04/05/2015

Lettre à ma fille qui a 20 ans, aujourd’hui !

20 ans ! Woaw quelle chance ! Tu as la vie devant toi !

 

Mais si, quelque part, je t’envie, d’un autre, lorsque je regarde le monde qui nous entoure, je me demande, si en 2048 lorsque tu auras mon âge, ta génération aura aussi bien vécu que la mienne. 

 

Si, malheureusement, tel ne devait pas être le cas, cela serait de notre faute et vous aurez alors raison d’en vouloir à ceux qui vous ont précédés. D’abord parce que nous avons vécu à crédit et que nous vous laissons le soin de régler nos dettes pour les écoles, les armées, les routes et autres édifices publiques que nous nous sommes offerts mais aussi pour le train de vie que nous nous sommes autorisé, sans trop penser à vous….  

 

Comme si cela ne suffisait pas,  nous avons également usé et abusé des richesses naturelles de notre  planète et nous vous laissons donc celle-ci exsangue, polluée et truffée des déchets industriels (en particulier nucléaires) que nous n’avons pas su détruire. Tout ceci s’accompagnant des inévitables dérèglements climatiques inhérents à notre refus de remettre en question nos modes de vie.  

 

Oui, vous avez de quoi nous en vouloir d’autant que nous ne sommes pas prêt de changer. Au contraire, comme tu l’as sûrement remarqué, en vieillissant nous avons tendance à devenir de plus en plus intolérants, égoïstes et nostalgiques et, par conséquent, toujours plus fermés à celles et ceux qui sont juste… différents. C’est d’autant plus ridicule et incompréhensible,  que nous sommes quotidiennement confrontés à un monde qui est, lui, toujours plus mondialisé.

 

Donc si toi et ta génération désirez que cela change afin que vous puissiez léguer à vos enfants une planète encore viable, il va falloir prendre le taureau par les cornes… et vite !

 

Pas besoin pour autant de quitter des yeux vos écrans divers (qui semblent, pour certains, greffés au bout de vos bras) parce que c’est bien en raisonnant globalement (et en agissant localement) qu’il vous sera, je l’espère, possible de prendre, demain, les décisions environnementales, économiques et politiques qui s’imposent. 

 

Il est vrai qu’entre les jeunes chinois et autres ressortissants des pays émergents qui ont encore tout à prouver et les jeunes occidentaux qui vivent des dividendes d’un 20ème siècle que leurs ancêtres ont dominé, vous n’avez pas forcément les mêmes desseins, mais vous en avez Internet en commun (et la vie « culturelle » qui va avec), vous partagez toutes et tous cette réalité d’un monde globalisé avec les mêmes idoles,  fléaux et… lueurs d’espoir. 

 

Est-ce que cela va, pour autant, suffire à permettre un véritable changement de paradigme ? J’espère vivre assez vieux pour le voir, mais peut-être parce qu’en tant que croyant je refuse de perdre tout espoir en l’humanité, j’ai très envie d’y croire… 

 

Je pense en effet que, dans l’ensemble, vous avez bénéficié de bonnes écoles et d’une éducation qui vaut ce qu’elle vaut mais qui a au moins eu l’avantage d’être  libérée de  nos vieilles certitudes sectaires, que cela soit au niveau religieux (à quelques notables et inquiétantes exceptions prêts) ou politique.

 

Vous êtes donc plus lucides et avertis que jamais, ne serait-ce que parce que vous êtes la première génération à détenir une clairvoyance universalisée qui vous permet de penser par vous-même et d’avancer en connaissance de cause.

 

Voilà pourquoi, je suis certain que vous n’avez pas fini de nous surprendre et de nous en remontrer. C’est en tout cas, tout le mal que je vous souhaite, à toi et à tes « amis » virtuels…  

 

07:22 | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook | | | |

Commentaires

C'est bien de faire son mea culpa, mais est-ce vraiment raisonnable de mettre une telle charge sur votre fille ?

La théorie des cycles longs de Kondratiev nous rappelle la sagesse déjà véhiculée par le plus ancien livre en Chine, le Yi-King, ou le livre des transformations, qui rappelle le caractère cyclique de toute chose.
Le basculement de paradigme est déjà perceptible. Jeremy Rifkin en est l'ambassadeur le plus visible. Michel Bauwens, président du P2P en est un autre même si la lecture de son dernier ouvrage me laisse un vague sentiment de pessimisme.

Nous pouvons donc agir maintenant, sans reporter le poids du changement sur nos jeunes têtes en empêchant, tant que faire se peut, aux grands groupes hégémoniques de profiter du flou induit pour ramasser tout ce qui peut encore l'être avant le basculement vers les communs qui consacrera la fin des structures hiérarchiques et en répartissant le pouvoir horizontalement.

Et pour commencer, en petit, chacun à son niveau, on pourrait par exemple boycotter Uber. C'est ça qu'il faut expliquer à votre fille qui fait partie de cette génération si enthousiaste avec les outils numériques. Lui suggérer de voir ce qu'il y a derrière et ce que ça préfigure.

Oui, évidemment, nous avons fait des erreurs, comme nos anciens d'ailleurs. Mais la révolution induite par internet et bientôt par le web 3.0 et l'internet des objets est une opportunité nouvelle qui rend la génération de votre fille responsable à son tour. Donnez lui envie !

Écrit par : Pierre Jenni | 04/05/2015

Très joli billet de la part d'un papa dont les questions reflètent sans doute les mêmes posées par nos anciens et auxquelles on aurait pu répondre ,serait-ce que vous ayez si peu confiance en vous pour douter de ce que nous ferons en suivant votre exemple
La vie n'a jamais été une tarte à la crème et quand on est jeune au diable les craintes des mamis and papis à moins que la jeunesse d'aujourd'hui soit plus craintive que nous qui avons été biberonnés aux laits,frayeurs ,viols ,terreurs bref tout ce qui pourrait condamner un futur humain à ne jamais sortir de son cocon et ce fut exactement l'inverse grâce aux hommes qui avaient fait la MOB et qui eux ont su nous montrer la voie à suivre
Aussi Monsieur Strohbach je suis certaine que votre fille saura elle aussi faire les choix qui lui sont personnels avant tout et c'est tout le bonheur qu'on peut lui souhaiter
très belle journée pour Vous

Écrit par : lovejoie | 04/05/2015

Merci de bien vouloir lui transmettre mon chaleureux "Joyeux Anniversaire" !

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 04/05/2015

J'aimerais commenter un assez long passage, que voici:

"....cela serait de notre faute et vous aurez alors raison d’en vouloir à ceux qui vous ont précédés. D’abord parce que nous avons vécu à crédit et que nous vous laissons le soin de régler nos dettes pour les écoles, les armées, les routes et autres édifices publiques que nous nous sommes offerts mais aussi pour le train de vie que nous nous sommes autorisé, sans trop penser à vous….
Comme si cela ne suffisait pas, nous avons également usé et abusé des richesses naturelles de notre planète et nous vous laissons donc celle-ci exsangue, polluée et truffée des déchets industriels (en particulier nucléaires) que nous n’avons pas su détruire. Tout ceci s’accompagnant des inévitables dérèglements climatiques inhérents à notre refus de remettre en question nos modes de vie. "

En effet, j'aimerais nuancer ce que vous dites.
Le terme de "faute" me dérange, parce que ça place le débat sur le terrain de la culpabilité, alors que je pense qu'il s'agit plutôt de responsabilité et de responsabilité collective.
Si mon enfant me disait : " C'est de ta faute ( de la faute de ta génération) que nous vivions dans un monde mal fichu!" , j'aurais des réponses autres que le mea culpa.
D'abord le fait que moi-même et ma génération, nous sommes les héritiers des décisions prises par nos parents et grand-parents. Nous avons porté les conflits et les charges causées par les deux guerres mondiales, les frontières bizarrement tracées, les traités bancals et les compromissions de toutes sortes, sans parler de la sortie du colonialisme, histoire séculaire. Il n'est pas possible d'isoler la génération des baby-boomers, comme s'ils étaient les seuls fautifs de l'état du monde.
Le côté environnemental me pose effectivement de graves questions et j'espère que nos enfants seront plus honnêtes et créatifs dans ce domaine que nous, en tant que collectivité planétaire. J'espère qu'ils ne seront pas aussi égoïstes et matérialistes que nous, mais leur avons-nous appris le partage ?
Nos enfants, ici en Europe, ont profité de tout ce bien-être que notre génération a su mettre en place et ils n'ont pas idée de tout ce qui ne va pas de soi.
En cela, je rejoins Pierre Jenni : renoncer au smartphone et ce qu'il implique, n'est pas facile.
Un enfant qui me reprocherait de faire partie de la génération qui a inventé internet et qui renoncerait à ce moyen de communication et tout ce qui vient avec serait dans une cohérence courageuse et novatrice.

