28/05/2017

11) La discipline

 

Les Québécois ont les yeux tellement fixés sur la France que j'imagine que, là-bas non plus, tu ne peux pas échapper aux commentaires sur le gouvernement mis en place par le président français Emmanuel Macron. Ce n'est pas le premier à y penser et c'est vrai que dans l'idéal, l'intention est bonne, en choisissant des personnalités issues de la société civile et donc sans antécédents politiques, le jeune président français mise sur des approches différentes et pragmatiques pour aider son pays à sortir de l'ornière dans lequel il végète depuis si longtemps.

Sauf qu'à ce jour, les quelques ministres issus de la société civile ont très vite été confrontés à un problème essentiel visiblement difficilement surmontable; La discipline.

Parce que si les politiciens professionnels ont toujours entendu invoquer (à défaut d'en observer des démonstrations probantes!) la nécessité d'une discipline qui serait "l'ensemble des règles de conduite imposées aux membres d'un parti afin d'y faire régner l'ordre et de garantir son bon fonctionnement", le moins que l'on puisse dire que ce n'est pas exactement la même doctrine qui a permis la réussite des personnalités issues de la société civile qui sont aujourd’hui jugées aptes à faire partie du gouvernement français.

C'est, à l'inverse, en fonction de leur liberté, de leur individualisme et de leur faculté à remettre en question l'ordre établi que ces femmes et ces hommes sont parvenus à sortir du lot. Malheureusement, n'en déplaise à ceux-ci, il se trouve que la politique est un métier particulièrement réglementé et formel où l'élu ne devrait, en aucun cas, invoquer des intérêts particuliers (ou même de sa circonscription) contre ceux, collectifs, de sa famille politique....

Va essayer d'expliquer ça à un lobbyiste ou à un entrepreneur !

Quoi qu'il en soit, on ne peut qu'espérer que, demain, les français auront enfin droit à un gouvernement qui fasse preuve d'une véritable et inédite... discipline. D'autant qu'en observant les raccourcis simplistes, le suivisme et la démagogie des médias, il apparaît en effet que pour pouvoir gouverner à l'abri de l'influence de ces derniers, une certaine réserve s'impose.

Au président Macron donc de convaincre ses ministres et autres députés que la discipline exigée n'est pas que synonyme de soumission mais bien aussi, voir surtout .... d'efficacité.


Voilà, ma chérie, ce que je voulais te partager sur le thème de la discipline. Même si, comme tu l'as éprouvé, dans notre famille, ça fait des générations que nous sommes allergiques à ce précepte qui apparaît comme l'inverse de la Liberté.

Mais bon, je m'en voudrais pour autant de te dégoûter de t'essayer un jour à la politique. Il te suffit juste de te rappeler que même si elle n'est pas forcément innée, la discipline aussi... ça s'apprend !

 

13:33 Publié dans Lettres à ma fille | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

14/05/2017

10) Les segundos

Tu vois ma chérie, vendredi soir je suis tombé sur la version québécoise de l'émission "Un diner à la ferme". Le concept c'est l'accueil à tour de rôle de 6 autres candidats dans sa ferme et le jugement, notes à l'appui, de ceux-ci sur l'accueil et la qualité du repas servi. Après les premières saisons avec les paysans suisses romands, c'est parmi les paysans suisses émigrés au Québec que se déroule la saison 2017.

Tu comprendras par conséquent que cette émission me touche tout particulièrement. Mais le but de cette lettre n'est pas de revenir sur les aléas notre propre immigration mais bien d'essayer d'en tirer quelques généralités particulièrement frappantes.

La première, et je ne dis pas ça pour me dédouaner, c'est que des parents italiens et espagnols de mes amis d'enfance, aux portugais et autres kosovars que je fréquente professionnellement en passant par les parents asiatiques ou sud américains des enfants qui mangent aux cuisines scolaires dont je m'occupe, il apparaît que pour ceux qui ont quitté leurs pays une fois adulte, indépendamment de leur propres succès ou de ceux de leurs enfants, ce changement drastique de vie restera toujours une douloureuse déchirure. Seuls les plus motivés (ou les plus mal pris), les plus sociables et les plus courageux parviennent à l'endurer.

Il est vrai aussi que dans la grande majorité des cas, c'est d'abord et surtout pour des raisons économiques et/ou de sécurité que des familles fuient leurs pays pour tenter leur chance loin de leurs racines. Les exceptions qui, comme ta maman et moi, ont choisis l'aventure pour l'aventure, sont d'autant plus rares qu'il apparaît bien vite que cette expérience est particulièrement déstabilisante.


La bonne nouvelle et l'émission de l'autre soir en était une démonstration probante, c'est que la deuxième génération semble posséder d'un maximum d'atouts pour réaliser les rêves .... de leurs parents.

Armés d'une volonté hors du commun (voir, suivant les cas, d'un esprit de revanche), riches de leur double culture et d'une conscience aiguë du monde qui les entoure, les segundos (comme on les appelle ici) connaissent selon toutes les statistiques des succès bien supérieurs à leurs camarades "pure laine" (comme vous dites là-bas).

Voilà pourquoi, à part en France qui est l'exemple parfait de ce qu'il ne faut pas faire en terme d'intégration, il apparaît que l'immigration est un véritable tremplin pour les enfants de celles et ceux qui ont décidé (plus ou moins librement) d'aller voir si l'herbe est plus verte ailleurs.

Autant dire qu'avec le retour en force d'une certaine xénophobie nationaliste, cette réalité ne plait pas à tout le monde et ça aussi, ton frère et toi, vous devez le savoir....

12:15 Publié dans Lettres à ma fille | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |