12/11/2016

Le pire

Après le référendum du 9 février 2014, après le Brexit, voilà encore une votation gagnée grâce à des mensonges. Quoi que pour Trump, ceux-ci sont encore à venir. Parce que si investir de l'argent public dans les infrastructures et baisser drastiquement les impôts constituent deux séduisantes promesses électorales, celles-ci n’en sont pas moins contradictoires et le nouveau président américain devra fatalement en sacrifier une. A moins qu'il décide de payer la réfection du réseau routier des USA avec …sa fortune, sa grande fierté.

Je plaisante mais il est apparemment capable de tout cet homme là, même de l’emporter face à la quasi-totalité des médias de son pays et à l’effroi provoqué par ses discours ô combien simplistes, agressifs et provocateurs.
C’est même une véritable démonstration qu’il a offert aux apprentis populistes de la planète; plus vous êtes grossier et outrancier, plus vous séduisez cet électorat qui se sent abandonné et qui se reconnait donc dans les dénonciations et autres vociférations démagogiques.

Mais bon, tentons d’être positifs en se disant que,finalement, la victoire de Trump est peut être une bonne nouvelle pour les pays aux prises avec leurs propres populistes. Une fois le pouvoir acquit, cette déroutante façon de faire de politique pourrait , en effet, vite démontrer ses cruelles limites. C'est facile de caresser les électeurs dans le sens du poil, de clamer haut et fort des idées toute faites, aujourd’hui cela suffit visiblement pour se faire élire mais de là à savoir gouverner en toute impartialité c’est une toute autre histoire. D’autant que les attentes (de celles et ceux qui ont cru voir un sauveur dans le richissime promoteur immobilier et star de télévision) sont immenses. Il va donc vite devoir livrer la marchandise le Donald, sauf qu’avec tout ce qu'il a promis, il y aura fatalement des frustrés.

A commencer par ceux qui espèrent que, du jour au lendemain, les femmes et les hommes les plus éduqués, instruits et diplômés disparaitront des écrans comme par enchantement. Car si c’est effectivement très tendance de s’en prendre à ceux qui réussissent dans les médias, la finance, l’industrie, la politique et pire les universités, ceux qui forment cette désormais célèbre «élite autoproclamé» qui serait source de tout les maux, encore faudrait-il que ceux qui dénoncent cette caste (tout en en faisant bien souvent partie) nous explique qui va la remplacer. Quelques rednecks racistes et cow-boys belliqueux diplômés en maniement d’armes ? Ou d’autres intellos et entrepreneurs … mais d’extrême droite cette fois-ci ?

Quoi qu’il en soit, pour le moment le seul mot d’ordre qui apparait raisonnable, c’est «Wait and See». Attendons de voir si les agissements du nouveau président des USA seront aussi irresponsables que ses promesses avant de l’accabler. Visiblement M. Trump a été assez malin pour comprendre comment se faire élire, peut-être le sera-t-il aussi pour diriger son pays sans conséquence funeste. C’est tout le mal qu’on souhaite à ces sacrés américains décidément capables du meilleure …comme du pire.

13:04 | Lien permanent | Commentaires (13) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Décidément le "populisme" n'a pas de soucis a se faire: Comme la vaste majorité de ses adversaires vous n'y voyez que ce que vous voulez y voir. Petit rappel d’adages de simple bon sens: "Connais ton ennemi" ou "Un problème identifié est a moitié résolu". Mais ça fait longtemps que le simple bon sens est presque un crime à ma gauche.

D'autre part, tout comme les medias "bien pensants", vous focusez toute votre attention sur Trump en occultant complètement que ce sont 8 ans d'Obamisme et la candidate Hillary qui l'ont conduit a la présidence.

Écrit par : Eastwood | 12/11/2016

@Eastwood
"occultant complètement que ce sont 8 ans d'Obamisme et la candidate "

Avant l'élection présidentielle, il a battu tous les prétendants républicains avec un programme économique protectionniste et en dépenses publiques, qui est contraire aux valeurs fondamentales républicaines.
L'Obamisme et Clinton, n'était pas en jeu.

Le rejet est à mon avis celle de la finance, de la spéculation, et l'économie ultralibérale qui ne font pas de cadeau aux personnes les moins diplômés.
Ce sont majoritairement les moins diplômés et les "vieux" nostalgique qui ont voté pour lui.

Le positif avec ce populisme, est peut-être, que face à ces contestations, ces révoltes, les ultra-libéraux vont rejoindre les communistes dans le groupes des idéologies disparues.

Entre les ultra-libéraux majoritaire de l'UDC et les nationalistes UDC tendance Lepen-Trump qui n'ont aucun souci avec les dépenses publiques, l'humeur ne doit pas être la même.

Écrit par : motus | 12/11/2016

@Motus

Quand je parlait de clichés convenus... Donc en tournant ça dans tous les sens on peut en déduire quoi ?

Que 37% des jeunes et 53% des femmes qui ont voté Trump sont sans formation ? Joli bilan après 8 ans d'obamisme.

Mais c'est le discours bobofficiel qui évite confortablement de se poser les bonnes (et gênantes) questions. Il a même été bêlé par Calmy Rey sur infrarouge le lendemain de l’élection.

C'est bien rassurant de se dire que seul des vieux loser aigris et sans formation ont pu préférer un businessman farfelu a une mafieuse corrompue. Et on s'étendra pas trop sur le fait qu'on vient d'insulter la moitié des citoyens d'un pays...

Écrit par : Eastwood | 12/11/2016

C'est fou comme les gauchos ont de la peine à reconnaître une défaite ! Et dire que ce n'est pas la première fois qu'ils se font dérouiller ! C'est fou comme les gauchos sont certains d'êtres les seuls a savoir diriger un pays !Du reste il y a qu'à voir dans le reste du monde les grandes réussites des socialos ! Tous les pays sous ce régime se cassent la gueule !

Écrit par : Miloslav Leku | 12/11/2016

Comme disait Leo Ferré, la gauche est la salle d'attente du facisme. C'est vrai qu'avec Hillary, le monde aurait été en paix, surtout au Moyen-Orient. La vioque a du sang pleins les mains, mais vous continuez à la soutenir.

Lorsque son saxophnoniste de mari pourrira en prison pour attouchements sur mineures, on va bien se marrer.

Moi je me demande surtout comment les attardés mentaux des représentants de la minorité LGBT peuvent la soutenir. Peut-être que l'on leur a pas dit que la fondation Clinton était financée à hauteur de vingt millions par l'Arabie Saoudite...celle-là même qui balance les minorités sexuelles des toits.

Sponsorisée également par le Qatar, la Jordanie, Bahrein, Citygroup, Bank of America, Goldmann Sachs, Lockheed Martin...le plus gros fabriquant d'armes rappelons-le... que des gens biens, démocrates, humanistes et oeuvrant pour le bien du monde.

En tout cas, la tête de Micheline sur Infrarouge, lorsque sa vis-à-vis lui a lancé que la Clinton devrait finir ses jours derrière les barreaux, était un moment collector. On peut même parler de criminelle de guerre.

Écrit par : Laurent Lefort | 12/11/2016

Avez-vous déjà vu un parti politique de droite ou de gauche essayer de convaincre les électeurs sans mentir, moi pas, les politiciens sont des menteurs professionnels.

Écrit par : grindesel | 12/11/2016

Vous avez raison Grindesel mais en répondant à ses interlocuteurs exactement ce qu'ils ont envie d'entendre, on leur ment forcément, non ?
Je ne sais pas si vous avez entendu D. Trump raconter à son public la réponse d'Obama à un militant pro Trump qui dérangeait un discours présidentiel :

https://www.google.ch/amp/s/amp.cnn.com/cnn/2016/11/05/politics/donald-trump-barack-obama-protester/index.html?client=safari

C'est certes anecdotique mais ça en dit long sur cette obsession de séduire à tout prix, quitte à devoir .... mentir un max.

Écrit par : Vincent | 12/11/2016

Vincent qui souhaitait la victoire de la Clinetone : autrement dit qui souhaitait le déclenchement de la troisième guerre mondiale... Bravo, heureusement que les électeurs US ont plus de jugeote. Et vous gobez tout ce que la presse corrompue vous raconte au lieu d'écouter ce qu'a dit Trump.
http://www.agoravox.tv/actualites/politique/article/hillary-clinton-si-je-suis-53886
https://www.youtube.com/watch?v=Z869b0fPL9I
http://www.les-crises.fr/les-gros-donateurs-de-la-fondation-clinton/
https://americaswatchtower.com/2007/02/26/suspicious-deaths-around-the-clintons/
http://www.whatreallyhappened.com/RANCHO/POLITICS/BODIES.php

Le pire ? Oui, un risque de paix avec Trump plutôt que la guerre avec la sociopathe. Clinetone a voté l'agression de l'Irak, Trump était opposé à l'agression de l'Irak, bien sûr, pour vous c'est ça "le pire". Je comprends maintenant votre manière de penser : tout, même la guerre plutôt qu'un "populiste". C'est vous l'extrémiste de la pire espèce, celui qui opte pour une guerre d'agression. Vous êtes répugnant.

Écrit par : Charles | 13/11/2016

@Eastwood
"Et on s'étendra pas trop sur le fait qu'on vient d'insulter la moitié des citoyens d'un pays..."
Les faits ne sont pas des insultes. Idem pour le peu d'universitaires dans les mouvements populistes.

Ce n'est pas en ignorant des faits parce que cela peut être senti comme une insulte, que les choses vont s'améliorer.
C'est en appelant un chat un chat que l'on peut avancer.
En France, on préfère éviter toutes statistiques ethniques de peur de froisser. Est-ce efficace pour résoudre les problèmes ?

Les électeurs de Trump ne sont pas tous des nationalistes, des racistes. La société américaine doit donc se poser la question sur la répartition de la richesse, et les attentes de ces américains.
En dehors d'une minorité qui vote par idéologie, les gens votent pour un avenir économique meilleur, qu'importe si il est republicain ou democrate.
Et parfois, les gens votent par colère.

La victoire de Trump, à mon avis, c'est le rejet de ce libéralisme américain inhumain. Et si, suite à ce vote, ce libéralisme s'humanise, est régulé, alors la gauche remerciera Trump !!

Écrit par : motus | 13/11/2016

Sacré Charles, ça faisait longtemps que vous n'étiez plus venu m'insulter sur mon blog. C'est pas que vous m'avez manqué mais c'est juste que tant que je serais capable de fâcher tout rouge des gens comme vous et comme l'ineffable L. Lefort, j'aurais l'impression d'être dans le vrai.

Ceci dit pas besoin de me faire l'article contre H. Clinton, vous prêchez un convaincu.

http://leblogdevincentstrohbach.blog.tdg.ch/archive/2016/10/18/gare-au-populisme-279532.html

Sauf qu'entre la peste et le choléra et l'abstention, les pauvres américains devaient bien faire un choix. La moitié d'entres eux a préféré ne pas choisir et l'autre s'est divisée en parts presque égales entre ce que les démocrates et les républicains avaient à leur proposer avec le résultat que l'on sait.
Et si pour Mme Clinton, on ne saura jamais quelle présidente elle aurait été, pour Trump, attendons de voir donc.

Écrit par : Vincent | 13/11/2016

@Motus

Alors sortez de vos certitudes autoproclamées et intéressez vous aux faits. The Guardian 9 Nov. Inutile de traduire je suppose:

In the end, according to exit polls, the election result seems to have been more about the clear backing of America’s white and wealthy voters for Donald Trump – including white graduates, and white female voters.

Far from being purely a revolt by poorer whites left behind by globalisation, who did indeed turn out in greater numbers for the Republican candidate than in 2012, Trump’s victory also relied on the support of the middle-class, the better-educated and the well-off.

Of the one in three Americans who earn less than $50,000 a year, a majority voted for Clinton. A majority of those who earn more backed Trump

Écrit par : Eastwood | 13/11/2016

Cher Monsieur,

Qu'est-ce que le pire !?
Le pire c'est si Mme Clinton avait été élue.
Un des maux de notre époque c'est le refus de regarder la réalité en face et surtout de la décrire. Regardez le bilan de Mme Clinton et on en rediscute. Cette personne a tellement de sang sur les mains et de casseroles que ça en devient effrayant. Même notre Micheline "Calamité" a participé à la fête.

Écrit par : Boccard | 13/11/2016

- « Trump était opposé à l'agression de l'Irak » (Charles)

Euh, non, Monsieur Charles.

En fait, à la question que Howard Stern lui a posée en 2002 ... "Etes vous pour l'invasion de l'Irak ?", ... le Grand Donald le 1er, a répondu ...

... "Oui, je crois bien."

https://www.youtube.com/watch?v=GX35BZgYfWI

Écrit par : Chuck Jones | 13/11/2016

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.