26/07/2015

C'est si beau ici !

Enfin ! Il pleut.  Ça fait combien de temps que je n'ai  pas été aussi heureux de voir la pluie ? Mais, après cette canicule, quel bien ça fait ! 

 
Pourtant en tant que scootériste, en temps normal,  je déteste ça. Les rails de trams et les passages piétons sont tout glissants,c'est dangereux !
 
Il faut dire que c'est mon quotidien que de me faufiler entre les TPG, GE, 74, VD, 01, 39, VS, motos, vélos, autos, taxis et autres uber...  c'est même mon boulot (un tiers de mon temps de travail est consacré à sillonner le canton) 
 
Du coup, si certains me reprochent mon manque de connaissances à propos de certains thèmes abordés , une fois n'est pas coutume, voici  aujourd'hui un sujet que je maitrise parfaitement .... les routes de notre magnifique canton.
 
C'est vrai que c'est tellement beau chez nous, je ne m'en lasse pas. J'aime la ville bien sûr mais c'est notre superbe campagne genevoise que j'apprécie le plus, en particulier les bâtiments les plus anciens. Que cela soit dans nos villages, nos hameaux ou encore en vieille ville, j'adore les vieilles pierres, ces témoins de notre histoire.
 
Et que dire de notre bijoux; de notre rade et son jet d'eau ?  
Je ne sais pas vous mais moi je la trouve presque aussi belle en revenant de Versoix que de Vesenaz.
 
Non, s'il n'y avait pas : 
 
- des scootéristes qui ont visiblement envie de mourrir
- des cyclistes qui t'engueulent même quant tu leur laisses la place
- des piétons qui traversent au rouge
- des madame à fond sur les ... sms qui en oublient d'utiliser leur rétroviseur
- des shadocks bien décidés à te montrer que pour eux, conduite = agressivité 
- des flics (mal) planqués pour essayer de te choper sur les voie de bus 
- des bus justement, qui font exprès de te frôler pour te faire comprendre, que c'est eux les rois de la route
- des connards visiblement en retard
- des feux rouges trop longs
- des feux verts trop courts
- le carrefour si crétin et dangereux  Puisserande/Deux-ponts
- des ... milliards (au moins !)  de chantiers d'entretien des routes
- des têtes de con en Harley qui jouent à te faire peur en vrombissant derrière toi...
- des nids de poules et autres malformations de la chaussée
- des dossiers si préoccupants que t'en oublies les ... radars fixes ! 
- des touristes perdus qui font n'importe quoi
- ....
- .... 
 
Bref ! En dehors de ces quelques... désagréments, d'Anieres à Soral, de Tannay à Veyrier en passant par Collex-Bossy , Peney et Avully, je me considère comme privilégié de pouvoir ainsi (à cheval sur mon fidèle destrier des temps modernes) sillonner saisons après saisons, semaines après semaines, notre si belle région... 
 
Sauf quant il pleut ! 
 
 
 

11:22 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

17/07/2015

Et si on a envie d'y croire ?

En tant que mordu de sport et supporter suisse, il y a, au dessus de toutes les autres, deux victoires dont je rêve depuis mon enfance : 

 

La première; ça c'est  fait ! Depuis l’automne passé avec la magnifique victoire de l’équipe Suisse en finale de  Coupe Davis, contre la France en plus…

 

La deuxième, c’est de voir un jour, un Suisse en maillot jaune triompher sur les Champs Elysées lors de l’arrivée du Tour de France

 

Cela ne sera pas pour cette année à priori. Cela n’en reste pas moins parfaitement imaginable, surtout quand on connait les compétences de notre ... industrie pharmaceutique. 

 

Je plaisante mais c’est nerveux car je suis, au contraire, particulièrement irrité d’entendre les sempiternelles accusations et autres suspicions à propos des performances de celui qui monte le plus vite, en l'occurence cette année, l’anglais Chris Froome.

 

Loin de moi l’idée d’affirmer que celui-ci carbure à l’eau claire. Mais alors que ceux qui ont la preuve qu’il triche, la fasse connaître immédiatement ou... se taisent. Ils nous gâchent le spectacle ! 

 

D’autant que contrairement à il y a quelques années, lorsque l’omerta ambiante empêchait qui que ce soit (même des journalistes dont c’est pourtant le métier) d’oser dénoncer les performances des forçats de la route, aujourd’hui, c’est étrangement du milieu même du vélo que viennent les accusations, dans le genre peu fiables, le moins qu'on puisse dire c'est qu'ils ont des précédents...

 

Nombreuses sont toutefois les personnes qui adorent s’acharner sur les sportifs d’élite.  Particulièrement choyés  et trop payés, il semblerait qu'ils soient des boucs émissaires idéaux ! C’est un peu pitoyable mais c’est aussi, quelque part, de bonne guerre, non ? 

 

Quoi qu’il en soit, si j'en crois mes copains, il semblerait (après des années de scandales, de mensonges, de déclassements, de suspensions, etc. etc.) que nous soyons de plus en plus nombreux à être arrivé à un point où cela nous est désormais presque égal de savoir qui se dope ou pas. On sait tous que dans quelques années,  on pourrait bien apprendre que que C. Froome bénéficiait lors du Tour de France 2015 d'un produit miraculeux alors indécelable... So what ? 

 

Mais d’ici là... en cet été caniculaire, est-ce que ça serait trop demander que de pouvoir apprécier à leur juste valeur les magnifiques étapes du Tour, aussi disputées que populaires, aussi éreintantes que spectaculaires ? 

 

On est dupe de rien, on veut juste entendre parler de la course, d'efforts, de talent, de victoires,  de défaites.... de sport quoi ! 

 

C'est (encore) possible ? 

 

Alors, s'il vous plait messieurs les délateurs, accusateurs, moralisateurs et autres rabats joie en tout genre : Vous pouvez pas la fermer p'tain ??

 

09:23 | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Facebook | | | |

10/07/2015

Un 21ème siècle « pas si pire » !

 

J’arrive gentiment au tiers du dernier volume de « Le Siècle » de Ken Follett.  Oui, je sais les intellos ne manqueront pas de se moquer en estimant que ce n’est ni de la littérature, ni un véritable traité d’histoire. Mais c’est justement parce que c’est une sorte de mélange des deux que non seulement je ne boude pas mon plaisir mais que je ressens le besoin de le partager.

En effet, en nous racontant (en trois volumes de 800 pages) les trois principaux conflits du vingtième siècle (1ère & 2ème guerre mondiale + guerre froide) le roman historique de K. Follett m'a fait paradoxalement du bien.  Il m'a rappelé que quelque soit les conflits, les soucis, les impasses et autres défis d’aujourd’hui, nous sommes finalement  dans une période ... pas si pire !

 

Quant je dis nous, c’est bien sur aux occidentaux que je pense, ou en tout cas, aux pays que la démocratie et les traités internationaux ont pacifiés. En Afrique, au Proche et au Moyen Orient, entres autres, c’est malheureusement une toute autre histoire….

 

Toujours est-il qu’alors qu’il semble que cela soit devenu la mode  de s’en prendre à l’Europe, Ken Follet, nous rappelle à quel point les délires nationalistes du siècle précédents ont fait souffrir des millions d’européens. La paix qui règne depuis que la communauté européenne s’est peu à peu organisée n’a donc pas de prix. La préserver devrait toujours être le but ultime de tout gouvernement et ce quelques qu’en soient les conséquences…. électorales.

 

Pour en revenir au roman et donc au 20ème siècle, c’est bizarrement le sort des Allemands qui m’a le plus ému. En particulier cette génération qui a eu le malheur de voir le jour dans les années 1900 dans ce qui a été  l'Allemagne de l'est.  Ceux-ci ont, effet, d’abord enduré  la si meurtrière 1ère guerre mondiale et les conséquences humiliantes de leur défaite. Puis ils ont subis la terrifiante prise du pouvoir par Hitler, suivie par la guerre 39-45 et les horreurs perpétrées par les nazis puis par les soviétique pour finir leur vie  avec 30 ans de régime communiste. Tu parles d’un destin pourri !

 

Voilà pourquoi, ne serait-ce que pour être capable d’évoluer en tenant compte des errements du passé, qu'il m'apparait plus impérieux que jamais que les populations européennes se rappellent que n’importe quel mauvais traité et autre arrangement frustrant seront toujours préférables aux affrontements et  donc à la guerre.   

 

Car, au risque de déplaire à certains, non les guerres ne forment pas la jeunesse, elle la tue et,  oui elles encouragent le barbarisme en laissant le pouvoir à des hommes aussi convaincus de leur supériorité (militaire, raciale, idéologique, économique, intellectuelle ou encore… spirituelle !) que de la prévalence de la force sur l’intelligence...

 

C’est ça (aussi !) que je retiens des livres passionnants de K. Follett.  Mais si parce que nous sommes dans un roman, ses héros finissent (presque toujours)  par s’en sortir, est-il utile de rappeler que dans la vraie vie, ce n’est malheureusement pas comme ça que ça marche ? Enfin moins souvent, en tout cas !

 

08:17 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

04/07/2015

Grèce : Ne pas se tromper de coupables !

Autant l’affirmer tout de suite, sur le fond je suis souvent d’accord avec la gauche, nettement moins sur la forme par contre et encore moins lorsqu’il s’agit de...voter.

En même temps qui peut-être contre la solidarité, la justice sociale et une meilleure répartition des richesses ?

Encore faudrait il être objectif et ....réaliste !

J’ai donc beaucoup de peine avec les discours aigris de cette gauche qui s’est un peu trop vite enthousiasmée de l’arrivée de Syriza au pouvoir en Grèce. 

Parce qu'avant d’être de gauche, voir d’extrême gauche, Tsipras et ses copains c'est avant tout des populistes. Après avoir expliqué aux Grecs que les autres étaient tous pourris (ce qui n’est effectivement pas tout faux), ils ont promis qu’avec eux au pouvoir, on allait voir ce qu’on allait voir, que l’Europe n’avait qu’à bien se tenir, quant aux allemands, ils allaient vite réaliser de quel bois est fait le peuple grec.

Le pire (il fallait vraiment que les Grecs soient désespérés) c'est que ça a marché. Syriza est donc arrivé au pouvoir et tout le peuple de gauche a applaudi à la victoire de la sagesse sur la cupidité. Ils ont voulu croire que le peuple reprenait le pouvoir, que les riches allaient payer et que les créancier allaient se montrer magnanimes...

Sauf que ceux-ci ne lâchent pas et ce refus de suspendre la dette grecque serait donc, selon Melanchon et ses amis, l'ultime démonstration de l'avidité  des méchants capitalistes.

Il y a sûrement un peu de ça mais en même temps, lâcher le morceau et capituler devant le gouvernement Tsipras équivaudrait à dire aux autres pays presque aussi endettés que la Grèce, vous voyez il suffit de dire non, et hop on ne paye plus....

Loin de moi l’idée de défendre le FMI, la communauté européenne et autres banques véreuses, n’empêche que durant des années, les gouvernements grecs qui se sont succédés ont non seulement dépensé sans compter (et menti à ceux qui s'inquiétaient de leur train de vie) mais nombreux sont ceux qui ont, en plus, détourné l'argent emprunté...

Et aujourd’hui, certains osent nous expliquer que l’Allemagne aurait tort de demander des comptes ??

Non, si j’étais un jeune grec, c’est aux générations qui m'ont précédé, à ceux qui se sont gavés à crédit et qui me laissent aujourd'hui régler leurs additions que j'en voudrais, pas à ceux qui me tende celle-ci.

Sans compter que les Grecs qui ont les moyens de participer au remboursement ont, depuis
 longtemps déjà, pris la fuite vers d'autres pays, où en tant que millionnaires (voir milliardaires), ils seront toujours les bienvenus ! 


Résultat, une fois de plus, c'est le peuple qui va morfler !

De quoi, effectivement, frustrer la gauche européenne... à condition de ne pas se tromper lorsqu'il s'agit de désigner les vrais coupables !

14:05 | Lien permanent | Commentaires (34) | |  Facebook | | | |