11/10/2014

RÉCOMPENSÉ ?

Sacré Nicolas Bedos ! Son canular avec l'ex compagne du président a plutôt bien marché.
Bien joué, ça prend des exemples concrets pour dénoncer de façon limpide la peopolisation délirante de tout celles et ceux qui sont susceptibles de l'être.
Ça en devient ridicule mais c’est si rentable, que personne ne songe sérieusement à tuer la poule aux œufs d’or...



Il faut toutefois admettre qu'en dehors de l’aspect mercantile de ce manque de pudeur et pour en revenir à la genèse de toute cette histoire, il semblerait que, pour de nombreuses femmes, le pouvoir soit l'attribut le plus sexy d'un homme.
Je m’en voudrais de généraliser, mais les faits sont là. Plus tu montes haut dans la hiérarchie politique, plus tu es séduisant. C’est sûrement une bonne nouvelle pour les plus moches mais on se demande alors si cela pourrait contribuer à motiver ceux qui savent pourtant qu’il vont se faire apprécier (parfois) mais surtout insulter, mépriser voir humilier par les médias et l’opinion publique. Le jeu en vaudrait-il la chandelle ?




Non, plus sérieusement, le problème c’est qu’aujourd’hui à l’heure des chaînes d'information continue (jamais rassasiées) et de la possibilité pour tout citoyen de se transformer en paparazzis, il est de plus en plus difficile d’être à la fois connu et discret.
Et comme, en plus, les médias populistes ont (très) bien compris que les gens ont besoin d’adorer puis (idéalement) de brûler leurs idoles médiatiques, plus personne n’est à l’abri d’une indiscrétion susceptible de briser en quelques clics, des carrières qui ont (parfois) été bâties sur des années.



Finalement, les seuls qui ne semblent pas (encore ?) soumis à la curiosité publique ce sont les hommes d’affaire. Tout le monde se fout de connaitre la vie personnelle des grands patrons et autres "cadres supérieurs", non ? Ceux-ci ayant,bien souvent, autant si ce n’est plus de... pouvoir que les hommes politiques, on comprend mieux pourquoi les plus brillants d’entre les jeunes diplômés choisissent de très bien gagner leur vie plutôt que de la consacrer à la gestion des affaires publiques.

Résultat, on a les hommes et les femmes politiques qu’on peut et, pour ceux qui ne sont pas satisfait de leurs performances, il ne leur reste plus qu'à s’impliquer pour tenter de leur piquer le boulot et de faire mieux. Sauf que la politique c'est certes passionnant mais c'est surtout complexe, difficile, parfois violent et particulièrement ingrat ….

Mais bon pour ceux qui arrivent au bout, il semblerait qu’il y ait quelques compensations….

13:33 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.