21/10/2017

15) L’Indépendance

Coucou ma chérie
 
En tant que québécoise, j’imagine que ce qui se passe ces jours en Catalogne ne peut pas te laisser complètement indifférente.
 
Il est vrai que le dernier référendum sur la souveraineté de ta « belle province » date de l’année de ta naissance et aujourd’hui, il semblerait (tu me corrigeras si je me trompe) que le sujet ne soit plus trop tendance....
 
Il n’empêche que, que cela soit pour les catalans, les écossais, les québécois, les basques, les corses, les flamands et d’autres, j’ai bien peur qu’un ou deux référendums perdus de peu ou jugés illégaux ne suffisent à régler le problème une fois pour toutes.
 
Il y a en effet une réalité historique et donc culturelle qui semble échapper à celles et ceux qui ne voient que de l’égoïsme déconnecté de la réalité dans ces multiples velléités indépendantistes.
 
C’est notre ami Jean qui m’expliquait qu’en tant qu’arrière-petit-fils, petit fils, fils, neveu, filleul, cousin, ami et sûrement père de souverainistes pure sucre (d’érable), il ne peut, lui aussi, s’empêcher de rêver du jour où, comme l’ont fait tant de pays au cours des siècles précédents, le Québec proclamera enfin son indépendance.
 
Alors oui, c’est compliqué, oui ça ne fait pas que des heureux et oui vu de l’extérieur cela ressemble à une crise d’adolescents, sauf que si la majorité d’entre nous a la chance d’être fier de son pays, d’autres n’ont tout simplement pas de pays à aimer, ils ont juste une ancestrale aspiration séparatiste enracinée (parfois contre leur gré) là, dans leurs tripes...
 
Et ça, visiblement, génération après génération, ça ne se guérit pas....
 
 
 
 
NB : Je te rappelle, du coup, que c’est bien pour diluer les souverainistes québécois dans une immigration parfaitement sourde à la cause indépendantiste que tu as été accueillie avec tant de bienveillance par... le Canada.
 
Ce très grand pays (grâce auquel tu es devenue sujette de la Reine !?) a, en effet, décidé d’imposer son unité par tous les moyens à sa disposition.
 
Ta venue ainsi que celle de ton frère, de ta maman et des dizaines de milliers d’immigrants (francophones... ou non) qui ne cessent d’arriver dans ce Québec qui ne manque, ni de place, ni de perspectives en est une démonstration….parmi d’autres.
 
Tant mieux pour toi, tant mieux pour vous, tant mieux pour le Canada et tant pis pour les indépendantistes québécois.
 

10:27 Publié dans Lettres à ma fille | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook | | | |