28/01/2017

2) Femme du 21ème siècle

N'oubliez jamais qu'il suffit d'une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devez rester vigilantes votre vie durant. Simone de Beauvoir

 

Tu sais ma chérie mon gros souci, c'est toi. Toi qui débute ta vie de femme sur une planète où des hommes continuent à penser qu'en tant que mâles, ils auront toujours des droits sur vous.

On connaissait déjà ces extrémistes en tout genre qui utilisent leur religion ou leurs traditions antiques pour légitimer leur emprise sur leurs femmes sauf que, cette fois ci, c'est (à nouveau) au niveau politique que des hommes semblent vouloir asseoir leur domination.

Par exemple, la semaine passée à Paris se tenait une monstre manifestation contre, tiens-toi bien,… l'avortement. Oui, oui, en France en 2017 !?

Mercredi, c'est l'ineffable Donald qui nous a signé un décret sur le même sujet en interdisant et stoppant tout financement d'associations en lien avec le contrôle des naissances.

Quant à la fachosphère depuis une semaine, elle se déchaîne en publiant des textes d'une misogynie digne des pires islamistes en réaction à la spectaculaire marche mondiale des femmes (as-tu participé à celle de Montréal ?) du lendemain de l'investiture étasunienne.

Bref, j'aimerais me tromper mais j'ai bien peur que pour les femmes de ta génération aussi (la première du 21ème siècle) rien ne soit jamais vraiment acquis. Visiblement vous n'êtes toujours pas, culturellement et majoritairement, considérées comme les égales de l'homme.

Certes, ça se passe mieux chez toi, ne serait-ce qu'en fonction de votre fameux premier ministre pour qui, comme pour tant d'hommes (Dieu soit loué !), la question de l'égalité ne se pose même pas.

Mais tes copines et toi vous devez faire gaffe pareil aux gros cons imbus de leur pseudo supériorité, ils grouillent, ils grondent et ils méprisent tout ce que vous êtes... ou presque.

D'autant qu'ils ont désormais un guide particulièrement visible pour leur montrer la voie.

 

09:06 Publié dans Lettres à ma fille | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | | | |

17/01/2017

1) La vérité

Tu sais c’est d’abord pour toi et pour ton frère, tes sœurs, tes cousins et tout vos amis que je tiens ce blog. En effet, j'ai tellement honte des dettes et de l’état de la planète que ma génération va laisser à la vôtre que je me sens le devoir d’exprimer publiquement mes indignations, mes coups de cœur et surtout mes préoccupations quant à l’évolution de nos pays dits civilisés. Et si je suis parfaitement conscient des limites de l’exercice, celui-ci me permet toutefois d’avoir un peu moins mauvaise conscience.

Contrairement à certaines accusations, je n’ai, cependant, aucune doctrine ou autre morale à défendre, ni rien à vendre. Je sais juste que rien n’est jamais tout noir ou tout blanc et que plus les avis sont tranchés, plus le doute est absent, plus on est face à la bêtise.

Il est vrai aussi que je me battrai toujours pour la paix. Cela semble être une évidence mais apparement, ça l'est de moins en moins. Cette paix dont nous bénéficions depuis plus de 60 ans serait, à en croire la fachosphère, qu'une autre de ces chimères de bobos.

Quoi qu'il en soit, il apparaît que suite à la crise migratoire sans précédent que nous traversons et à l'apparition d’un "état" islamiste et de ses monstrueux ambassadeurs qui sèment la mort et la peur, les populations ont de plus en plus tendance à se diviser en deux camps visiblement inconciliables.

Pour simplifier, je dirais qu'il y a d’un côté ceux qui sont convaincus que derrière chaque réfugié se cache un terroriste potentiel et de l’autre ceux qui continuent à croire que le niveau de notre évolution dépend de la réalité de l’ensemble des peuples de notre planète.

Dois-je te préciser que les premiers sont les plus véhéments ? Et même si l'accueil des migrants se déroule un peu mieux dans ton immense pays, tu seras d'accord d'admettre que chez toi aussi, ça pue les prémices d'une affreuse guerre idéologique, non ?

Je ne sais pas trop comment celle-ci va évoluer ni où elle va nous mener mais je ne te cacherais pas mon inquiétude car il est malheureusement certain (et il suffit de surfer quelques minutes sur Internet pour que cela saute aux yeux) que la première victime d'un conflit est encore et toujours ...la vérité.

 

 

Voilà, ma chérie, en ce début 2017, on en est là donc.
Mais bon tu connais la devise de la ville où tu es née, ou bien ?
Elle dit "Post Tenebras Lux" ....

 

 

 

 

18:32 Publié dans Lettres à ma fille | Tags : lettres à ma fille | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |