09/09/2014

CA M’ENCOURAGE A CONTINUER !

Deux copains qui fêtent successivement leurs 50 ans avec leurs amis et ma traditionnelle réunion de famille et c’est, tout à coup, par dizaines que j’ai reçu des encouragements à persévérer et même des félicitations pour ce blog. Cool ! Moi qui pensait « prêcher « dans le désert me voilà avec une nouvelle responsabilité, celle de parvenir à intéresser encore plus…

En tout cas, merci pour ces appréciations diverses, ça m’encourage à… continuer.

Ceci dit, soyons clair, ma motivation première n’est pas de me retrouver (coupé, tranché, émincé) dans les pages papiers de la TG ni même d’être vu par un maximum d’internautes.

Non, c’est juste que c’est plus fort que moi, il y a des trucs que je ne peux pas laisser passer et s’il m’arrive d’intervenir directement sur des blogs voisins pour contrer des affirmations et autres théories qui me paraissent particulièrement irresponsables, j’ai également besoin d’exprimer tout haut mes coups de cœur mais surtout mes inquiétudes par rapport à la société dans laquelle nous vivons.

Même si je suis conscient des limites de l’exercice, en tant que père de famille (inquiet de l’état de la planète que nous allons laisser aux générations futures) je me dis que rien faire, rien dire et mettre la tête dans le sable pour ne pas voir ce qui se passe serait la pire attitude à avoir.

Comment, par exemple, assister à la montée de l’intolérance, du repli sur soi, de la fermeture aux autres cultures et donc des extrémismes en tout genre sans pousser des coups de gueules qui sont autant l’expression d’une (sincère) douleur qu’une tentative désespérée de réveiller quelques consciences avant qu’il ne soit trop tard ?

Autant dire que je ne me fais pas trop d’illusions sur l’impact de mes modestes et maladroites tentatives de remettre les pendules à l’heure mais une chose est certaine, ne pas réagir n’est absolument pas une option envisageable.

Et si aujourd’hui, c’est la peste brune qui est ma principale préoccupation, rien ne dit que demain, cela ne sera pas d’autres combats qui motiveront mes propos. J’aime croire, en effet, qu’avec le temps, l’expérience et l’acquisition de nouvelles connaissances, les convictions qui sont les miennes aujourd’hui, ne seront plus tout à fait les même, demain…

Enfin, je terminerais en assurant mes adversaires que ce n’est pas parce que mon blog est désormais (à la demande de la TG) modéré que je procéderai (à l’image, entres autres, des élus MCG) à la sélection de vos réponses suivant qu’elles me seront, ou pas, favorables.

Au contraire, c’est bien entendu aussi et même surtout pour pouvoir débattre et donc prendre connaissance de sons de cloches différents que je m’exprime si régulièrement. Selon moi, c’est le meilleur moyen d’évoluer….

Sur ce, le temps des vacances arrivant enfin, je fais une petite pause jusqu’au début octobre, je vous promets de revenir... plus motivé que jamais….

18:50 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

04/09/2014

VIVE LES BOBOS !

 

Apparemment, je dois en être un vu que cela fait plusieurs fois qu’on me traite de la sorte.

 

J’ai donc fait le test « quel bobo êtes-vous ? » et il semblerait qu’effectivement je possède bien la majorité des attributs propres à un bobo. Du coup, vous savez quoi ? Je l’assume sans aucun problème.

 

Même si dans la bouche de ceux que j’appelle les néo-réacs, il semblerait que cela soit l’insulte suprême. D’autant que si, par malheur, vous donnez, en plus, dans ce qu’ils nomment (sans que personne ne sache vraiment ce que cela veut dire) « l’angélisme » vous êtes alors le fléau contre lequel toute l’extrême droite se mobilise….   

 

Mais pourquoi en fait ?

 

D’abord, il faut savoir que le terme bobo ratisse large, s’il y a effectivement quelques insupportables marxistes convaincus de savoir ce qui est bon pour la population et donc bien décidé  à l’imposer, il y a aussi et surtout des hommes et des femmes qui ne comprennent pas en  quoi faire partie de la classe moyenne, avoir des réflexes (certes un peu égoïstes) de citadins, être plutôt écolo, informé, tolérant voir (pour certains) cultivé  ferait de nous des citoyens irresponsables ?

 

Est-ce, parce que nous n’embarquons par dans le discours dominant de peur, de rejet de l’autre et de replis sur nous même ?

 

Ou est-ce parce qu’on est convaincu que toute décision prise en tenant compte du long terme et de la sauvegarde de notre environnement sera toujours préférable aux réactions spontanées et populistes ?

 

Quoi qu’il en soit, en admettant que nous désirions rentrer dans le rang, la question serait de savoir comment.  Faut-il :

 

- Tenir des discours mettant en avant la patrie, l’ordre, la discipline, l’intolérance sans oublier l’indispensable petite touche de xénophobie ?

 

- Affirmer haut et fort que tous les médias sont noyautés par des vilains gauchistes et que par conséquent nous ne pouvons pas leur faire confiance ?

 

Peut-être !  Mais est ce que, pour autant, cela suffira à nous transformer en bons citoyens suisses capables de voter enfin  ….comme des vrais « nein sager » ? Pas sur,  j’ai bien peur que nous devions, en plus, accrocher une photo de Blocher sur le mur du salon…..

 

Non, plus sérieusement, je ne vois pas en quoi la présence et le poids politique de citoyens mus par des convictions humanistes peuvent être des freins à l’évolution de notre pays. Cela fait déjà longtemps que les bobos sont majoritaires dans les villes et (n’en déplaise à ceux qui n’existent qu’en affirmant le contraire) Genève, Zurich, Bâle et Lausanne sont des villes où, quoi qu’on en dise, il fait plutôt bon vivre. 

 

Donc, oui nous les bobos nous existons, non nous n’avons pas honte et non les fach.. oups ! les nouveaux réacs n’ont  pas  de leçons de gestion et de patriotisme à nous donner.

 

Notre pays continuera à avancer avec nous… malgré eux ! 

 

06:56 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |