26/06/2015

Dérapages ou nouveau mode de communication ?

Tout le monde se dit conscient de l’importance de bien savoir communiquer. Les entreprises, les partis, les hommes politiques, les sportifs, les artistes même, bref tous ceux qui ont quelque chose à vendre ont, aujourd’hui, besoin des services d’un responsable de la communication, d’un attaché de presse et autres « spin doctor ». Ceux-ci jouent tous le même rôle; s’assurer que le « produit » dont ils ont la charge apparaissent sous son meilleur jour et rejoigne son public cible sans interférence. Bref, c’est un vrai boulot, visiblement incontournable même si, moins on remarque  à quel point la communication a été fignolée, plus celle-ci est réussie.

Voilà pourquoi, j’ai de la peine à croire que ceux qui ont choisi le mensonge, le dénigrement des opposants, le mépris et les insultes comme stratégie de communication dérapent véritablement.

Il y a deux exemples qui m’interpellent ces temps (peut-être parce j’ai déjà un apriori) les  islamophobes et  Monsanto.

 

Commençons par le leader de l’industrie agro-alimentaire dont on ne demanderait qu’à croire en la sincérité de sa charte et des valeurs figurant en bonne place sur son site internet. Sauf qu’il faut bien constater que cette entreprise est prête à tout pour parvenir à ses fins. Des campagnes calomnieuses de diffamation contre les scientifiques qui osent remettre en cause leurs produits aux pressions économiques sur les agriculteurs, sur les associations paysannes et même sur les communautés publics, rien ne semble arrêter le géant américain.

 Comment croire, alors, qu’une entreprise qui se livre, entre autres, à un véritable racket avec ses semences soit en mesure, comme cela semble être son but, de convertir la planète ? A priori, sa stratégie apparait pour le moins étonnante. N’empêche que cette agressivité ne peut pas être totalement involontaire, même si elle écœure une partie de la population, elle doit sûrement, quelque part, atteindre ses objectifs…

 

Même tactique chez « mes amis » les islamophobes. En multipliant les sites internet, les blogs et même les associations dont l’unique but consiste à dénigrer les musulmans et leur religion (qui ne serait, selon eux, qu’appels aux meurtres, jihad et autre charria), ceux-ci sont convaincus d’être plus lucides que la moyenne, quant ils ne se prennent pas carrément pour des prophètes. On comprend alors qu’ils aspirent à être entendus.

Pourtant leur communication ne tient pas la route, soit ils font dans le simplisme bien lourdaud, soit il faut avoir fait 10 ans d’islamologie pour saisir ce qu’ils cherchent à démontrer.  

Mais en dehors du fond, c’est surtout sur la forme qu’ils sont difficiles à suivre. Leurs arguments se perdent en effet au milieu des invectives dirigées contre les musulmans mais aussi contre ceux qui osent  se poser des questions sur les motivations et la finalité d’un combat si chimérique.

C'est dans doute de bonne guerre, sauf que là encore, pour être plus crédible (tout n’est pas forcément à rejeter dans la dénonciation d’une religion qui a visiblement besoin de.. réformes et de… leaders), il leur faudrait être capable de communiquer sans devoir, en plus (comme le font quotidiennement les sites internet islamophobes), inventer des fausses informations destinées à conforter les ressentiments antimusulmans de leur public cible….

 

Bref, si je n’arrive pas à comprendre comment des communications si agressives et mensongères peuvent être vraiment efficaces, j'ai bien peur toutefois qu'elles n'en soient pas moins mûrement réfléchies.

Est-ce que, quelque part, ce n’est pas nous qui serions de plus en plus exaspérés (et dupes aussi) et les communicants ne feraient alors que miser sur une irascibilité collective qui de latente deviendrait alors, peu à peu, la norme ?

 

07:49 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

19/06/2015

Madeleine

 

Lorsque j’ai demandé des nouvelles de Madeleine aux employés de la « Maison de Partage d’Youville »  lors de mon dernier séjour à Montréal, il m’a été répondu que leur patronne (comme tant de personnes qui s’impliquent dans des associations communautaires) était, elle aussi, en burnout !   Je n’ai pas eu trop de peine à les croire, d’autant que je me rappelle avoir, à l’époque, quitté mon job dans cette ONG dans un état de découragement particulièrement avancé. 

