01/10/2015

Le ridicule ne tue pas mais il peut faire mal…

Mort de rire, j'étais mort de rire en découvrant les passeports suisses dépassant de la poche des jeans de Céline Amoudruz et d'Yves Nidegger sur l’exaspérante affiche UDC qui a envahi un bon tiers des emplacements publicitaires à louer du canton.

C'est qu'ils en mettent du pognon dans la communication à l'UDC !

 

Un peu trop même, quelques économies leur auraient permis de se passer du génie des publicistes et autres graphistes qui ont eu l'idée "vormitable" de déguiser une banquière et un avocat genevois en... paysans suisses.

 

On l'a bien compris c'est ce dernier adjectif qui compte, au point que des brillants créatifs ont jugé bon d'en rajouter une couche en insérant un passeport rouge à croix blanche à l’étonnante panoplie rurale de ces deux candidats au Conseil d'Etat. Des fois qu'à cause de leur blondeur commune, on les prenne pour des Suédois…  

 

13:58 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Le diable se niche dans les détails !

Comme vous, je me suis plutôt amusée de la chemise, qui a été définitivement estampillée UDC et qu'on ne pourra plus porter, sans donner l'impression de faire passer un message politique.

Attention à ce que le passeport ne connaisse pas le même sort ! Il a une sorte de OPA sur les symboles ...

Écrit par : Calendula | 02/10/2015

Mauvais goût c'est certain :-)

Manque total d'imagination et cela se traduit par un bricolage qui n'est - hélas - pas aussi beau que ceux de nos enfants et petits-enfants car eux c'est de l'amour qu'ils nous apportent !

Écrit par : M.B.A. | 02/10/2015

ils ont juste l'air aussi c...que leur discours....purée s'ils ont l'air idiots!!!!

Écrit par : cijeo | 02/10/2015

N'appartenant à aucun parti je défends cependant l'interdiction du port de la burka "prison grillagée" en Suisse où l'"on se parle à visage découvert en se regardant les yeux dans les yeux": parole UDC.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 03/10/2015

Bon, ils sont suisses de souche mais que dire d'un président d'un conseil municipal d'origine africaine qui parle tellement mal notre langue qu'il faut un traducteur pour comprendre son discour du 1er août ?

Écrit par : Octave Vairgebel | 03/10/2015

Les commentaires sont fermés.