13/02/2016

Home sweet Home !

En ces temps particulièrement humides et froids, chaque soir lorsque je retrouve la douceur et le confort de mon foyer, je ne peux m’empêcher d’avoir une pensée émue pour ces milliers de familles de réfugiés de guerre qui n’ont pas cette chance, condamnées qu’elles sont à dormir dehors dans des fossés gelés aux pieds des barbelés et autres barrières érigées à la hâte.

Nombreux sont en effet les gouvernement européens qui (pour aller dans le sens de leur opinion publique) tentent de nous démontrer que moins ils se montreront solidaires, plus l’arrivée massives de femmes d’hommes et d'enfants fuyant la guerre diminuera.

C'est cela, oui !

Est-ce d’ailleurs, un hasard si les pays les plus réfractaires aux actions humanitaires sont justement ceux qui, il y a pas si longtemps, bénéficiaient de l'aide internationale ? Peut-être sont-ils plus particulièrement ouverts à la propagande haineuse des mouvements d'extrême droite (plus virulents et audibles que jamais*) voulant qu’avant d’être des humains déracinés et en souffrance, les réfugiés seraient d’abord et avant tout coupables d'avoir vu le jour dans un pays... musulman.

Gageons que si un conflit éclatait demain entre la Norvège et la Suède, les éventuels réfugiés seraient nettement mieux considérés que ces femmes et ces hommes en provenance du Moyen-Orient qui, en plus de subir les affres de l'exil, se retrouvent l'objet de toute les suspicions.

Pas un jour sans qu'on vienne nous expliquer, délires manichéens et islamophobes à l'appui, que les milliers de réfugiés qui nous arrivent d'une Mésopotamie à feu et à sang ne seraient pas, en fait, des victimes de cette terrible guerre civile qui les chasse de chez eux mais bien plutôt...des envahisseurs.

En les accueillant l’Europe se tirerait, par conséquent, une balle dans le pied et en douter (en observant les amalgames, les généralisations et autres manipulations) ferait de vous un collabo (sic).

Ok mais faut-il pour autant sombrer dans l'ignominie en confondant bêtement (ou volontairement) ces pauvres réfugiés syriens et irakiens, qui errent sur les routes glaciales d'Europe avec ... leurs sinistres bourreaux de Daech ?

Même si...comme notre logement lorsqu'il neige dehors, cela semble tellement plus confortable.

 

 

 

* Ceux qui pensent que j'exagère peuvent consulter (par exemple et pour rester en Suisse romande) lesobservateurs.ch  vous y trouverez des diatribes aussi délirantes qu'effrayantes.

 

 

 

10:36 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Une petite pensée aussi pour ceux dont jamais personne ne parle: Les habitants (d'origine) de Calais ou Cos par exemple qui sont des réfugiés dans leur propre pays, jeté en zone de non droit en pleine Europe et sans avoir migré? Et dont leurs Etats comme l'UE ont totalement faillit a leur devoir de protéger leurs droits et leurs biens.

Mais ils sont probablement trop blanc et pas assez miséreux pour susciter l'empathie des "biens pensants"... Et si ils leur venait le mauvais gout de se plaindre, il est bienvenu de les traiter de fachos voir les jeter en prison comme l'ex-general Piquemal à Calais. C'est d'ailleurs "marrant" de voir comme la presse d'habitude friande "d'arrestation arbitraire et déni du droit fondamental de manifester" à traité ce cas.

Écrit par : Eastwood | 13/02/2016

Eastwood : Merci de nous rappeller que la guerre fait d'autres victimes collatérales qui, effectivement morflent aussi. Mais une misère ne remplace pas l'autre, elles s'accumulent !

Quant à me traiter de bien pensant juste parce que j'ai de la compassion pour celles et ceux qui sont mal pris, sans distinction, cela me semble assez révélateur de l'ambiance du moment.

Écrit par : Vincent | 13/02/2016

Cher Vincent. On sent dans vos propos que vous commencer à comprendre ce qui se passe réellement. Vous progressez. Quand à l'ignominie elle se prépare chez nous, lentement mais sûrement.

Écrit par : norbert maendly | 14/02/2016

Les commentaires sont fermés.