ils nous annonçaient comme hors du commun.

Il m’a fallu attendre que Pierre Maudet siège dans un premier exécutif (où en tant que seul conseiller administratif de droite dans un collège de gauche il a dû rapidement mettre de l’eau dans son vin) pour que peu à peu, je veuille bien admettre que sur ce coup là, le journaliste le plus prétentieux du... monde et l’ancien conseiller fédéral avaient fait preuve de perspicacité.

Le (toujours) Président du Conseil d’Etat est en effet le premier (et j’en ai bien peur, le dernier avant longtemps) politicien à avoir réussi à mater le tout-puissant et ô combien arrogant syndicat de la police. Ensuite avec l’opération Papyrus, le prodige de la politique genevoise a fait preuve d’un pragmatisme et d’un humanisme visionnaire qui personnellement (mais contrairement à beaucoup d’autres...) m’ont  convaincu de sa sagacité.

Quoi qu’il en soit, si je peux comprendre celles et ceux qui lui reprochent une ambition et une assurance telles que certaines de ces décisions ont pu apparaître comme de l’abus de pouvoir, j’ai beaucoup plus de peine par contre a tolérer ceux qui depuis quelques jours se complaisent dans l’insulte, le jugement, la condamnation et l’appel à la démission.

Certes de la part de ses adversaires politiques et de ces journalistes (et autres blogueurs) donneurs de leçons (tous vraisemblablement parfaits !?) il n’y a évidement rien de plus constructif à attendre. 

Mais la population ?  Les genevois ont pourtant bien compris qu’en tant que contribuables, les surprenants errements et les fâcheuses omissions de celui qu’ils viennent pourtant de réélire triomphalement au Conseil d’Etat ne nous ont rien couté. 

Sauf que voilà, il apparaît que si les citoyens éprouvent le besoin d’avoir une confiance quasi  totale (et donc un peu naïve) dans ceux qu’ils ont décidé de porter au pouvoir, fort nombreux sont celles et ceux qui, parallèlement ressentent une satisfaction, aussi bizarre que malsaine, à se délecter de la débâcle de ceux-ci. Plus haute étant la chute, plus jouissif étant visiblement l’épanchement collectif ...  

Voilà pourquoi, il semblerait que la carrière politique d’un des meilleurs homme d’état genevois de ces dernières années soit  (malheureusement pour notre canton et même notre pays) bel et bien derrière lui. 

Autant dire que je ne suis pas certain que ce véritable gâchis suscite des vocations politiques parmi les jeunes esprits les plus brillants de la République.  Avec raison, ceux-ci pourraient préférer opter pour une carrière dans le privé, là où il est encore acceptable d’entretenir des nécessaires, mais parfois compliquées, relations professionnelles sans pour autant être  automatiquement jugé et condamné sans autres formes de procès. 

 

10:45 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (18) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Une fois n'est pas coutume. Je suis d'accord avec vous.

Écrit par : norbert maendly | 09/09/2018

Pierre Paul ou Jean, pas de faux semblant !

Écrit par : Marc | 09/09/2018

Il ne s'agit pas d'être parfais. Pour un politicien, par exemple un excès de vitesse, des coucherie, un oubli fiscale, n'altère en rien son travail.
Lorsqu'il y a copinage, corruption par petits cadeaux, les décisions prises pour renvoyer l'ascenseur, ne sont pas forcément des plus judicieux.
Il donne la même image que Fillon. Ses privilèges de nantis ne lui suffisent pas.

Pour moi, une fois l'enquête terminée, c'est aux citoyens de lui renouveler la confiance. Et ensuite qu'on en parle plus. Je suis pour lui donner une seconde chance, histoire de voir si il a vraiment un potentiel, ou ce n'est que de la com.

Quant au CF, il a montré avec son manque de jugeote qu'il n'a pas le niveau, mon opinion a changé.

Écrit par : motus | 09/09/2018

Bravo, bravo, et merci de nous faire comprendre quelles sont vos vraies valeurs: vous nous faites un éloge très convaincant du mensonge.

