11/08/2016

Dopage et respect

Beau gosse peut-être mais pas très malin le nageur français Camille Lacourt. On veut bien qu’il se soit exprimé sous le coup de la frustration mais il n’empêche qu’accuser ceux qui l’ont battu d'être dopés, c’est non seulement tout petit mais c'est surtout se tirer une balle dans le pied. Pas que le dopage n’existe pas, au contraire, c’est juste que s’il y en a qui devraient se faire discrets sur le sujet, c’est bien les sportifs eux-mêmes.

Mais peut-être que tous n’ont pas encore compris que la suspicion est désormais partout, que de moins en moins nombreux sont les spectateurs convaincus que les sportifs carburent à l’eau claire et que, par conséquent, compétitions après compétitions, le sport de haut niveau est en train de perdre sa crédibilité. 

Même si pour les citoyens lambda que nous sommes, il subsistera toujours un doute quant à la réalité et surtout à l’ampleur du dopage dans le sport.

Ce qui est certain c'est que cela ne m’empêche absolument pas de savourer à leur juste valeur les compétitions sportives qui se déroulent ces jours à Rio. Le dopage, c’est bien simple, je n’y pense  jamais. Ce n’est pas que j’ai décidé de me mettre la tête dans le sable, c’est juste que je suis trop accaparé par l’intensité, le suspens et la qualité du spectacle proposé pour me laisser distraire.

Toujours est-il que c’est soit on embarque derrière Camille Lacourt et on sombre dans la méfiance, les dénonciations  et les règlements de compte et, du coup, le sport professionnel pourrait bien disparaitre dans les années à venir. Soit on persiste dans le statu quo et l’hypocrisie générale actuelle en ne s’intéressant (à peine) qu’aux cas particulièrement spectaculaires. Soit tout le monde est vraiment décidé à lutter contre le dopage et ses fâcheuses conséquences et alors, des mesures radicales doivent être prises, des athlètes radiés à vie et des compétitions purement et simplement annulées en attendant que le problème soit réglé.

Peut être pourrions nous, alors, observer la disparition des moralistes, rabat-joie, pisse-froid et autres donneurs de leçons toujours si prompts à dénoncer les écarts de ceux qui (après des milliers d'heures d'entraînement et de progression truffée d'obstacles et de tentations diverses) sont parvenus (eux !) à atteindre les sommets. 

Quoi qu’il en soit, il apparaît, une fois de plus, qu'il y a clairement pire que les sportifs professionnels  (tricheurs, millionnaires, arrogants ou… pas).  A commencer par ceux qui s'estiment en droit de leur…  manquer de respect.

 

07:18 | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook | | | |

Commentaires

J'observe que vous aimez bien prendre le contre-pied. Et je trouve ça intéressant.
Mais la véritable question n'est pas le dopage en tant que tel. Car si des athlètes sont prêts à mettre leur vie en danger pour performer ils devraient être libres de le faire, mais en toute transparence, ne serait-ce que pour véritablement mériter les trophées.

Le problème vient justement de nous, et particulièrement de vous, Vincent, qui êtes la caricature du type qui veut du spectacle, peu importe le prix. Car c'est bien ça qui pousse ces sportifs à un tel niveau, le pognon qui est à la clé, pour eux et tous ceux qui gravitent autour comme des vautours.
Je n'en serais pas si fier à votre place, car c'est bien vous qui provoquez "la méfiance, les dénonciations et les règlements de compte et, du coup, le sport professionnel pourrait bien disparaitre dans les années à venir."

Ainsi par votre attitude simpliste, "trop accaparé par l’intensité, le suspens et la qualité du spectacle proposé pour me laisser distraire", vous fabriquez ceux qui sont "pire que les sportifs professionnels (tricheurs, millionnaires, arrogants ou… pas)" car le dopage dans le sport n'est qu'un moyen de faire du fric avec ceux qui ne sont pas trop regardants mais voyeurs.

Écrit par : Pierre Jenni | 11/08/2016

J’entends vos commentaires M. Jenny et j’assume parfaitement de faire partie de la masse qui se contente (presque !) de pain et de jeux. Tant mieux pour vous si vous faites partie de l’élite plus intellectuelle.

Sauf que votre propos équivaut à reprocher au bon peuple d’acheter des fruits et légumes transgéniques en provenance d’Espagne au lieu de consommer Bio.

Sur le fond, vous avez raison sauf que la réalité (entre autre économique) est malheureusement toute autre.

Bref, tant que nous serons des milliers d’abrutis à apprécier sans trop réfléchir, je ne vois pas, en effet, qui pourrait avoir intérêt à changer quoi que ce soit.

On peut, certes, le regretter, mais commençons alors par dénoncer l’abrutissement des mases par des médias (et des partis !)… populistes, simplistes et donc irresponsables.

Quoi qu’il en soit, vous m’en voyez désolé mais j’adore trop le sport pour le critiquer. D’autant que ce n’est pas ceux qui font le contraire qui manquent….

