03/04/2015

Non, on ne rigole pas avec la politique !

Mais, putain, c'est sérieux la politique, ce n'est pas un spectacle, ce n'est pas le championnat du monde des vœux pieux, des promesses et autres « rêves » en tout genre !

 Vous m’en voyez désolé mais c’est nettement  moins glamour que ça.  Il s’agit en effet de la gestion législative et exécutive du présent, du futur et même parfois (des erreurs) du passé de nos collectivités. C’est donc, entre autre, veiller à la meilleure utilisation possible de … nos impôts. Autant dire que ce n’est pas forcément captivant, ça peut même être très chiant mais c’est pourtant bien pour ça que les candidats, qui font campagne ces jours dans les communes genevoises, s’engagent, non ?

 A moins que cela ne soit pour avoir leur tête dans le journal, pour passer à la télévision (quitte à y être rabroué) ou encore pour s’y faire des nouvelles relations (commerciales ou non) ?

Bon, il est vrai que pour les médias en particulier, il n'y a rien qui ressemble plus à une élection qu'une autre. Ils appellent ça un marronnier parce que cela revient année après année et à chaque fois, il leur faut proposer une accroche inédite à leurs lecteurs ou téléspectateurs…. Avec le risque évident de s’intéresser plus au spectaculaire qu’au concret, à l’émotionnel plutôt qu’au rationnel, aux grandes gueules au détriment des candidats sérieux voir même parfois un peu ennuyeux.

Sauf que, pour prendre un exemple national, si au niveau visibilité médiatique il n'y a pas photos entre O.Freysinger et D. Burkhalter, ... au niveau confiance, efficience et vision, non plus ! 

Bref, n’en déplaise à certains journalistes, mais oui en politique les souris grises laborieuses seront toujours préférables aux paons et autres cigales ....

Donc, à moins d’être prêt à prendre le risque de faire (comme Toronto) la une des médias de la planète avec les frasques délirantes d'un maire décadent, il me paraît nettement plus constructif de choisir ceux qui vont gérer nos magnifiques communes genevoises en fonction de leurs cv et de leurs engagements pour la communauté plutôt qu'en se fiant à des photos retouchées et autres slogans simplistes. 
 
Parce qu'encore, une fois,  c'est sérieux la politique, très sérieux, trop peut-être pour être véritablement sexy. On  ne s’y engage donc  pas pour faire les beaux, ni pour boire des coups aux  frais de la princesse mais bien pour s'occuper de problématiques sans fin, toutes plus complexes et insolubles les unes que les autres.

C’est pour cela que ça prend donc des femmes et des hommes particulièrement compétents, bosseurs et intègres. Je suis d’ailleurs certain que c’est le cas de la majorité des candidats aux élections du 19 avril prochain, il suffit juste d’être en mesure de pouvoir, un tant soit peu … épurer.  

Chaque génération, chaque corps social, chaque citoyen, chaque contribuable étant en effet, en droit de pouvoir compter sur des autorités politiques (et les administrations qu'elles dirigent)  à la hauteur de la confiance qui leur est accordée, lorsque nous glissons leurs noms dans l’urne.

Ou bien ?  

 

10:59 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Coluche, tu me manque !!!

Il avait dit, un jour ...

"Ça fait beaucoup marrer les gens de voir qu'on peut se moquer de la politique, alors que dans l'ensemble, c'est surtout la politique qui se moque de nous."

Toute une armée de politiciens à entretenir sur les deniers de l'état, ça en fait du monde ... du beau linge ...

100 députés au Grand Conseil de Genève ... la suite ... vous la connaissez aussi bien que moi, n'est-ce pas Vincent ?

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 04/04/2015

Une petite question, cher Vincent ... en cas d'adhésion de la Suisse à l'Empire ... combien de députés européens devrait envoyer la Suisse, au prorata de sa population (8 millions) à Bruxelles, rien qu'à Bruxelles ?

Quelle serait la masse salariale que le citoyen suisse devrait supporter et financer ?

Tout en sachant que le poids de la Suisse dans toute négociation, vu son poids démographique de 8 millions sur 500 millions d'européens (et je pèse mes mots) ... la toute petite armée de députés suisses à Bruxelles, n'arriveraient jamais à imposer son point de vue à l'Europe toute entière, sa vision d'un futur ... commun.

Politique ... politique ... politique ...

En ce jour de Pâques, permettez moi de vous souhaiter de Joyeuses Pâques ...

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 04/04/2015

Désolé VLD mais (oserais-je dire comme souvent ?) je ne comprends pas le sens de vos commentaires.
Je vous parle élections municipales genevoises et vous me répondez communauté européenne en citant Coluche.
C'est quoi le rapport ??

Quoi qu'il en soit merci pour vos vœux et joyeuses Pâques à vous aussi !

Écrit par : Vincent | 04/04/2015

Parler des élections municipales en ville de Genève ?
Chiche ... est-ce que Sandrine Salerno, si jamais elle est réélue, gardera Valérie Garbani à son poste d'avocate à la Gérance Immobilière (GIM) ?

La valse des milliards va-t-elle continuer comme d'habitude ?
C'est vrai que les 180'000 habitants de la ville de Genève, qui se font imposer à hauteur de 1 milliard de francs, pour le budget de cette minuscule bourgade, me font rire ... à pleurer ...

Le jeune PDC Genecand m'a fait mourir de rire, l'autre soir, jeudi, sur Léman Bleu ... un bleu sur Léman Bleu, c'est rigolo ...

Toute la bande était à exploser de rire, au fait, avec le "grison" Medeiros ... un suisse, un vrai, des montagnes du canton des Grisons ...

Chaque peuple a les dirigeants qu'il mérite, juste, n'est-ce pas cher Vincent ?
Les Russes ont Putin le milliardaire ...
Les genevois ont Sami Kanaan, comme Maire ... enfin ... cette année ...

Vive la politique et surtout n'hésitez pas à me répondre ... , juste pour le fun !

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 04/04/2015

Toujours au chapitre "municipales" à Genève ... encore une question ...

Qu'est advenu du bâtiment du 25, rue du Stand ?


"Fin 2003, le Département de l'aménagement, des constructions et de la voirie de la Ville de Genève, alors dirigé par Christian Ferrazino, avait acquis l'immeuble du 25 rue du Stand afin de rassembler ses services. Estimé à 16 millions de francs en novembre 2003, le bâtiment avait été acheté à l'Union bancaire privée (UBP) 30 millions trois mois plus tard. En incluant les travaux et le mobilier, c'est près de 40 millions de francs que les contribuables genevois auront sortis de leur poche."

La valse des millions continue avec l'affaire du restaurant "La Perle du Lac" et 7,5 millions de francs de travaux de rénovation.

Même reconstruit entièrement à neuf, ce bâtiment aurait coûté bien moins cher.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 04/04/2015

Ok, VLD !

So What ?
Vous cherchez à démontrer quoi ?
Qu'il y a eu, qu'il y a et qu'il y aura vraisemblablement toujours des couacs et de l'argent "jeté par les fenêtre" des différentes administrations, où qu'elles soient dans ... le monde !
Ce n'est pas vraiment un scoop, vous l'admettrez !

Quoi qu'il en soit, je ne sais pas dans quelle boîte vous m'avez rangé, mais sachez que je ne me sens absolument pas concerné par les erreurs d'un camp ou d'un autre.

N'empêche que c'est justement parce que nos politiciens sont à l'image de la société, pas parfaits, qu'il faut essayer d'en choisir des meilleurs, pas des pires ! non ?

Ceci dit, vous m'excuserez, mais samedi après-midi pluvieux = foot anglais,

Déjà que l'après-midi a très mal commencé !

Bonne soirée !

Écrit par : Vincent | 04/04/2015

Cher ami, loin de moi l'idée de vous "mettre" dans une quelconque boite ...

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 05/04/2015

Les commentaires sont fermés.