10/07/2015

Un 21ème siècle « pas si pire » !

 

J’arrive gentiment au tiers du dernier volume de « Le Siècle » de Ken Follett.  Oui, je sais les intellos ne manqueront pas de se moquer en estimant que ce n’est ni de la littérature, ni un véritable traité d’histoire. Mais c’est justement parce que c’est une sorte de mélange des deux que non seulement je ne boude pas mon plaisir mais que je ressens le besoin de le partager.

En effet, en nous racontant (en trois volumes de 800 pages) les trois principaux conflits du vingtième siècle (1ère & 2ème guerre mondiale + guerre froide) le roman historique de K. Follett m'a fait paradoxalement du bien.  Il m'a rappelé que quelque soit les conflits, les soucis, les impasses et autres défis d’aujourd’hui, nous sommes finalement  dans une période ... pas si pire !

 

Quant je dis nous, c’est bien sur aux occidentaux que je pense, ou en tout cas, aux pays que la démocratie et les traités internationaux ont pacifiés. En Afrique, au Proche et au Moyen Orient, entres autres, c’est malheureusement une toute autre histoire….

 

Toujours est-il qu’alors qu’il semble que cela soit devenu la mode  de s’en prendre à l’Europe, Ken Follet, nous rappelle à quel point les délires nationalistes du siècle précédents ont fait souffrir des millions d’européens. La paix qui règne depuis que la communauté européenne s’est peu à peu organisée n’a donc pas de prix. La préserver devrait toujours être le but ultime de tout gouvernement et ce quelques qu’en soient les conséquences…. électorales.

 

Pour en revenir au roman et donc au 20ème siècle, c’est bizarrement le sort des Allemands qui m’a le plus ému. En particulier cette génération qui a eu le malheur de voir le jour dans les années 1900 dans ce qui a été  l'Allemagne de l'est.  Ceux-ci ont, effet, d’abord enduré  la si meurtrière 1ère guerre mondiale et les conséquences humiliantes de leur défaite. Puis ils ont subis la terrifiante prise du pouvoir par Hitler, suivie par la guerre 39-45 et les horreurs perpétrées par les nazis puis par les soviétique pour finir leur vie  avec 30 ans de régime communiste. Tu parles d’un destin pourri !

 

Voilà pourquoi, ne serait-ce que pour être capable d’évoluer en tenant compte des errements du passé, qu'il m'apparait plus impérieux que jamais que les populations européennes se rappellent que n’importe quel mauvais traité et autre arrangement frustrant seront toujours préférables aux affrontements et  donc à la guerre.   

 

Car, au risque de déplaire à certains, non les guerres ne forment pas la jeunesse, elle la tue et,  oui elles encouragent le barbarisme en laissant le pouvoir à des hommes aussi convaincus de leur supériorité (militaire, raciale, idéologique, économique, intellectuelle ou encore… spirituelle !) que de la prévalence de la force sur l’intelligence...

 

C’est ça (aussi !) que je retiens des livres passionnants de K. Follett.  Mais si parce que nous sommes dans un roman, ses héros finissent (presque toujours)  par s’en sortir, est-il utile de rappeler que dans la vraie vie, ce n’est malheureusement pas comme ça que ça marche ? Enfin moins souvent, en tout cas !

 

08:17 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Il est intéressant que vous disiez qu'un mauvais traité vaux mieux qu'une guerre...

Que dire alors du traité de Versailles, qui a mis l'Allemagne dans une bien mauvaise posture qui a engendré une pauvreté importante et finalement la montée du nationalisme ?

Un mauvais traité provoque la guerre... non ?

Écrit par : Yannick | 11/07/2015

"Puis ils ont subis la terrifiante prise du pouvoir par Hitler" Vous avez une vision quelque peu angélique. Hitler n'a pas été élu chancelier par le peuple, mais son parti était sorti majoritaire aux dernières élections...
Je ne crois pas qu'on puisse parler de deux guerres mondiales. Il s'agit d'une seule et unique en deux parties. Le maréchal Foch l'avait prédit à la signature du traité de Versailles qui étranglait les Allemands déjà affamés : "Nous n'avons pas signé une paix mais un armistice de vingt ans."
Il ne s'est trompé que de quelques années...

Écrit par : Géo | 11/07/2015

En vacances dans la région de Dubrovnik, j'ai lu votre billet avec un regard particulier.
Ici, on ne peut échapper au rappel des événements de fin 1991, les attaques et le siège de la ville par ce qu'on appelait à l'époque les "forces fédérales".
Cette guerre a été une abomination, personne n'en est sorti grandi, mais ce qui est sûr, c'est que la population civile a été prise en sandwich, comme si souvent. Les images et le récit du siège sont très impressionnants.
La plus belle des victoires : la reconstruction de la ville, qui garde malgré tout un vrai cachet. (Elle est désormais prise d'assaut par des hordes indescriptibles de touristes de provenances très lointaines. Il faut se lever tôt, pour pouvoir véritablement voir la ville.)
En pensant, que la guerre a eu lieu il y a 24 ans, on ne peut manquer de se dire, que la plupart des hommes de 45 ans et plus ont dû se battre et ça doit laisser des traces.
En tant qu'étranger, difficile de déceler quelque chose de spécifique, même si je perçois les messieurs d'un certain âge comme altiers, un peu bourrus et peu communicatifs. Je trouve qu'ils sont surtout l'air très fatigués. Ca pourrait être simplement culturel. Tant qu'on ne travaille pas dans le tourisme, pourquoi essayer d'être agréable ? En Grèce, Turquie, Italie ou Espagne, c'est tout différent, les hommes sont très rigolards avec les touristes (les femmes bien sûr moins!).
Les Croates d'âge mûr ont donc connu la Yougoslavie, la guerre puis l'entrée dans l'UE. Je crois que pour eux, l'Europe est une chose vraiment positive, ils ont envie de faire partie du club.
Je suis venue ici en 2001 et 2002 et à l'époque, on voyait encore des grands panneaux avec les photos de "nos héros", qui étaient ceux que l'on essayait de convoquer à La Haye. Il y a vraiment besoin de temps pour tourner des pages et pour trouver des "mauvais traités", qui peuvent être des compromis honorables ou des traités de paix des braves.

Écrit par : Calendula | 11/07/2015

Les commentaires sont fermés.