22/08/2015

Ojalá 待望の InchAllah Speriamo Hopefully Espérons !

 

 

J'ai soupé et appris plein de choses avec un geek l'autre soir.  A 26 ans, c’est un mordu de jeux vidéo comme presque toute sa génération. Même si c’est déjà un peu le cas aujourd’hui, il affirme que demain l’E-sport permettra aux meilleurs d'entre les geeks d'en faire leur métier et de très bien gagner leur vie.

 

Par exemple, la dernière finale du jeu le plus populaire (League of Legend sauf erreur) aurait été visionnée en direct par plus de fans que le Superbowl.

 

Et oui, c’est que ceux-ci sont disséminés dans le monde entier. 

 

C’est çe qui me fascine d'ailleurs; se retrouver en quelques clics avec des adversaires ou des coéquipiers virtuels venus de toute la planète. Pas de frontière, pas de sélection  en fonction de la racede la religion ou de la fortune, juste une passion commune partagée entre "gamers" venus d’horizons diversElle n’est pas belle l’affaire ? 

 

Prenons World of Warcraft dont le nombre d’adeptes serait bon an mal an d’environ 10 millions d'internautes connectés sur ce  de type de «jeu de rôle en ligne massivement multi-joueurs ». En étant aussi nombreux que les habitants du Portugalon ne peut plus parler de microsociété mais bien de véritables sociétés virtuelles insérées dans les sociétés étatiques. 

 

Rien de neuf il est vraiWorld of Warcraft existe depuis plus de 20 ans et de mon côtéje me rappelle qu'il y a 12 ans, durant une brève période de ma vie, je trouvais génial de pouvoir aller… draguer sur Meetic.com.  Un truc de ouf, les femmes du monde entier en recherche de compagnons sur ton écran… à portée de clic, sans sortir de chez toi. Oui, monsieur ! 

 

N'empêche que si ces contacts avec des populations aux cultures si différentes, ces partages de stratégies, de critiques, d’opinions (et plus si affinités) avec des correspondants issus du monde entier sont une réalité que ne connaissent pas forcément les plus anciens, cette approche va de soit pour ces jeunes qui, depuis tout gamin, ont toujours eu un écran entre les mains

 

La question ne consiste donc, non pas à se demander si ces communautés virtuelles diverses vont encore grandir et si les jeux vont évoluer dans tout les sens ..... Tout le monde s’entend pour affirmer que nous ne sommes qu’aux balbutiements et qu’on a encore rien vu.

 

Non la vraie question (que dis-je, l'espérance !)  c’est de savoir si ces échangesces jeux partagés, ces communautés virtuelles et autres héros en commun vont permettre aux nouvelles générations d'être un peu plus ouvertes que nous ....

... envers ces individus bizarres venus d’ailleurs dont le cruel destin nous rappelle qu'aujourd'hui  sur cette planète, pendant que certains jeunes jouent a tuer virtuellement, tant d'autres tentent juste de survivre ... pour de vrai ! 

 

 

 

 

09:17 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

16/08/2015

Voler, enfin ! Vive le virtuel

Ok, tout le monde connaît, n'empêche que préparer mes vacances sur Google Earth, pour moi en tout cas, c'est une première ! 

Dénicher des petites plages et des vieilles auberges si caractéristique en arrivant par ... au dessus, Woaw, ça le fait ! 

40 ans que ça dure et je n'en finis pas d'être épaté par l'évolution permanente des technologies. Tout semble possible, on a l'impression qu'on s'en va "vers l'infini et plus loin encore"...

Je sais que cette évolution en effraye plus d'un, les plus âgés logiquement mais d'autres aussi. C'est vrai que ça peut faire peur mais en même temps, c'est tellement fascinant. 


Je raconte toujours (je radote donc !) l'histoire, de mon émerveillement lorsqu'une énorme machine nous avait été livrée au boulot. Selon mon patron, on était parmi les premiers à Genève à recevoir un ... fax ! Celui-ci devait, à terme, remplacer notre bon vieux télex. 
J'avais presque 20 ans, les téléphones étaient alors des gros appareils à cadran attachés à une prise et le top du top consistait donc à posséder une valise métallique surplombée par un combiné. Le téléphone n'était pas encore vraiment portable mais il commençait à devenir .... transportable. 
Alors quand le document, introduit  dans une machine semblable par un employé de la succursale de ... Los Angeles, est sorti de ce fameux fax; je n'en croyais pas mes yeux, mais comment était-ce possible ? 

J'étais, pour la première fois, totalement émerveillé par un de ces miracle de la technologie et depuis, cela ne s'est jamais démenti !

Un peu trop peut être parce que, quelques années plus tard, le 28 juillet 1984, en regardant la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques  de Los Angeles, lorsqu'est apparu à l'écran le bonhomme tout en blanc qui volait d'un coin à l'autre du stade avec son réacteur dorsal, j'étais non seulement subjugué mais aussi naïvement convaincu que dans les années à venir, ça allait devenir ... mon moyen de transport !

Résultat 31 ans après, alors qu'à califourchon sur mon scooter je peste contre la longueur des feux de circulation, ce souvenir me rappelle que le problème n'est pas la technologie, qui visiblement ne connaît pas de limite mais bien nous les hommes qui sommes incapables d'évoluer à la même vitesse. 

Je suppose que, quelque part, c'est une bonne chose

N'empêche que ça serait quand même drôlement plus pratique et grisant de pouvoir me rendre quotidiennement d'un rendez-vous à l'autre en...volant par dessus la ville. 

Mais bon, j'ai compris que cela n'arrivera jamais et je me console donc en... survolant les Pouilles grâce à Google Earth. C'est virtuel certes mais cela n'en est pas moins impressionnant ! 

09:28 | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook | | | |

11/08/2015

On ne pourrait pas parler d'autre chose ?

J'ai mangé avec deux entrepreneurs hier à midi, en gens bien élevés, on n'a pas discuté  de boulot pendant le repas. Non,  pour mon grand plaisir, on a parlé bouffe, tenues estivales des femmes, politique et voyages.

 

Pas un mot sur la crise cardiaque de celui-ci, le taux de cholestérol de celui-là, le sport comme régime, nos ennemies les calories, la maladie machin, le virus chose, le docteur Meilleur, le chirurgien Brillant, la clinique Bonsoins, le médicament qui "change la vie", les matières grasses, la prostate, les calculs rénaux , le surpoids, les frais de dentiste, la tension artérielle, le burnout, les masses corporelle et musculaire, les stents, l'arthrose, la perte d'érection, la cigarette, la vieillesse, EXIT, etc., etc.

 

Cela devait faire des mois que je n'étais pas parvenu à éviter ces sujets durant tout un repas. Ouf ! Ca fait du bien.

 

Je veux bien qu'on a qu'une santé, que c'est notre bien le plus précieux, que quant elle va tout va, qu'on a bien raison de se la souhaiter chaque fois qu'on trinque, ok mais.....

 

On ne pourrait pas parler d'autre chose ?

 

Franchement, les problèmes internes de tout un chacun, nos difficultés pour garder la ligne, rester en forme, manger sainement, prévenir la maladie, bander, arrêter de fumer, améliorer nos performances, etc.,  ce n’est pas comme si c'était des thèmes de conversation bien réjouissants ni, à fortiori, distrayants.

 

Bon d’accord, ce n'est pas forcements toujours consciemment qu'on aborde certains sujets et puis,  quant on a des soucis, ça fait du bien de les partager. Je comprends tout cela très bien et en aucun cas, je me permettrais de juger qui que soit juste parce que…  contrairement à la majorité des bobos genevois de ma génération, je ne suis pas encore... hypocondriaque.

 

C'est grave docteur ?

 

Non, tout ce que dis, si j'ose, c'est qu'on a peut-être tendance parfois à oublier de profiter d'être en bonne santé, trop occupés que nous sommes à en faire notre ultime obsession.

 

Parce que si c'est pour devoir quotidiennement se peser, calculer (ce qu'on mange, boit, dors et chie), s'ausculter, s'inquiéter, se priver  et donc ... renoncer aux bonnes choses de la vie, je ne suis pas certain que le jeu en vaut vraiment la chandelle !

 

Mais, Dieu soit loué, chacun est libre de gérer sa vie et même, désormais, sa mort, comme il l'entend.  L'important c'est d'être à l'aise avec ses choix. Non ?

 

Santé !

 

mais aussi... 

 

Bon Appétit !

 

07:43 | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook | | | |

04/08/2015

Miro, reviens !

Miro, c’est notre chat et samedi passé, le jour de ses 6 mois (et de ses deux premiers mois chez nous), il est sorti comme toutes les nuits sauf qu’à l’heure qu’il est, une semaine et deux jours après, il n’est toujours pas revenu.

A-t-il été vexé par mon «Tu fais chier Miro !»  lorsqu'une fois de plus 
(le samedi après-midi alors que je regardais le Tour de France) il est venu déposer devant mois un gros oiseau noir à moitié mort ?

Peut-être ?  Toujours  est-il que fâché ou pas Miro a disparu.

Il est vrai que depuis son arrivée chez nous, il n’a cessé de nous démontrer qu’il est un vrai chat roux mâle,  aussi joueur, bouffeur et chasseur qu’allergique à toute tentative d'interférer sur son indépendance.

Je veux donc croire que Miro est en train de découvrir son quartier en passant des maisons vides (mais pleines de souris) à celles munies de  chatières, en se nourrissant des restes des gamelles de ses congénères et des bestioles diverses qu'il réussit à chasser.  Bien décidé à profiter  le plus longtemps possible de sa première fugue, il n'est apparemment pas pressé de revenir ronronner sur mes genoux...

Évidemment, je préfère imaginer ce scénario plutôt que celui d’une mortelle traversée de l’autoroute (toute proche) à la poursuite d’un énième oiseau.
Mais, il y a aussi la possibilité qu’il se soit fait voler (ou adopter de force, c'est pareil) sauf qu'en pleine nuit, j'y crois pas trop.

Non, il va revenir, il est juste en train de faire son voyage initiatique dit de dépucelage. Il nous a entendus parler de castration et il a vite mis les voiles, histoire d’expérimenter les vertiges des rapports sexuels, avant qu’il ne soit trop tard.

Ou alors le gros tigré noir et brun que j'ai trouvé dans la cuisine et le gros chat blanc du voisin sont UDC, ils n'aiment pas les jeunes étrangers et ils lui ont expliqué, à leur manière, qu'il était mieux d'aller chasser et se faire nourrir.... ailleurs, le plus loin possible.

Bref, je passe par tous les états d'âme mais c'est vrai que s'il revenait (par exemple cette nuit !) tout affamé, amaigris, la quiquette irritée et donc rassasié par son aventure, on serait pas mal rassurés et ... fiers, aussi, un peu.

- T'entends Miro ? C'est bon,  t'es le baroudeur tombeur  du quartier, tu peux rentrer maintenant !

07:42 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |