18/07/2014

Genève terre d’Accueil et de Liberté !

Hier matin en prenant mon café-tartine quotidien, ô surprise, j’apprends par la TG que Zebda sera ce même soir en concert gratuit au Jardin Anglais. En temps normal, je ne suis pas très fan des bains de foule mais bon, pourquoi ne pas profiter de cette magnifique soirée d’été pour aller vibrer aux sons entrainants (et plein de souvenirs) de ce groupe de Toulouse.

Et comme je n’en peu plus de passer ma vie (professionnelle) sur mon scooter, une fois n’est pas coutume c’est en Tram 12 que nous nous rendons au Jardin Anglais.

Sympathique concert, une musique qui donne la pêche, des paroles qui font du bien, quelques vieux copains croisés par ci par là, bref, je passe une très agréable soirée jusqu’à ce que nous décidions de nous assoir quelques minutes dans l’herbe, le temps de finir notre caïpirinha.

Quelle n’est pas ma stupéfaction de voir alors surgir un groupe de 6 policiers (en tenue de combat) armés (entre autre) de leur lampe de poche visiblement à la recherche de… fumeurs de joints. Le groupe assis à côté de nous étant composé de quelques jeunes à la peau foncée, c’est bien évidemment eux qui ont droit au contrôle le plus fouillé. Notre police semble satisfaite puisqu’elle a réussi non seulement à effectuer une vérification d’identité générale mais également à trouver un mini sachet qui semble contenir de la marijuana. Woaw ! Bravo les gars, qui à dit qu’à Genève on n’était pas en sécurité ? Je ne sais pas si une amende sera infligée mais le sachet est confisqué et notre petite troupe de flics s’en va, nez au vent, sniff, sniff… à la recherche d’autres odeurs suspectes….

La semaine n’est pas tout à fait terminée, il nous faut donc rentrer et c’est en compagnie d’un certains nombres de jeunes et moins jeunes, plus ou moins ivres, que nous nous retrouvons dans le tram 12. Je ne peux m’empêcher de me moquer de ma compagne qui nous achète un billet sur son application TPG, je lui explique qu’à cette heure là, c’est bien la seule à payer le prix du transport, qu’à partir d’une certaine heure, les TPG sont plus laxistes parce que le but c’est d’encourager la population à se rendre au centre ville avec les transports en commun et qu’il vaut mieux que les personnes éméchées rentrent en tram ou bus plutôt qu’en voiture, etc. etc.


Mais bon visiblement, je connais mal les TPG puisque à la place de Neuve, c’est un autre groupe d’hommes en uniforme, non moins agressifs que les précédents, qui débarque manu-militari dans le tram pour s’acharner (avec un zèle, dont leurs dirigeants peuvent être fiers) sur quelques malheureux touristes et autres…. groupes de jeunes.

Voilà, voilà, en une heure hier (entre 23h et minuit) j’ai assisté à plus de contrôles que j’en ai connus ces dernières années. Apparemment, il ne fait pas bon être jeune, ni basané, ni touriste. Jeunes touristes blacks ou métis passez votre chemin ! Ici, comme le chantait Zebda hier soir ; y a pas, y a pas, y a pas d’arrangement !

Moi qui, naïvement, pensait que Genève était encore (comme quand j’étais jeune) une ville sympa, conviviale, tolérante et accueillante, voir même (décidément, je suis largué !) une terre de Liberté !

Manifestement, il y a trop longtemps que je ne sors plus…..

13:03 | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Oui les commentaires sont désormais modérés !

C'est le modérateur (!) des blogs qui me l'a ... suggéré !

Cela ne correspond pas tout à fait à ma compréhension de la Liberté d'expression mais comme j'ai appris à toujours être agréable avec mes hôtes....

Écrit par : Vincent | 18/07/2014

Monsieur Vincent Strohbach: "Moi qui, naïvement, pensait que Genève était encore (comme quand j’étais jeune) une ville sympa, conviviale, tolérante et accueillante, voir même (décidément, je suis largué !) une terre de Liberté !" Bienvenue dans une ville ou un canton qui compte désormais plus de 50% d'étrangers. Dont certains (une petite minorité certes) sont libres de vous voler ou de vous agresser.

Écrit par : Charles | 18/07/2014

@Charles. De mon côté, j'ai la chance de fréquenter professionnellement tellements de ressortissants de pays différents que j'en vois surtout leur apport pour notre économie et notre... ouverture au monde !

Si, si !

Une chose est certaine, cependant, tant que nous serons une des villes les plus riches du monde, nous attirerons les brigands en tout genre. Et ça, effectivement tous les genevois (ou presque) en... paient le prix !

Et comme avec l'élargissement constant du fossé entre les plus riches et les plus pauvres de la planète, ça risque pas forcément de s'améliorer, nous allons, demain, devoir compter sur des forces de l'ordre de plus en plus performantes !

Voilà pourquoi, Charles, selon moi, le problème c'est les voyous !!
On s'en fou qu'ils soient étrangers ... ou pas !

Écrit par : Vincent | 19/07/2014

La lecture de votre billet m'a quelque peu dépité. Je suis métisse, vie à Genève depuis ma plus tendre enfance, n'ai jamais consommé de drogue et paye mon billet de bus comme mes parents me l'ont appris. Le pire étant que je n'aie été contrôlé par la police qu'à l'étranger! J'ai des enfants à qui j'ai appris à payer chaque titre de transport, à qui je répète qu'il faut respecter les lois et règles (en Suisse comme à l'étranger) et que je punirais bien plus sévèrement que la police si je venais à trouver un peu marijuana dans leurs poches.

A vous lire, il semble désormais normal de consommer des stupéfiants pour être libre. A vous lire, il est devenu obligatoire de prendre les transports publique alors que l'on peut marcher gratuitement. A vous lire, les octogénaires et autres nonagénaires commettent la majeure partie des incivilités et déprédations urbaines.
A vous lire, Vincent, j'ai l'impression que je n'ai fait que participer à façonner une Genève austère et "presque" liberticide.

Je ne crois pas avoir une vision plus juste de Genève que la votre. Je pense simplement qu'il y a autant de façon de voir et se plaindre de Genève qu'il y a de Genevois. Mais dans tous les cas, faire respecter lois et règlements ne rend pas cette ville moins accueillante.
J'aime à savoir, néanmoins, que nous apprécions tous deux le fait que Genève puisse être "une ville [sympathique], conviviale, tolérante et accueillante". Restons ouvert au monde.

Et pour la bonne forme, sachez que les noirs sont... NOIRS et pas blacks. De la même façon que les blancs sont blancs et pas WHITES! Comme quoi, la discrimination ne fait pas forcément montre d'évidence.

Écrit par : Thierry | 19/07/2014

Merci pour vos remarques et autres corrections (dont je tiendrais compte) Thierry.

Mon texte se voulait d'abord l'expression d'un sentiment inspiré par ce que j'ai vécu jeudi soir, plutôt qu'une réflexion sociologique plus générale. Tant mieux si je ne trompe !

Écrit par : Vincent | 19/07/2014

Monsieur Vincent Strohbach: "Voilà pourquoi, Charles, selon moi, le problème c'est les voyous !!
On s'en fou qu'ils soient étrangers ... ou pas !"

Bien sûr, mais c'est cette minorité qui a amené les contrôles que vous déplorez. Supprimez la cause, vous supprimerez ces contrôles.

Vous n'êtes pas sans ignorer que quelques 95% des pensionnaires de Champ-Dollon sont... étrangers. Ils coûtent cher, très cher. Le prix d'une nouvelle prison.