"Les genevois ont pourtant bien compris qu’en tant que contribuables, les surprenants errements et les fâcheuses omissions de celui qu’ils viennent pourtant de réélire triomphalement au Conseil d’Etat ne nous ont rien couté."
Vous reprenez tels quels les propos de celui qui a menti et continue de mentir. Parce que vous n'êtes capable de concevoir qu'un coût en monnaie sonnante et trébuchante. Encore une de vos valeurs. Le coût, monsieur, est que Genève est la risée du reste de la Suisse. Et pour le Conseil Fédéral, il n'a plus aucune chance.

"triomphalement", c'est bien sûr un mensonge, mais nous avions compris que vous aimez les mensonges. 51,2% des bulletins valables, un triomphe? Alors que le peuple genevois a été tenu dans l'ignorance des mensonges du monsieur... Si l'on prend en compte les cartes de votes rentrées, il n'atteint pas les 50%. Et quand on sait que la participation était de 38.77%, où est le triomphe? Nulle part sauf dans votre mensonge. Vous parlez des contribuables. Il n'atteint même pas les 25% des contribuables genevois.

Écrit par : Daniel | 09/09/2018

Sacré Daniel, dans le rôle du blogueur donneur de leçon, vous êtes de loin le plus performant.

Je m’attendais donc à ce genre de réaction agressive de votre part mais je dois bien admettre qu’à chaque fois vous parvenez à me sidérer....

Vous êtes décidément trop fort !




@N. Maendly : Tout arrive ; - )

Écrit par : Vincent | 09/09/2018

Présomption de Corruption passive art. 322 quater et/ou Acceptation d'un avantage art. 322 sexies ?
Seule la justice peut et doit se déterminer.

Mensonges à ses pairs et à la population.
Avérés.

Écrit par : simon | 09/09/2018

"Mais la population ? Les genevois ont pourtant bien compris qu’en tant que contribuables, les surprenants errements et les fâcheuses omissions de celui qu’ils viennent pourtant de réélire triomphalement au Conseil d’Etat ne nous ont rien couté. " (Vincent Strohbach)


Au contraire. Cette décision a érodé un peu plus le pouvoir du Conseil d'Etat, du souverain genevois, et de la justice genevoise, l'autorité de la police genevoise, et a donné un nouveau coup de canif dans les relations avec Berne.

https://www.letemps.ch/suisse/geneve-cavalier-seul-regularisation-sanspapiers


L'association dans votre texte de "Les genevois" et de "nous", pour parler de VOUS, est particulièrement révélateur de la suffisance et du mépris que vous portez pour l'Etat, des genevois, et de ceux dont vous pourriez attendre qu'ils fassent un jour la différence entre vous et un non-genevois, à Genève.

Écrit par : Chuck Jones | 09/09/2018

"Sacré Daniel, dans le rôle du blogueur donneur de leçon, vous êtes de loin le plus performant."
Désolé, mais dans ce domaine vous me surpassez, et de loin.

"Je m’attendais donc à ce genre de réaction agressive de votre part mais je dois bien admettre qu’à chaque fois vous parvenez à me sidérer...."
Peut-on savoir quel est votre degré d'études?
Parce que pour les sophismes ad hominem, c'est vous le champion. Vous ne savez tout simplement pas argumenter.

Et comme vous aimez les mensonges et le menteur, une petite récapitulation s'impose:
https://www.letemps.ch/suisse/lignes-rouges-franchies-pierre-maudet

"Les ennuis commencent discrètement en 2016 lorsque le journaliste Raphaël Leroy, qui travaille alors pour Le Matin Dimanche, s’intéresse aux circonstances de ce voyage. Pierre Maudet invoque d’emblée le caractère privé de ses vacances et assure avoir lui-même payé ses billets d’avion. La manœuvre est un succès, l’article ne sera jamais publié et l’affaire semble étouffée."
Mensonge à un journaliste. Pour étouffer l'affaire dans l'oeuf.

"Le parquet ouvre alors une enquête contre inconnu. Pierre Maudet et Patrick Baud-Lavigne sont priés de fournir leurs observations. La version donnée à la justice est édulcorée et ne fait aucunement mention de l’invitation royale. Le conseiller d’Etat commence à fourbir ses armes pour contrer ce qu’il dénonce être un complot médiatico-policier fomenté par des syndicats révoltés."
Mensonge à la justice. Et on découvre un président du CE théoricien du complot.
De mieux en mieux. Visiblement il se croit au-dessus de la loi.

"Les choses se gâtent un peu plus le 11 mai 2018 lorsque la Tribune de Genève révèle l’existence de cet étrange voyage, souligne que Pierre Maudet a visité un centre de sécurité et serré la main du prince héritier. Le ministre répond alors: «Je l’ai rencontré dans le lobby de l’hôtel. On me l’a signalé. Nous avons discuté cinq minutes à bâtons rompus. Ces gens sont plus faciles d’accès qu’on ne pense.» Il estime ne pas avoir à s’expliquer sur un déplacement purement privé et ajoute qu’aucun denier public n’a été dépensé. C’est l’argument censé calmer les esprits, mais c’est à côté du sujet."
Mensonge encore et toujours. Et il élabore même sur ce mensonge. Et il utilise l'argument du "coût" que vous reprenez béatement. (Etes-vous seulement capable de trouver un argument par vous-même? Moi aussi je suis sidéré. Quoique... pas tellement en fin de compte.) Personne ne sort indemne d'un mensonge. Surtout quand il est répété sur une longue période.

"Le 14 mai, Pierre Maudet, sentant le vent tourner, prend les devants et demande à être reçu par la Commission de contrôle de gestion du parlement. Il donne l’impression d’être mal à l’aise, dit pour la première fois que ce voyage a été payé sur place par l’ami d’un ami, montre des récépissés attestant le versement de deux fois 2000 francs aux Eglises pour soulager sa conscience avant son départ. Sur l’enquête du Ministère public, il ne dit mot aux députés."
Mensonges aux députés. Plus mensonge par omission.

"Le 16 mai, Pierre Maudet reçoit une brochette de journalistes pour s’expliquer sur les circonstances du voyage. Un moment de prétendue vérité où il livre un récit amélioré, mis au point à l’occasion d’une séance de crise avec ses compagnons de voyage, qui attribue la générosité de l’invitation à un certain Saïd Bustany, entrepreneur libanais établi aux émirats et ami d’Antoine Daher. «Je crois pouvoir dire, pour l’avoir vu, qu’il ignorait que j’étais conseiller d’Etat»,"
A nouveau mensonge devant les journalistes qui ont le devoir d'informer les citoyens. Notamment pour qu'ils puissent voter en connaissance de cause.

"L’évolution de son discours et ses contradictions ne font qu’accroître le malaise. La crédibilité de ce ministre, que tout le monde croyait à l’abri du scandale, se fissure et le doute s’insinue. Le monde politique bruisse de rumeurs, la presse continue à feuilletonner, l’enquête passe à la vitesse supérieure en toute discrétion avec des auditions, des perquisitions et les dépositions spontanées de certains témoins qui évoquent d’autres faits insolites en lien avec les promoteurs. Fête d’anniversaire et financement d’un sondage, notamment."
Mais peut-être ne comprenez-vous pas ce que cela signifie?
Quels promoteurs? Quels sont les projets de ces promoteurs? L'acceptation d'un avantage par un magistrat est un délit.

"Un signal politique clair alors que la Commission de contrôle de gestion s’empare du dossier et entend une fois encore la fausse version de la bouche de l’intéressé."
Re-mensonge devant les députés de la Commission. Les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures. Celle-ci est nauséabonde.

"Le parquet, qui veut poursuivre Pierre Maudet pour le voyage d’Abu Dhabi et d’autres cadeaux suspects, précise en outre que le ministre a échafaudé un mensonge pour cacher la véritable source du financement."
C'est clair, non?

"Après cette annonce, Pierre Maudet tente encore de sauver la face en envoyant un message à tous ses collaborateurs pour dire qu’il maintient sa version."
Mensonge à ses propres collaborateurs. Cerise sur le gâteau.

Et vous avez la prétention d'écrire que ce monsieur doit rester à son poste, qu'il n'a rien "coûté" à la République! Mais bien sûr qu'il a coûté et qu'il va encore coûter: vous croyez peut-être que les policiers et les juges qui vont enquêter et juger cette affaire travaillent gratis?!
Vous vous foutez de la gueule du monde.

Écrit par : Daniel | 09/09/2018

Daniel,

J’ai hésité a publier votre réquisitoire furax mais bon, vous y avez passé votre dimanche après-midi, je ne peux pas vous faire ça.

Mais peut-être aurait-il été moins astreignant de me lire correctement pour constater que non, je n’ai pas « la prétention d'écrire que ce monsieur doit rester à son poste » ni que j’évoque le fond de l’affaire.

Pour cela, je sais qu’on peut compter sur votre probité proverbiale ....

Parce que vous êtes bien parfait, non ? Rassurez moi !

Écrit par : Vincent | 09/09/2018

Appel à démission? Démissionner, c'est tout ce qui reste à un menteur avéré pour quitter l'arène en Homme digne de ce nom. Pour le reste, je l'ai toujours détesté, ce politicien orgueuilleux et donneur de leçons. Papyrus, outre le nom débile, un simple appât pour la gauche, à la limite de la légalité d'ailleurs. Et, le mec, la justice le dira, un possible pourri... Dégage mon vieux et bon débarras!
Deux de mes maîtres l'ont chanté :
"Watch out now take care
Beware of greedy leaders
They'll take you where you should not go (...)
They just want to grow..."
George Harrison, Beware of darkness (1970), et
"I'm sick and tired of hearing things from uptight-short-sighted-narrow minded hypocritics
All I want is the truth
Just gimme some truth..."
John Lennon, Gimme some truth (1971).

Bien à vous,

Jacques Louis Davier, Genève

Écrit par : Jacques Louis Davier | 09/09/2018

"J’ai hésité a publier votre réquisitoire furax mais bon, vous y avez passé votre dimanche après-midi, je ne peux pas vous faire ça."
Plié de rire! Furax? Nullement! Au contraire, très joyeux!
Passé mon dimance après-midi? Ah bon, pour vous un après-midi dure 20 minutes?
Vous êtes un marrant dans votre genre.

"Mais peut-être aurait-il été moins astreignant de me lire correctement pour constater que non, je n’ai pas « la prétention d'écrire que ce monsieur doit rester à son poste » ni que j’évoque le fond de l’affaire."
Hum!
Vous avez écrit:
"j’ai beaucoup plus de peine par contre a tolérer ceux qui depuis quelques jours se complaisent dans l’insulte, le jugement, la condamnation et l’appel à la démission."
Si vous ne tolérez pas ceux ceux qui appellent à sa démission, c'est que vous voulez qu'il reste à son poste. La logique, vous connaissez? L'insulte? Qui l'insulte? Il a menti, c'est un menteur. Il a pas menti une fois, mais à de multiple reprises et pendant une longue période. Vous avez pris sa défense sur les "coûts". Le fond de l'affaire, personne ne le connaît, car il se garde bien de nous dire ce qui s'est discuté avec le représentant d'un pays qui pratique le génocide au Yémen.

Et ce soir nous avons appris qu'il y a au moins une autre affaire qui mérite enquête et c'est du sérieux, puisque cela concerne des "avantages" acceptés de la part de promoteurs immobiliers à Genève.

Quand il a quitté le CA de la ville, j'étais bien content, quand il a été candidat au CF, je n'ai pas été content qu'il soit battu. Et encore moins content aujourd'hui. Car suite à cette affaire, il aurait prié de prendre IMMEDIATEMENT la porte. Nos compatriotes suisses-allemands ne plaisantent pas avec ce genre de pratiques mensongères. Il n'y a qu'à Genève où on se comporte comme des lâches fuyant les responsabilités. Ou comme des copains et des ....

S'il a menti, il y a UNE RAISON que nous ignorons toujours. Et certainement pas belle à voir.

Dernier point: merci d'avoir publié mon précédent commentaire.

10 minutes.

Écrit par : Daniel | 09/09/2018

A tous ceux qui savent ou qui croient savoir !

"La vérité ne se possède pas, elle se cherche (Albert Jacquard)

Écrit par : Michel Sommer | 10/09/2018

Petit oubli:
"Parce que vous êtes bien parfait, non ? Rassurez moi !"
Bien sûr que non! Mais au moins je réponds à votre question (même si elle est rhétorique), pas comme vous.

"A tous ceux qui savent ou qui croient savoir !
"La vérité ne se possède pas, elle se cherche (Albert Jacquard)"
Hum, et ça c'est une vérité?
Le seul petit problème, c'est qu'il n'y a pas UNE vérité... et qu'il y a encore plus d'interprétations.
Question: est-ce que vous êtes en train de vous chercher? Je parle de votre existence.
Un autre petit problème, c'est par qui une "vérité" est donnée.
C'est aussi vrai que dans le cas qui nous occupe, on cherche toujours la vérité sur le voyage de l'autre. Et que SES mensonges successifs sont une vérité, si ce n'est toute la vérité. Alors continuons à chercher.

Peut-être que vous cherchez toujours à savoir si le soleil va se lever demain...
Comme la Terre voit sa rotation diminuer, peut-être qu'un jour... il n'y aura plus de journées... mais seulement des années...

5 minutes.

Écrit par : Daniel | 10/09/2018

Euh... excusez-moi, M. Strohbach, j'ai peut-être loupé le début de l'histoire, mais il m'a semblé, à la lecture des posts de M. Décaillet durant la dernière campagne, que ce dernier avait plutôt tendance à tirer à boulets rouges contre M. Maudet. Pas vraiment l'attitude du démiurge que vous décrivez envers sa créature.

Écrit par : Olivier Levasseur | 10/09/2018

M. Levasseur,

Idéalement il faudrait pouvoir lui poser la question directement , sauf que;
Si convaincu d’être tellement au dessus de la mêlée, P. Décaillet ne se rabaisse pas à s’entretenir avec les béotiens que nous serions tous (ses ... confrères en particulier) à ses yeux.

Mais pour tenter de répondre à votre commentaire, je dirais que j’ai cru comprendre que le chroniqueur du GHI appréciait nettement plus l’homme d’Etat radical en devenir qu’était jadis P. Maudet que le gouvernant aux pleins pouvoirs (devenu libéral en plus) qu’il est devenu.

Écrit par : Vincent | 10/09/2018

Pour la vérité qui se cherche, une astuce: chercher ce qui n'est pas la vérité.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 10/09/2018

Si vous voulez regarder du côté -promotion immobilière- alors il faudra voir -large- car c'est beaucoup de PLR qui s'amusent et s'entendent pour construire "indélicatement" mais avec l'appui communal de leurs copains de parti. (car là, il a fallu abuser les Citoyens lors des assemblées de communes pour faire passer les projets dévastateurs mais néanmoins très rémunérateurs pour leurs lobbys-constructeurs. En cas de catastrophe commerciale ce sera à la charge des Contribuables....)

Il serait grand temps que le Ministère PUBLIC regarde ces affaires en Romandie de très près.

Je l'ai toujours dit "maudit-maudet"! (une malédiction pour notre pays.) Qu'il change de priorité dans ses passeports et rejoigne la colonie française de ces quadras qui jouent les peoples et se croient au-dessus de la mêlée se permettant tout avec leur sourire de vendeur de dentifrice.

Écrit par : Corélande | 11/09/2018

la plus grande faute de PMaudet est d'avoir négligé les quataris alors qu'ils se rendait aux émirats. Concurrence et jalousie sont féroces là-bas et le prix à payer si l'on ne respecte pas les règles du jeu est élevé. Les quataris ou leurs amis n'en sont pas à leur coup d'essai!

A mon sens, il est du devoir de nos politiciens de côtoyer les acteurs économiques et de le faire en acceptant leurs usages (ce qui ne signifia pas qu'on se fait acheter/corrompre). C'est un équilibre délicat auquel se frottent tous les politiciens qui ont à faire (et pas affaires) avec les milieux économiques et avec les Etats aux usages différents des nôtres.

Mais bon, c'est l'occasion de flinguer l'un des plus brillants politiciens engagé sur Genève..

Écrit par : archi-bald | 11/09/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.