28/10/2015

Usine, Ordre & Discipline !

 

Mais quelle mouche a donc piqué Pierre Maudet ou plutôt quel lobby s’est montré suffisamment convaincant (ou menaçant) pour que le pourtant encore jeune magistrat PLR décide d’entrer en guerre avec la jeunesse genevoise en s’en prenant à l’Usine ?

 

Est-ce les propriétaires de bistrots qui souffriraient des prix raisonnables pratiqués par ce centre alternatif ?

 

Est-ce les commerçants voisins qui ont en marre des déprédations inhérentes à la présence de jeunes alcoolisés et/ou drogués dans le quartier ?

 

Est-ce des promoteurs immobiliers qui auraient des vues sur le quartier ?

 

Est-ce des fonctionnaires zélés qui sont bien décidés à faire respecter les dizaines de lois et autres règlements pondus annuellement par les autorités législatives ?

 

Est-ce Pierre Maudet et son parti qui ont décidés de se montrer à la hauteur des attentes d’une population toujours plus vieillissante et donc intolérante ?

 

Est-ce pour séduire cet électorat réac qui semble de plus en plus vouloir faire confiance aux populistes ?

 

Ou alors est-ce juste un power-trip bien calculé de notre brillant et ambitieux conseiller d’état ?

 

A mon humble avis, il doit s’agir un peu de tout ça. Toutes ces raisons se tiennent mais la question qui se pose est de savoir si, sans l’Usine, cela ne serait pas pire ? Parce que même si cette réalité semble indisposer un certain nombre de politiciens, il faudra bien que ceux-ci admettent qu’il y aura toujours des jeunes et qu’une bonne majorité d’entre eux ont besoin d’une certaine liberté pour s’éclater mais aussi (voir surtout) pour créer, grandir, s’affirmer et devenir des citoyens aussi brillants et impliqués que sont devenus, aujourd’hui, ceux qui, hier, ont permis à l’Usine d’exister.

 

Il est vrai qu’à l’époque l’UDC et le MCG n’existait pas et les élus d’alors possédaient une sagesse, une vision et une hauteur de vue qu’on peine à retrouver dans la classe politique d’aujourd’hui.

 

Ceci dit, organiser une manifestation de nuit (quand tout le monde est déjà bien allumé) et tagger toute une partie de la ville ne constitue pas une réponse particulièrement constructive et intelligente de la part des défenseurs de l’Usine. En ces temps de dérive de notre société à l’extrême droite, c’est même carrément se tirer une balle dans le pied et les répercussions de ces actes stupides pourraient bien se révéler plus graves que prévu.

 

Sauf que c’est des jeunes, que nous avons tous été jeunes et que nous devrions par conséquent être conscients que par définition ceux-ci ne possèdent pas (encore) le discernement nécessaire pour évaluer les conséquences de leur inconscience.

 

J’oserais dire tant mieux, car quelle société de demain pourrait nous préparer une jeunesse qui serait raisonnable, ordrée et disciplinée avant  d’être inconsciente, joyeuse et dissipée ?

 

L’avenir nous le dira vu que c’est apparemment la vision que Pierre Maudet, et tant d’autres, ont pour l’avenir de notre canton.

 

On se réjouit déjà !

 

 

 

17:05 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Remerciez le couple Rielle, Jean-Charles et Laurence, les instigateurs de ces mesures liberticides contre le tabac et l'alcool.

Ce sont, selon moi, les seuls et uniques coupables de la situation.

Écrit par : Victor-Liviu Dumitrescu © | 28/10/2015

Pourrait-on savoir quel montant représente 1x / 5x l'autorisation de tenir une buvette à l'année? Pourrait-on ensuite savoir à combien s'élève la subvention que touche l'Usine?

Je trouve invraisemblable que l'Usine fasse un tel fromage, alors qu'on ne lui demande que de respecter la loi, comme tout le monde et qu'en plus, elle reçoit de l'argent de l'Etat, lequel argent lui permet de payer ses émoluments de buvette.

Le Moulin à Danses reçoit-il des subventions? La Barge à la promenade des Lavandières reçoit-elle des subventions? Le café Le Cabinet au Bd St-Georges, très branché, très culturel, reçoit-il des subventions? Et si non, pourquoi pas? C'est un lieu de rencontre de jeunes, ni snob ni sélect.

Tous ces jeunes qui fréquentent l'Usine vont avoir vachement mal au ventre le jour où ils commenceront à payer des impôts..... Ils commenceront à voir les choses sous un autre angle.

Écrit par : Arnica | 28/10/2015

Encore un qui mélange tout, ça en devient lassant.

Écrit par : PIerre Jenni | 29/10/2015

Je pense que les plaintes répétées des habitants du voisinage, las du bruit et des vomissures devant leurs portes ont certainement joué un rôle. Que la réponse de certains jeunes politiciens de gauche "ils n'ont qu'à déménager" manque de diplomatie. Et que demander 5 patentes pour 5 lieux au lieu d'une seule n'était pas censé contraindre l'Usine à la fermeture.
En revanche, le jusqu'auboutisme de l'Usine et de la gauche me sidère... Et fait les choux gras du MCG, les seuls à vouloir vraiment la disparition de l'usine. Les subventions sont suspendues pour 2016 et uniquement si l'Usine ne se conforme pas à ce qui lui est demandé, qui n'a rien d'insurmontable, à savoir déposer cinq demandes, une par débit de boisson.
Tout organisme sollicitant des subventions se plie aux règles d'obtention de ces suspensions, c'est chiant, mais c'est comme ça.

Écrit par : observateur | 29/10/2015

@Pierre Jenni. Vous l'êtes depuis beaucoup plus longtemps que lui.

Écrit par : Gilliéron | 29/10/2015

"il doit s’agir un peu de tout ça"

C'est surtout qu'on s'ennuie énormément dans la politique genevo-genevoise, et que les vrais sujets (chômage, comptes publics, éducation, sécurité) sont très au-delà des capacités et des compétences de la majorité des élus. Alors, ces derniers s'occupent avec des controverses plus à leur niveau.

Écrit par : Plouf Ploufovitch ne désespère pas du genre humain, même si parfois, c'est dur | 29/10/2015

Les commentaires sont fermés.