La maison de Partage d’Youville, c’est un peu comme l’association « Partage* » chez nous, il s’agit d’une banque alimentaire qui, trois fois par semaine, distribue  contre une modeste obole (3 $ canadiens) de quoi se nourrir pour quelques jours. La nourriture distribuée est principalement composée d’invendus, de fruits et légumes trop défraichis pour apparaitre sur les rayons et des restes de tous ceux (en particulier les hôpitaux et autres gros distributeurs de repas) qui veulent bien soutenir cette association. 

 

Quant à la clientèle bénéficiaire, elle est pratiquement uniquement composée de BS, c'est-à-dire de femmes et d’hommes au bénéfice du Bien-être Social (env. 700,- par personne, par mois, dès l’âge de 18 ans)  

 

Sauf qu’en Amérique du Nord, les publicitaires le répètent sous toutes les formes possibles des centaines de fois par jour : «Exister c’est consommer ». 

 

Voilà pourquoi, on  assiste, chaque 1er jour du mois, dès la réception du chèque mensuel, à une consommation effrénée et pathologique où chacun peut se lâcher et donc enfin exister…en consommant  sans modération !  Restaurants, locations de limousine, virées en discothèques et/ou au casino, tickets de loterie, achats de tickets de loterie, d’objets inutiles et autres babioles en tout genre, rien n’est trop beau, ni trop cher pour s’éclater… comme tout le monde… 

 

Et quand l’argent est dépensé (soit vers le 3 ou le 4 de chaque mois !) il est alors temps de faire appel aux banques alimentaires afin de pouvoir se nourrir d’ici au… prochain chèque. 

 

Le problème c’est que pour certaines familles, cela fait déjà 3 voire 4 générations que cela dure. Comment en effet avoir le goût du travail et le sens des responsabilités quand tu n’as jamais vu tes parents, tes oncles, tes cousines, etc. etc. se lever le matin pour aller gagner leur vie ? 

 

Il y a pourtant des travailleurs sociaux qui tentent de faire évoluer ces situations dramatiques en agissant  pour tenter (au moins) de sortir les enfants de ce cercle vicieux mais tous, ou presque, finissement par se brûler les ailes. Pauvre Madeleine, elle aussi est tombée dans le panneau, elle s’est engagée à fond, elle a essayé des approches différentes tout en luttant pour consolider son organisme, pour finir par réaliser qu’il n’y a aucune lueur d’espoir au bout du tunnel….

 

J’en entends déjà certains me rétorquer que l’état devrait arrêter de verser leur chèque  à ces profiteurs. Ok ! Mais pour leur proposer quoi à la place ? Rien ? La misère donc. Peut-être ? Mais il faudrait alors régler d’autres problèmes … en particulier de sécurité et cela risquerait  de… coûter encore plus cher !  

 

 

 

Pourquoi, je rends hommage à Madeleine, aujourd’hui ? Parce qu’elle le mérite d’abord mais également parce que l’association «Partage*» dans le cadre de ses 10 ans d’existence tiendra un stand la semaine prochaine à Balexert pour (encore mieux) se faire connaitre par les genevois. Passez les encourager !

 

Et puis, puisque le plein emploi ne reviendra vraisemblablement jamais, je me pose des questions sur ce que deviendront demain les enfants de celles et ceux qui aujourd’hui ne sont pas en mesure de trouver leur place sur le marché du travail…

 

 

 

*  http://www.partage.ch/

 

 

 

10:49 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

14/06/2015

Se souvenir de l'Action Villageoise !

Lettre à Laurent Seydoux ancien,de nouveau, futur président des Verts Libéraux genevois ! 


Laurent, Je sais à quel point tu aimes t'accrocher à n'importe quels petit signes, à tes fameux "retours" et aux chiffres pour conserver ton illusion que demain les VL seront ce parti influent conforme à ta vision.

C'est ton droit et ta persévérance serait louable si ....

Mais bref, ce blog n'est pas le lieu pour régler publiquement des dissensions  internes chez les Verts Libéraux. D'autant que je n'en fais plus partie... 

Non, c'est simplement en tant que fils de l'un des fondateurs de l'Action Villageoise de Plan-les-Ouates que j'aimerais te rappeler que si aujourd'hui tu te glorifie des 11.9 % obtenu par "tes" Verts Libéraux à Plan-les-Ouates, cela n'en est pas moins le plus mauvais score obtenu depuis la fin des années 70, par feu l'Action Villageoise qui est devenu, sous ton influence, les Verts Libéraux. 

Cette fusion a bien entendu été votée par les membres de l'Action Villageoise et je ne la remets donc pas en question mais vu que tu aimes les chiffres, permets moi de rafraîchir ta mémoire avec les scores suivants des dernières élections municipales à PLO :

Action Villageoise  :
1999 : 22,9 % 
2003 & 2007 : 19,5 %

Verts Libéraux 
2011 : 12,5 % 
2015 : 11,9 %

Et tu as de la chance que je ne sois pas parvenu à remonter plus loin parce comme tu le sais très bien, durant plus de 30 ans, l'Action Villageoise (sous l'impulsion d'hommes et de femmes voués à défendre les intérêts de leur commune sans avoir à obéir aux mots d'ordres des partis fédéraux) a largement contribué (en particulier avec le PDC) à gérer au mieux les intérêts de PLO et de ses habitants avec les résultats impressionnants que l'on connaît.
 
Ne serait-ce que la construction (contre l'avis de l'état et des milieux immobiliers de l'époque) du quartier du Pré du Camp qui est aujourd'hui cité en exemple dans toutes les communes et le développement (peu commun à l'époque)  d'une zone industrielle pour le moins florissante.

Ce parti n'existe certes plus mais les planaoutiens savent ce qu'ils lui doivent et c'est bien parce que j'ai l'impression que tu es en train de dilapider son héritage de sympathisants que je me permets de te rappeler d'où provient ton "plus haut score des VL dans une ville suisse"...

Pour le reste...que te dire ?

Bonne route ?


10:44 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |

12/06/2015

Droite – Gauche : Tous ensembles, tous ensembles…..

 

Nous avons pourtant les exemples des exécutifs communaux, cantonaux ou fédéraux ;  ils sont la démonstration éclatante que finalement ce sont les coalitions formées de femmes et d’hommes de droite, du centre et de gauche qui ont fait ce que notre pays est aujourd’hui. Un des plus riche et surtout un des plus jalousé de la planète.

 

Sauf qu’il  semblerait qu’il existe encore ce manichéisme d’un autre temps qui voudrait qu’on  soit de droite (et du centre) parce qu’il faut bien lutter contre la gauche et de gauche pour ne surtout pas être de droite.

 

Bien sûr, je schématise mais c’est pourtant une réalité qu’on peut constater en observant un tant soit peu la vie politique.  

 

Personnellement, c’est durant mon adolescence que j’ai commencé à m’intéresser à la politique. J’étais alors choqué par les affiches des Libéraux (l’UDC n’était alors – c’était le bon temps -  qu’un modeste parti de paysans bernois)  qui se contentaient d’affirmer que  voter pour la gauche, c’était non seulement soutenir les régimes communistes, là-bas de l’autre côté du rideau de fer, mais également encourager l’avènement de ces monstres dans notre pays et donc la fin de nos Libertés. Que pouvait-on répondre à ça ?

 

 Même si certains gauchistes ont probablement dû rêver du grand soir, il est clair que personne de censé n’a jamais souhaité voir notre pays devenir l’URSS.  Sauf que depuis toujours les hommes ont eu besoin d’avoir des adversaires bien définis pour pouvoir exister et à l’époque, après des trop longues et terribles années d’antisémitisme infect, c’était les « coco » les ennemis contre lesquels tous les coups étaient non seulement permis mais souhaitables….

 

C’est donc probablement de là que provient, aujourd’hui encore, ce besoin irrépressible de combattre la gauche dans certains milieux de droite. Ca vaut ce que ça vaut, mais au moins on arrive à comprendre les raisons historiques de leurs ressentiments.