Quant à ne pas payer son billet de bus passé une certaine heure... c'est déplorable et amendable. C'est de la petite délinquance. En revenant d'un spectacle en fin de soirée, il m'est arrivé d'être contrôlé 2 fois dans 2 trams différents. Un couple s'est fait alpaguer. Dommage que les policiers n'aient pas contrôlé votre titre de transport. C'est ça pour vous la liberté à Genève, pouvoir resquiller?

Écrit par : Charles | 19/07/2014

Oups La Liberté vaste sujet !

C'est beaucoup plus compliqué que ça mais oui resquiller c'est comme par exemple rouler sur les voies de bus en scooter ou faire du 180 km/h sur l'autoroute en voiture, c'est interdit, ce n'est pas à recommander mais c'est une liberté que s'octroient un grand nombre de citoyens par ailleurs tout à fait responsables et respectables ...

Vous voyez, personnellement, cette liberté là me rassure...

Mais bon c'est vrai que j'ai toujours préféré les rebelles aux "yes men" dociles et disciplinés.

Je ne dis pas que j'ai raison mais c'est comme ça, c'est culturel et ce même, si je sais aussi que la Liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres !

Écrit par : Vincent | 19/07/2014

Monsieur Vincent Strohbach: je suis étonné par votre conception "culturelle" de la liberté. A 180 km/h le conducteur est un chauffard qui risque s'il est pris de se voir retirer son permis de conduire et de finir en prison en cas d'accident. Et cela n'a rien de responsable, ni de respectable. Que faites-vous de ma liberté à conduire en sécurité sans risquer d'être "shooter" par un chauffard?

Et ce n'est pas être "rebelle" que d'accepter ce genre de comportement, juste criminel.

Écrit par : Charles | 19/07/2014

Né et ayant vécu ma jeunesse en ville de Genève, puis 32 autres années dans les montagnes du beau pays. C'est au retour dans ma ville natal, il y huit ans, que j'ai compris.
Compris que la LIBERTE est un mot qui a trouvé tant d'explications contradictoire.
Au point qu'en surprenant des étudiants discutent au pied de ma maison, du cours du matin à l'universitaire du Mail section philosophie.
" Vous savez (dit l'un) la Liberté à des limites et de commencé ça dissertation.
Il me fit pensé, à ceux qui disent: - Ta liberté s'arrête ou la mienne commence. Comme souvent entendu dans les milieux des gens aisés.
Le vrai problème, et Vincent à raison, c'est la perte des valeurs de notre culture à tous les niveaux social. Et cela vient de la LIBERTE de triché...un phénomène mondial...BIssig Philémon Michel

Écrit par : philemon | 20/07/2014

Ok Charles ! Comme vous voudrez ! D'ailleurs vous n'êtes de loin pas le seul à penser comme ça...

Toujours est-il que c'est une vieille mais excellente question (voir même un sujet de philo ou de .... science-po) que vous nous posez là :

Quand la Liberté des uns vient heurter la Liberté des autres où se situe le juste milieu ?


Quoi qu'il en soit, je pensais bien que la vitesse sur les routes vous ferait réagir, c'est juste pour vous faire admettre qu'en resquillant, on met quand même un petit peu moins de vie en danger, non ?

Enfin, non je ne me revendique pas rebelle mais je crois, cependant, que La Liberté est une valeur fondamentale (notre pays est d'ailleurs un exemple en la matière) et
qu'il n'y a donc aucun combat inutile pour défendre l'idée d'une certaine indépendance voir d'un véritable libre arbitre !

Mais, Dieu soit loué, vous avez la ... Liberté de préférer les règlements, les règles, les lois, les modes, les codes qui nous disent comment penser, comment bien agir, comment devenir un "yes men", un mouton docile qui suit le troupeau, un consommateur compulsif, etc. etc.

Écrit par : Vincent | 20/07/2014

Quand la Police fait son travail, vous n'êtes pas content, tout comme lorsqu'elle ne le fait pas.

Décidez-vous, pour une fois.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 25/07/2014

Les commentaires sont fermés.