Mes parents étaient des rescapés de la guerre de 39-45 , chacun orphelins de père et ils nous ont éduqués à la va-comme-je-te-pousse. Jamais n'aurais-je eu l'idée de leur reprocher l'état du monde, alors que dans le années 60-70, ce n'était pas tous les jours le paradis, à aucun niveau.
C'est qu'ils avaient tant souffert et n'en avaient si peu parlé que cela forçait le respect. J'ai reconstitué leur parcours avec de fragments livrés au compte-goutte.
Nous avons effectivement eu des jeunesses pleines de conquêtes, qui sont désormais remises en question. Les soixante-huitards seraient à l'origine de tous nos problèmes actuels.
On peut lire la situation ainsi, c'est jouable, mais fragmentaire. Car même s'ils sont plus influents que leur nombre ne devrait le permettre, les seuls Européens occidentaux ne mènent pas à eux seuls le monde, il est bien plus vaste que cela.
On souhaite le meilleur pour nos enfants, c'est bien normal et même indispensable, mais il faut penser à leur inculquer le sens de leurs propres responsabilités d'adultes. Ce n'est pas se défausser que de dire ça, le destin des enfants de notre société est de devenir autonomes en tout.
Les ex-enfants devraient toujours essayer de faire mieux que leurs parents!

Écrit par : Calendula | 05/05/2015

"Il est vrai qu’entre les jeunes chinois et autres ressortissants des pays émergents qui ont encore tout à prouver et les jeunes occidentaux qui vivent des dividendes d’un 20ème siècle que leurs ancêtres ont dominé, vous n’avez pas forcément les mêmes desseins, mais vous en avez Internet en commun"

Comment discuter avec quelqu'un qui ne sait même pas que les Chinois n'ont pas accès à notre internet ?

Écrit par : Géo | 05/05/2015

Excellent !
Je reconnais là mon ami Géo ...

"Comment discuter avec quelqu'un qui ne sait même pas que les Chinois n'ont pas accès à notre internet ?
Écrit par : Géo | 05/05/2015"

Bien que j'aurais aimé rester dans la célébration de l'anniversaire de la fille de Vincent, je crois qu'il est impossible de passer à côté de cette remarque.

Pour un homme de gauche comme Vincent, il lui est impossible de critiquer la dictature communiste corrompue.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 05/05/2015

MDR ! Mais bien sûr en bon gauchiste (vous voyez VLD que vous m’avez finalement rangé dans une petite boite bien rassurante) je défends avec toute ma conviction la Chine et son merveilleux système démocratique. C’est même ce pays qui me rémunère pour que j’écrive, entres autres, que l’accès à Internet y est libre et encouragé...

Non, sérieusement, Geo a raison, je me suis planté, la Chine n’est pas le bon exemple lorsqu’on parle d’Internet même si il existe bien des cafés Internet dans les grandes villes chinoises mais les accès y sont méchamment restreints et contrôlés….

Pour les autres intervenants, merci pour vos commentaires, vous avez raison…

Écrit par : Vincent | 05/05/2015

Mein Gott, Vincent, que vous êtes susceptible !
Avez-vous transmis mes vœux à votre fille ?
J'aime quand vous faites preuve d'humilité et reconnaissez vous être trompé.
à+

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 05/05/2015

Réjouissez vous, car vous êtes en bonne voie pour réjouir la génération suivante en devenant un grand-papa.
Les générations se suivent, se continuent et se ressemblent...

Écrit par : Steve Roeck | 07/05/2015

Les commentaires sont fermés.