Écrit par : Vincent | 11/08/2016

J'apprécie votre ouverture Vincent, et si je me permets des commentaires c'est par conviction personnelle sans la moindre intention de donner des leçons.
Ainsi je ne partage donc pas votre proposition de dénoncer qui, ou quoi, que ce soit si ce n'est ma propre bêtise. Mais ça implique de bien vouloir y penser.
Et si vous faites honnêtement cet exercice, vous comprendrez assez vite que, par votre attitude, vous mettez en péril ce qui vous semble cher.
Alors oui, vous vous mettez en quelque sorte la tête dans le sable pour ne pas voir en priant pour que ça passe.

Écrit par : Pierre Jenni | 11/08/2016

Je peine à vous suivre sur votre vision du dopage, Vincent ! Vous le déplorez mais vous semblez le considérer comme une espèce de mal indéracinable. Peut-être ! Personnellement je n'ai guère de plaisir à voir triompher la tricherie, quelle que soit la qualité du spectacle. Pour vous, serait-ce simplement "qu’importe le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse" ?

Au fond il faudrait s’accommoder du dopage puisque de toute façon on ne peut rien faire ! Non, pas du tout. Et j'aime bien citer la devise de Guillaume le Taciturne :
Il n'est point nécessaire d'espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer.

Allez, bonne journée. J'aime croire en outre que F. Cancellara n'avait pas de petit moteur caché dans son pédalier ou dans les boyaux...

Écrit par : Michel Sommer | 11/08/2016

Je suis d’accord avec vous Michel Sommer et j’ai eu la même crainte concernant notre médaillé suisse.

Par ailleurs, vous remarquerez que dans mon texte ci-dessus, j’appelle de mes vœux des mesures radicales, des radiations de sportifs et des annulations de compétition.

Mais il est vrai que je n’y crois pas trop….

Bonne journée à vous !

Écrit par : Vincent | 11/08/2016

De toutes façons le dopage existe déjà dans la nature elle même. Par exemple, certaines personnes ont bien plus de masse musculaire que des autres car leur organisme produit davantage des substances "dopantes". Mais aussi toutes caractéristiques physiques qui favorisent la supériorité de certains par rapport à des autres dans tous genres des disciplines. Aucun mérite à cela.

En fait, ce qui est ridicule, pour moi, ce sont ces compétitions "sportives" qui dénotent l’infantilisme des gens. Tels des enfants qui se crient: "Mon papa est plus grand que le tien !"

Marre du Tour de France, de l'Euro Foot, la Coupe du Monde, etc. etc.

Le sport il faut le pratiquer. Rester acteur à son niveau et pas spectateur.

Écrit par : Machin | 11/08/2016

Le dopage est dangereux pour la santé et fausse la compétition.
Je soupçonne désormais tout le monde, je n'arrive pas à regarder les compétitions sans arrière-pensée. C'est moche, mais je ne sais pas faire autrement !

Dans un premier temps, l'idée de la transparence est séduisante, mais comment est-ce que ça se passerait, concrètement ?
La transparence impliquerait qu'il y ait une catégorie "dopage" et une catégorie "sans dopage".
On contrôlerait seulement les athlètes de la catégorie "sans dopage".
Et les dopés devraient annoncer leurs produits, j'imagine. Ou peut-être même pas, on saurait simplement que le résultat est obtenu avec un soutien "médical".
Ce serait la course au dopage le plus efficace .
Au fond, il s'agirait de la compétition des laboratoires médicaux ...

Cela semble impossible, car il y aurait probablement de gros dégâts. De plus, on sait que les amateurs, les sportifs du dimanche cherchent à se doper également.

En conclusion, et peut-être parce que je manque d'imagination, il me semble que la seule solution raisonnable est de traquer le dopage avec la plus grande énergie, afin que la compétition reste loyale.
Il n'est pas normal que ceux ou celles qui ont accès à des produits high-tech ou des systèmes de triche aux tests ( et qui sont donc probablement originaire de pays assez riches pour avoir des infrastructures ad hoc) soient considérés comme les meilleurs athlètes.
On peut aussi réfléchir à notre enthousiasme pour les performances. On s'intéresse qu'aux vainqueurs et surtout aux records...
Prétendre que "l'important, c'est de participer", c'est un peu dépassé.

Écrit par : Calendula | 11/08/2016

Une impression très vague ... que je vais dire des grosses bêtises ...

Ne nagerait-on pas dans un bain ... d'instrumentalisation ... du sport, ... (comme de la religion), ... simplement parce que ... les _valeurs_ que les gens ont cru y trouver à une époque ... ne sont plus les mêmes que ces valeurs que ces mêmes personnes y voient aujourd'hui, ... à cause de l'évolution des intérêts ... qui ont contribué à faire du sport, et l'idée même du sport, ce qu'il est aujourd'hui ?

Ou pour le dire autrement, que serait le sport aujourd'hui sans les médias, sans la publicité, sans les drapeaux nationaux, sans les fabricants de produits dérivés (booster de confiance), et dopants(booster de performance), sans la religion (oups, j'ai dit une bêtise ?), qui exploitent tous ... des émotions ... pour vendre des machins et des idées ... à certains qui aiment, et d'autres que ca n'intéresse pas mais que la publicité agace énormément ?

Écrit par : Chuck jones | 19/08/2016

Les commentaires sont fermés.