27/07/2018

C’est quoi le « nouveau monde » ?

Ça m’arrache de devoir utiliser mon blog pour répondre à une énième diatribe de l’ineffable P. Decaillet, mais il se trouve que ce monsieur ne publie que les commentaires qui l’encensent.

Toujours est-il que je n’en peux plus de ses énigmatiques « ancien monde & nouveau monde ». En France en particuliers, la présidence de Macron ne serait (selon son texte de mercredi soir) qu’une ultime étape avant que ce pays passe enfin « aux choses sérieuses « et donc à la fin de  ... « l'ancien monde ».

Mais de quoi parle-t-il exactement ? C’est quand, c’est qui, c’est quoi le « nouveau monde » ?

Pour essayer de comprendre, intéressons-nous, nous aussi, à la France où les alternatives à E. Macron sont aujourd’hui (même si d’ici 4 ans, ça pourrait changer) soit J-L. Mélenchon, soit Marine (ou Marion ?) Le Pen.

Vu l’extase manifestée par le collaborateur du GHI après les élections de D. Trump ou encore de M. Salvini, on peut imaginer que c’est à la famille Le Pen qu’il pense pour incarner son fameux « nouveau monde ».

Ce serait donc bien l’avènement des partis populistes nationalistes qui enchanterait notre scribouillard préféré (plus prolixe qu’influent, Dieu merci) et sa petite cour d’admirateurs.

Il est vrai qu’en vomissant sur l’Union Européennes, en ridiculisant l’ONU, en exécrant la globalisation et en insultant les adeptes du multiculturalisme, le voilà clairement sur la ligne des Steve Bannon, Ueli Windisch, Roger Köppel, des mouvements identitaires et autres engeances de l’ultradroite.

Chacun a bien entendu le droit d’estimer qu’il est primordial de revenir au plus vite au bon vieux temps, aux frontières, au protectionnisme et donc à ce nationalisme exacerbé qui a pourtant provoqué tant de guerres le passé.

Le problème c’est que non seulement cela parait économiquement (entres autres) aussi utopiste qu’irresponsable mais qu’en plus, il est tout sauf acquis que ces populations, dont les populistes sont convaincus d’être les portes paroles, désirent réellement se couper du reste du monde en terme de consommation d’abord mais aussi d’exportation, d’échanges culturels ou touristiques. Parce qu’à force de prôner le chacun pour soi, le protectionnisme pur et dur et la fin (?!) de la mondialisation, c’est bien vers ce type de... nouveau monde qu’on pourrait s’en aller.

Quoi qu’il en soit, il apparaît que l’expérience Blocher et les passages fugaces aux exécutifs de leur canton ou commune de O.Freysinger, Y.Perrin ou encore E.Stauffer ont clairement démontré que si les populistes peuvent apparaître relativement séduisants lorsqu’il faut râler contre tout et son contraire, lorsqu’il s’agit de gouverner avec suffisamment d’habileté, de compétences et de vision, ces derniers démontrent très vite leurs cruelles limites.

Le bilan final des années Trump en sera d’ailleurs une nouvelle démonstration, n’en déplaise à son unique (ou presque) véritable admirateur en suisse romande. Tiens P. Decaillet, justement !

07:09 | Lien permanent | Commentaires (23) | |  Facebook | | | |

22/07/2018

On je joue plus !

Ça fait maintenant quelques années que je fréquente les blogs de la Tribune de Genève avec une double casquette ; celle de blogueur sous mon nom et prénom et celle de commentateurs des blogs des autres avec uniquement mon prénom. Sauf que vu les menaces reçues ces derniers jours, j’ai décidé, la mort dans l’âme, de cesser cette dernière activité avec effet immédiat.  

J’étais pourtant relativement fier d’être un des rares intervenants à oser partager son avis sans avoir à me cacher derrière un pseudo mais apparemment ce n’est désormais plus possible. En raison des appels, avec publication de mon adresse privée, à venir s’en prendre à moi et à mon domicile, je vais devoir, à l’avenir, me contenter de partager mes inquiétudes, mes coups de cœurs et autres interrogations uniquement sur « mon blog ». Ce dernier me permettant en effet de gérer les commentaires et donc de ne pas publier les éventuels appels à la violence, insultes et autres monstruosités. 

Il est vrai que c’est surtout contre la fachosphère que j’ai concentré la grande majorité de mes coups de gueule mais, visiblement, chez ces gens-là, on ne supporte aucune remise en question. Pourtant, contrairement à ceux qui se sont fait un malin plaisir à me traiter de gauchiasse, de collabo, d’aveugle, d’islamophile, de troll, de bisounours ou encore d’irresponsable… bienpensant (?), je ne me suis jamais vraiment pris au sérieux et mes commentaires, un brin provocateurs il est vrai, étaient d’abord destinés à susciter des réactions suffisamment virulentes pour qu’on puisse y percevoir l’intolérance agressive d’un bon nombre de ces militants de l’ultradroite qui sévissent, toujours plus nombreux, sur les blogs de la TG.

