28/10/2016

Sortir du nucléaire et vite !

Je ne sais pas si vous vous rappelez de Deepwater, cette plate-forme pétrolière située dans le golfe du Mexique qui avait explosé en avril 2010.

Pendant plus de 5 mois on avait assisté à un nombre incalculable de tentatives pour colmater une extraordinaire fuite de pétrole (780 millions de litre)  dans l’océan. Ce qui frappait à l’époque c’est que personne ne semblait avoir prévu qu’une telle catastrophe pouvait arriver et il n’y avait donc aucun plan de secours prévu. Les meilleurs ingénieurs de la planète ont donc été envoyés sur place et chaque semaine on assistait à une nouvelle tentative pour remédier à ce désastre écologique.  

C’est durant ces mois là, que j’ai (enfin) pris conscience de la totale immaturité de ces industries toutes puissantes qui engendrent visiblement trop d’argent pour perdre leur temps à prévoir un éventuel accident, aussi catastrophique qu'il puisse être. 

On avait pourtant déjà eu quelques doutes avec la catastrophe de Tchernobyl  en  1986 mais à l’époque tout le monde avait reporté la faute sur un régime soviétique en bout de course. Et puis il y a eu Fukushima. Une fois encore, ce qui était frappant, c'était l’absence totale de plans de secours, l’incompétence affichée des responsables et l’improvisation qui en avait suivi.

Sauf que visiblement cela n’a pas suffit pour nous dégouter de cette industrie. Aujourd'hui, 5 ans après Fukushima, il apparait que les milieux écologiques suisses qui ont la clairvoyance de réclamer la sortie du nucléaire pourraient, contre toute logique, ne pas convaincre la majorité des Suisses de les suivre dans ce qui apparaissait pourtant comme une évidence en 2011. 

C’est qu’entre temps, on a eu d’autres préoccupations et l’industrie nucléaire et ceux qui  la soutiennent ont donc repris la main. Tu penses, il y a tellement d’argent en jeu que rien, ni personne n’est trop cher pour persuader la population que non, il n’y a aucun danger et que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes.

Autant dire que personne ne souhaite qu’une nouvelle catastrophe nucléaire survienne  sur la planète et encore moins chez nous où nous exploitons pourtant la plus vieilles centrale nucléaire en activité du monde. N’empêche qu’advenant des problèmes, il y en a certains qui devront assumer leur myopie. 

En soit, je n’ai pourtant rien contre l’industrie nucléaire, j’y serais même favorable le jour où cette technologie sera enfin ... parfaitement maitrisée. Lorsque que cette industrie  sera capable de combattre efficacement les accidents majeurs mais aussi d'éliminer les tonnes de déchets produits par ses centrales. Sauf qu'on n'en est visiblement pas là, même démanteler semble problématique…

Voilà pourquoi, dans l’attente d'hypothétiques progrès significatifs, il me parait urgent de dire haut et fort STOP à cette énergie ô combien dangereuse en votant OUI à la sortie du nucléaire le 27 novembre prochain.

07:42 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.