20/09/2015

A l’impossible, nul n’est tenu !

Il fallait oser le dire et il l’a fait, je ne me rappelle plus de son nom mais je sais juste que c’est un professeur d'uni spécialiste reconnu des migrations. Et bien cet expert a émis l’avis le plus pertinent que j'aie entendu sur le sujet durant ces dernières semaines.
En effet, selon lui, il n’y a rien à faire par rapport à la crise migratoire que connait l’Europe et ce d’autant plus qu’un éventuel règlement de celle ci n’est….qu’un fantasme de politiciens.

Si je ne suis pas assez calé pour affirmer qu’il n’y a vraiment rien à faire, j'observe cependant que les dirigeants politiques préfèrent effectivement  rassurer une opinion publique plus tyrannique que jamais avec des promesses chimériques plutôt que d'admettre, avec lucidité et honnêteté, les impasses dans lesquelles nous nous trouvons. 

D'ailleurs, dans le genre c'est désormais l'opinion publique qui mène le bal, le Temps Présent de jeudi passé m'est apparu  assez parlant. Un reportage bouleversant nous expliquait, en effet, que désormais les juges sont si tétanisés par le traitement médiatique et l’exploitation populiste des crimes commis par des récidivistes qu’ils sont prêts à laisser des hommes enfermés «en attente d’amélioration» durant des années plutôt  que de prendre le risque (modéré) de se mettre à dos, une fois de plus, une population toujours plus avertie et intolérante.

Mais pour en revenir à la crise des migrants, vu que cela semble être un des sujets sur lequel les Suisses qui votent vont devoir se positionner, il est évident que s'il existait une véritable solution crédible, parce que pragmatique et acceptable par la majorité, ça se saurait. Les leaders politiques ont beau s’égosiller pour promettre un règlement de la situation, aucun ne détient le moindre soupçon de solution ! 

Tant que le fossé entre les pays riches et les pays pauvres, entres les pays laïques et les pays soumis à l’obscurantisme religieux, entre les pays en paix et les pays en guerre, bref, tant qu’il y aura autant de différence au niveau de la qualité de vie entre nous, "riches" occidentaux et eux, pauvres du tiers monde et autres réfugiés de guerre, personne ne pourra empêcher ceux-ci de venir tenter de grappiller quelques miettes du gâteau de notre prospérité économique. Qu’ils parviennent à entrer par la porte, la fenêtre, le soupirail ou la cheminée, les migrants sont prêts à endurer toutes les humiliations méprisantes pour essayer d'avoir droit, eux aussi, à une vie décente. 

Sauf qu’il semblerait qu’une grosse partie des populations européennes  ne soit pas prête à partager. On peut en comprendre les raisons, d'autant que, pour beaucoup (particulièrement dans les ex-pays communistes) la vie est rude. N'empêche qu'il apparaît que plus les citoyens sont instruits et aisés moins ils rejettent ceux qui n’ont pas eu la même chance qu’eux. 

Bon d’accord, la Suisse fait un peu exception mais n'est-ce pas là l'histoire de notre pays ? Dans  l’ensemble on est plutôt solidaires et généreux, sauf que depuis une vingtaine d’années, l’immigration est prise en otage par un parti particulièrement puissant et doué pour la provocation et donc pour... la communication. Du coup ça donne parfois l’impression que le seul moyen de «Rester Libre » consisterait à se barricader chez nous.

Dieu soit loué, sauf surprise, le 18 octobre prochain plus des deux tiers des électeurs devraient avoir la sagesse de choisir des projets d'avenir et des porteurs d'espoirs différents, pas parfaits certes mais un tant soi peu plus... réalistes.

Tant qu'ils ne tentent pas de nous convaincre qu’ils sont capables de régler la crise des migrants...

 

13:24 | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Monsieur Strohbach ne nous parlez plus des migrants vous allez créer du racisme , voilà ce qu'on entend de plus en plus. C'est l'effet boule de neige mais dans le sens contraire de celui rêvé par ceux qui aiment fantasmer
Certes il faut aider mais dans le sens de la réalité on pourrait même ajouter au titre,on fait ce qu'on peut car on n'est pas des boeufs
très bon dimanche pour Vous

Écrit par : lovejoie | 20/09/2015

C'est bon de rêver à haute voix et ça peut servir de méthode Coué.
Mais sans argument et avec les bras ballants, vous risquez bien de pleurer au lendemain de la sanction.
Ce sera bien entendu la faute à x ou y...

Écrit par : Pierre Jenni | 20/09/2015

Ça fait longtemps que je "pleure" P. Jenny, en observant la peur (des autres) gagner ...

Je ne sais pas exactement de qui c'est la faute, mais, selon moi, cette peur n'en est pas moins un frein à notre évolution...

Enfin je ne rêve pas, j'espère....

Écrit par : Vincent | 20/09/2015

"N'empêche qu'il apparaît que plus les citoyens sont instruits et aisés moins ils rejettent ceux qui n'ont pas eu la même chance qu'eux". Modeste le Strombach! En plus c'est faux, ceux qui peuvent émigrer sont les plus aisés et les plus instruits, les pauvres et les malades restent là où ils sont comme toujours. A vous lire ceux qui votent UDC sont forcément pauvres et ignorants puisqu'ils rejettent les émigrés. Heureusement ils peuvent compter sur votre générosité pour les instruire. Qu'elle leçon d'humilité!

Écrit par : norbert maendly | 20/09/2015

N. Maendly : Ceux qui émigrent sont les plus courageux.

Quant aux "plus aisés et instruits" de mon texte, il me paraissait pourtant évident que je parlais des citoyens en fonction de leurs pays.

Rien à voir donc avec les électeurs UDC qui ne sont, j'imagine, pas plus ignorants que les autres, peut être juste un peu plus ... moutons

Écrit par : Vincent | 20/09/2015

Les plus courageux sont ceux qui se battent.

Écrit par : norbert maendly | 21/09/2015

Si les Résistants de la seconde guerre mondiale, autant de gauche que de droite (politique) ne s'étaient pas battus, nous serions Tous allemands aujourd'hui!
Ils ont joué les "moutons noirs" pour tromper l'ennemi, pour sauver leurs peau et sauver leurs compatriotes de l'invasion allemande.

C'est fou comme l'histoire se répète et donne les mêmes résultats, heureusement!

Les Grecs aujourd'hui encore nous le montre. C'est avec du courage que l'on gagne des combats, pas en miaulant au clair de lune!

Écrit par : Corélande | 21/09/2015

Vous avez une vision et une compréhension bien personnelle de l'histoire Corelande, c'est ce qui fait votre spécificité d'ailleurs.
De là à affirmer que vous détenez les clés et surtout la solution, je ne parierais rien là dessus....

Écrit par : Vincent | 21/09/2015

Les commentaires sont fermés.