Il m’est, en effet, apparu depuis longtemps que toute tentative de débat serein avec ce genre d’intervenants, le plus souvent cachés derrière leurs pseudos, était vouée à l’échec. Ceux-ci sont tellement convaincus de détenir La vérité qu’ils ne conçoivent les contradictions que comme des signes évidents de… faiblesse intellectuelle (!?) ou encore de refus d’admettre la réalité, leur réalité. 

Et ce d’autant qu’encouragés par l’apparition de blogs, sites internet, journaux et autres éditoriaux allant dans leur sens, ainsi qu’en vertu des succès électoraux des candidats les plus populistes un peu partout sur la planète, ces néo conservateurs identitaires nationalistes (qui forment ce que l’on nomme, à leur grand désappointement d’ailleurs, la fachosphère), se sentent désormais suffisamment puissants pour assumer leur xénophobie rampante, leur islamophobie inconséquente et leur certitude d’avoir déchiffré avant tout le monde ce qui nous attend demain.

C’est pourtant face à cet environnement hostile que, durant des années, j’ai tenté, sans trop d’illusions il est vrai, de mettre le doigt sur les mensonges les plus grossiers, les exagérations délirantes, les amalgames trop commodes, les propos définitivement racistes et cette absence désolante de respect.

Sauf que non seulement je ne fais pas le poids mais, en plus, je n’ai bien entendu pas le droit de mettre mes proches en danger. Voilà pourquoi, je me suis désormais résolu à contempler de loin, sans recourir à cette espèce de défense instinctive, l’inquiétante progression de l’intolérance, des égoïsmes et des peurs....

 

 

 

 

 

 

 

 

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Nickel les gars

Grand bien vous fasse !    

11:32 | Lien permanent | Commentaires (16) | |  Facebook | | | |

06/07/2018

Aux secours, ils reviennent !

Depuis quand, les attaques de Trump contre l’ONU, 

la victoire des populistes/nationalistes un peu partout dans le monde, 

les impasses structurelles de l’Union Européenne, 

la montée des égoïsmes régionaux et/ou nationaux, 

la remise en question systématique de la probité de ces notables, intellectuels et autres ex-syndicalistes qui forment la classe politique depuis des années, 

le recours à une démagogie crasse destinée à manipuler des citoyens considérés avant tout comme des consommateurs crédules, 

l’apparition de mouvements identitaires en guerre déclarée contre la communauté musulmane, 

etc. etc.

Bref depuis quand cette sombre réalité serait-elle, en fait, une bonne nouvelle ?

 

A lire l’éditorialiste le plus prétentieux de la République, cela serait, en effet, l’éclatante démonstration que les Nations-Unies, la communauté Européenne, la mondialisation et le multiculturalisme n’étaient finalement que des chimères des grands patrons véreux et autres gauchistes mondialistes et que plus vite, on reviendra en arrière, mieux ça sera pour tout le monde.

Il est vrai que les inégalités entre les riches et les pauvres n’ont cessé d’augmenter, que la classe moyenne occidentale qui était pourtant la grande réussite du 20eme siècle, est en train de fondre comme neige au soleil et que ,visiblement, pour une fraction croissante d’individus l’ouverture aux autres et la solidarité sont assimilés à des signes de faiblesse. 

Ok, mais de là à réclamer avec impatience que la disparition des organisations internationales et l’avènement de ce nationalisme protectionniste unilatéral provoquent, enfin, le grand retour des frontières et donc du chacun pour soit, apparaît non seulement irresponsable mais surtout comme le présage de ce que le nationalisme a toujours fini par engranger; La guerre

On a du coup la désagréable impression que nombreux sont ceux qui attendent que les derniers représentants des générations qui ont connu la guerre dans leur chair soient tous morts pour pouvoir effacer, d’un coup d’éponge magique, les monstrueux souvenir de ces épouvantables conflits qui ont secoué l’Europe, au nom du nationalisme justement, avec leurs lots de ressentiments, de haine, de drames, de blessés,d’estropiés et de morts par milliers, de malheurs, de tristesse, de misère, etc. etc.

N’avons-nous donc rien appris en étant prêts à tout recommencer ? Est-ce donc vraiment ce « Nouveau Monde » qui est appelé à remplacer au plus vite le soit disant «Ancien» actuel ?

On peut en avoir d’autant plus peur qu’il apparait que ce retour vers le passé ne fait plus fantasmer que l’extrême droite, d’autres s’échinent désormais à nous vendre cet avenir pourtant ô combien effrayant...

 

09:22 | Lien permanent | Commentaires (45) | |  Facebook | | | |