 

C’est nettement moins évident lorsqu’il s’agit de l’inimitié des gens de  gauche contre la droite. On ne sait pas trop, s’il s’agit d’une sorte de jalousie face aux riches et aux patrons ou si c’est à force d’avoir été tant méprisés que certains seront toujours systématiquement contre tout ce qui provient de la droite. Les pires étant, toutefois, ces gauchistes convaincus de leur incontestable….supériorité morale.

 

Quant au centre,  en fait il n’existe pas. Le PDC  pourtant censé le représenter n’hésite jamais vraiment longtemps lorsqu’il s’agit de choisir son camp. Chez eux aussi, il y a encore des vieux réflexes anti-gauche.

 

Quoi qu’il en soit, c’est effectivement grâce à la présence d’élus de gauche dans des gouvernement de droite et de représentants de la droite dans des exécutifs de gauche que notre pays est aujourd’hui si fort.

 

Voilà pourquoi,  si, selon moi, le clivage gauche-droite est totalement désuet face aux enjeux du 21ème siècle, il n’en demeure pas moins que tant que perdureront ces vieilles rancunes, il faudra continuer à se rappeler que rien ne serait plus dangereux pour la cohésion et la prospérité de notre pays qu’une alternance… à la française (par exemple).   

 

Ou bien ?

 

07:36 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

04/06/2015

FIFA (encore) : De zéro à Zorro !

Une fois n’est pas coutume mais j’aimerais revenir sur mon blog précédent, d’autant que depuis sa parution, le moins que l’on puisse dire c’est que ça a bougé.

Si la démission de Sepp Blatter réjouira tout ceux qui ont préféré se focaliser 
sur la propreté douteuse de la cuisine et du chef plutôt que sur la qualité exceptionnelle des plats dégustés, personnellement, elle ne me fait ni chaud ni froid.

Contrairement à ce que certains ont pu penser, je n’ai jamais été particulièrement fan de ce monsieur, même si je lui reconnais l’extraordinaire expansion du football (réservé avant lui aux seuls européens et sud-américains) sur notre planète et surtout le magnifique spectacle proposé lors des coupes du monde qui se sont déroulées sous sa longue direction. Rien que pour cela, il aura toujours  mon respect. Pour le reste, les prochaines semaines devraient nous apporter des révélations... ou pas.
 

Une chose est certaine toutefois, je ne comprends pas comment les autorités judiciaires étasuniennes (mais de quoi je me mêle ?) si méprisées et décriées lorsqu’elles se sont permises de s’en prendre aux banques suisses, peuvent aujourd’hui être considérées par les mêmes commentateurs comme si exemplaires et essentielles à la bonne marche du foot, voir même du sport ?

Comment ont-elles pu passer en quelques mois de zéro à Zorro ? C'est un vrai mystère !

Quoi qu’il en soit, il est vrai qu’il faut espérer que la FIFA profitera de sa réorganisation pour revoir son statut. En effet, comme certains ont jugé utile de me le rappeler, actuellement la FIFA est considérée comme un «organisme sans but lucratif ». C'est tellement ridicule que cela en serait risible si ce monstre financier ne profitait pas de ce statut pour ne pas… payer d’impôts.

Il est donc grand temps que la FIFA soit enfin officiellement considérée comme ce qu’elle est, une entreprise privée chargée d’organiser et de vendre la manifestation sportive la plus regardée de la planète. Un arrangement avec les fédérations nationales  devrait pouvoir être trouvé, l’important étant qu’une partie (en tout cas !) de l’argent empoché soit reversé aux pays et autres clubs en charge de l’expansion du foot et donc de la formation des jeunes… 
(Il y a aussi le Servette FC dans le besoin, si jamais….).

Bref, il y a du pain sur la planche pour la future direction de la FIFA mais les moyens sont là et une saine réforme devrait donc être possible.

D’ici là, c’est avec une certaine perplexité que je vais observer la justice nord-américaine et les donneurs de leçon en tout genre (Dieu sait à quel point certains adorent voir les puissants tomber) s'acharner sur  la FIFA et Sepp Blatter. Depuis deux jours ceux-ci semblent convaincus d'avoir gagné et donc que 
la morale, ou plutôt leur morale, l’aurait enfin emporté sur la magouille....

Grand bien leur fasse !

07:19 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |