30/09/2015

… entre bobos et fachos

 

Mais quelle triste campagne électorale, en dehors de l’incontournable crise migratoire, on dirait qu’aucun autre thème n’est jugé suffisamment important par les partis politiques et par ... l’opinion publique.


Même la pourtant si nécessaire et si urgente transition énergétique semble mise de côté. Oublié Fukushima, oublié la vétusté de la centrale nucléaire de Beznau (la plus vieille du…monde). aujourd’hui ce qui compte c’est de choisir son camp par rapport au traitement des migrants qui affluent sur l’Europe.

 

Le plus affreux c’est que les positions sont si tranchées et les justifications si manichéennes que la population se retrouve scindée en deux camps, visiblement inconciliables, avec d’un côté les « angéliques et naïfs bobos » et de l’autre « les pseudos lucides et obtus fachos ». Car c’est bien en effet  en ces termes méprisants que chaque camp décrit son adversaire. 

 

Autant dire que cette division de la population m'attriste et j’ai donc particulièrement hâte que la campagne électorale se termine. Je veux croire, en effet, que quand le peuple se sera exprimé, lorsque chaque parti saura quel pourcentage de la population le soutient, les tensions baisseront un tant soit peu et il sera alors à nouveau possible de dialoguer avec un tenant du camp adverse sans en arriver immédiatement à des insultes synonymes d’incompréhension.

 

Il est vrai que le sujet est complexe et qu’il n’y a pas des bonnes questions d’un côté et des mauvaises réponses de l’autre. Et ce d’autant que cette réalité n’est pas réservée à la Suisse mais bien partagée par le reste de la planète et plus particulièrement par l’Europe. Du coup, ceux qui pensent qu’il suffit de se barricader chez nous et d’observer nos voisins européens s’écharper face à cette invasion incontrôlable de migrants sont autant dans l’erreur que ceux qui persistent à affirmer que notre devoir de solidarité doit et devra toujours l'emporter sur toutes autres considérations. 

 

Bien sûr, on ne peut pas rester sans bouger, ni même sans se positionner. Encore faudrait-il qu’on puisse le faire en toute connaissance de cause, sans subir les délires d’une « fachosphère » plus active, méprisante et intolérante que jamais ni les justifications moralistes de celles et ceux qui ne comprennent pas, qu’à terme, leur approche pourrait bien déboucher sur une telle exaspération de la  population qu’il ne sera plus possible d’en contrôler les  conséquences… entres autres politiques.  

 

Malheureusement, à quelques deux semaines des élections fédérales, aucun discours apaisant et véritablement objectif ne se fait entendre. Chacun campe sur ses positions, aussi convaincu d’avoir raison que prompt à s’en prendre à ceux qui pensent différemment. Plus rien, ni personne ne semblent faire consensus. Dans  un pays comme le nôtre, qui tire sa force de la pluralité des opinions et d’un système politique basé sur les compromis, j’ai peur que cette polarisation soit un signe annonçant la fin de notre particularité.

 

Voilà pourquoi, il ne nous reste plus qu’à espérer qu’un événement  (ou une personnalité) suffisamment rassembleur finisse par émerger pour que nous parvenions à recoller les morceaux avant qu’il ne soit trop tard. 

 

Il en va de notre sacro sainte cohésion nationale !  

 



 

09:52 | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Commencez par ne pas nommer "fachos" ceux qui pensent le contraire de vous!
Ou alors rouvrez vos livres de notre histoire européenne et après on peut envisager un vrai dialogue. Vous savez celui qui écoute ce que dit l'autre, pas celui qui coupe systématiquement la parole dès lors que les propos ne sont pas ceux qu'il veut entendre. (réf. Infrarouge hier soir).

Moi je ne me plains pas de la morne campagne, car nous nous la faisons notre campagne. Certes pas dans les médias, mais au contact des gens, et nous allons tous les jours de surprises en étonnements!

A force de traiter vos contradicteurs de fachos, ils se taisent et ne se montrent plus......mais ils gardent leurs bulletins de vote pour s'exprimer!

Alors nous verrons le résultat des urnes le 18 octobre prochain.

Écrit par : Corélande | 30/09/2015

J'aime beaucoup ce que vous écrivez !

Écrit par : Huguette Paschoud-Pichon | 30/09/2015

Les bobos sont des fachos ratés.

Écrit par : norbert maendly | 30/09/2015

Espèce de fabos bochos !

Écrit par : Patatra | 30/09/2015

@Corelande :
Ne me dites pas que vous vous êtes sentie visée ! D'autant que mon propos ne consiste pas à trier le bon grain de l'ivraie mais bien à regretter le fossé qui se creuse entre les citoyens de notre pays !
Quant à "votre" campagne avec les moyens mis à la disposition des candidats UDC pour vendre la peur, tout parait effectivement possible...

@Huguette Paschoud-Pichon :
Merci

@ Norbert Maendly :
Et si c'était l'inverse ??

Écrit par : Vincent | 30/09/2015

Les moyens.....= Fr. 0.00 Mais nous avons des convictions comme moteur et pas de soucis pour mettre de l'essence dans la voiture sans être subventionné.
Je ne me sens pas visée, je vous donne un avis et vous dit qu'il n'y a pas de fossé, faut aller au contact des gens, et vous verrez!

Quant à la peur, elle se trouve en Autriche, où + de 216'000 signatures ont été récoltées en 7 jours pour demander un référendum sur leur sortie de l'UE! (en juin dernier, bien avant la "grosse vague")

Ou alors dans les camps de réfugiés en Allemagne, où les différentes ethnies ne s'entendent pas entre elles, vous les imaginez dans le futur....avec nous!

Écrit par : Corélande | 30/09/2015

"Les moyens.....= Fr. 0.00"

Non seulement votre guide qui fait fureur est devenu milliardaire en grugeant une pauvre veuve, mais en plus il vous fait courir pour pas un rond... A ce point-là, on ne sait plus si c'est du mérite ou de la démence...

Écrit par : Plouf Ploufovitch | 30/09/2015

Ploufffffffff.....! Je me fous de l'argent, c'est un moyen et rien d'autre.
Que M. Blocher soit très riche, c'est bien pour lui! Ce qui compte c'est qu'il est totalement accessible quand nous le rencontrons, sa femme également, et qu'il est toujours prévenant et à l'écoute de ce que nous lui disons! Il ne ménage pas son temps et s'excuse même de ne pas assez bien parler le français pour nous!
L'histoire de la veuve va lui coller à la peau, c'est clair, mais comme toujours il faut aller à la source pour avoir les bonnes informations.

Si pour vous avoir des convictions et les défendre c'est de la démence, alors je vous plains!

Écrit par : Corélande | 30/09/2015

A choisir, je préfère largement les bobos et leur naïveté.
La violence, l'agressivité venant des sympathisant de l'UDC est sans commune mesure à ce qui se passe ailleurs.
Evidemment, ce sont les plus énervés qui s'exprime, et ne représentent pas tous, mais le parti ne cesse, d'agresser, de vouloir diviser les suisses et laisse entendre qu'il y a de vrai suisse et de mauvais suisse.
Les plus énervés, eu parlent de traitre concernant ceux qui ne pensent pas comme eux.

La Suisse moderne a été bâtie sur le consensus et le savoir vivre entre les cantons, et c'est pour cette raison que la Suisse va si bien dans un monde qui ne va pas si bien.
L'UDC pourrait s'exprimer sans agressivité, sans provocation. En ne le faisant pas, ce parti dénigre l'héritage suisse laissé par nos ancêtre.

Écrit par : Glob | 30/09/2015

Il n'est que le messie qui pourrait cela :-)

Quiconque d'autre vous tiendrait un langage "pacificateur" ne serait qu'un fieffé menteur Monsieur Strohbach...et ne voyez pas en mes paroles un religieux quelconque au sens où vous l'entendriez...mais actuellement, pour être président, il faut aimer la merde :-)

Écrit par : absolom | 30/09/2015

Les commentaires sont fermés.