27/03/2015

Être dupe…. ou pas !

 

Je ne vois pas en quoi l'avènement de partis et groupements politiques de type FN, UDC, Podemos, Tea Party, Syriza, MCG et autres Mouvement 5 étoiles de Beppe Grillo ne peut être compris autrement que comme la terrifiante conséquence d'un inexorable abrutissement des masses. 

Expliquer à qui veut bien l'entendre que les politiques sont invariablement des incapables et que tous les problèmes peuvent être réglés en claquant des doigts ne constituait pas un discours vraisemblable, il y a encore quelques années. Aujourd'hui plus tu tiens des théories simplistes, plus tu promets que tu vas mettre au pas les élites (financières mais aussi culturelles, médiatiques, et intellectuelles) rien qu'en haussant le ton, plus ils s'en trouvent pour te croire.

Non, je ne méprise pas le peuple, bien au contraire, je le respecte suffisamment pour penser qu'il mérite beaucoup mieux que la bouillie médiatique et les promesses démagogiques qui lui sont servis quotidiennement par ceux qui ne considèrent la population que comme des parts de marchés (et/ou des électeurs) à conquérir par tous les moyens. 

La faute n'est donc pas au public qui demande des sottises mais bien à ceux qui ne sont pas capables de lui proposer autre chose.....

Ce n’est pas moi qui le dis, c'est Cervantes (via Don Quichotte) qui avait déjà tout compris…. il y a plus de 500 ans !

 

Quoi qu’il en soit, sauf un changement de paradigme, dont je ne vois pas trop ce qui pourrait le provoquer, on peut craindre que les  populistes n’aient pas fini d’embarquer les foules.

 

C'est hallucinant, ça fait peur mais c'est bien la réalité du monde dans lequel nous vivons.

 

C'est alors aux citoyens qui ne sont pas dupes de savoir s'ils préfèrent surfer sur le phénomène (et… en profiter !) ou tenter de le combattre...

 

09:11 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Oui, vous avez raison.
Mais quand on voit qu'un Mario Draghi, vice président de la branche européenne (2002-2005)de Goldman Sachs est président de la BCE, lui qui a très probablement collaboré avec Loukas Papadimos gouverneur de la banque de Grèce pour truquer les comptes grecs à l'aide des swaps proposés par Goldman Sachs, ce Papadimos qui fut vice président de la BCE avec Trichet et qui fut nommé en Grèce pour résoudre la crise grecque qu'il avait lui-même créée, quand on voit ce bal des mafieux de la finance jongler avec une crise qu'ils ont eux-mêmes créée alors que que tout le monde était au courant, on peut vraiment se demander quels sont les responsables qui nous gouvernent.

Écrit par : Lambert | 27/03/2015

@Lambert :
Oui bien sur, vous aussi vous avez raison même si je pense qu'il serait injuste de mettre toute la classe politique dans le même panier.

Ceci dit, raison de plus pour ne pas opter pour ... pire !
Non ?

Écrit par : Vincent | 27/03/2015

" Quoi qu’il en soit, sauf un changement de paradigme, dont je ne vois pas trop ce qui pourrait le provoquer, on peut craindre que les populistes n’aient pas fini d’embarquer les foules. "

Certes, mais pour autant qu'on accepte d'être embarqué ...

D'accord avec vous pour condamner le populisme et ne pas y sombrer. Le remède pour l'éviter ? Diversifier ses sources d'information, échanger avec des gens d'opinions, de cultures et d'horizons divers. Se remettre en question, se cultiver, lire, fuir la pensée unique, éviter le nouvel opium du peuple que sont ces séries américaines dont les TV nous arrosent copieusement, ce culte des vedettes de cinéma et du monde sportif. Aiguiser sa curiosité en recherchant les informations à la source. Se méfier des propositions simplistes : "yaka, faut qu'on, etc," !

Les blogs par leur interactivité et les échanges d'opinions avec autrui constituent un stimulateur à cet égard.

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 27/03/2015

Les commentaires sont fermés.