21/06/2014

Avant que le ridicule nous tue !

 

Bon heureusement qu’à mon âge, je n’ai pas  été habitué à voir notre pays en phase finale de la coupe du monde. Du coup, je n’ai jamais trop compté sur la Suisse pour agrémenter ce qui reste, pour moi, l’événement le plus excitant que je connaisse.

 

Et ce même si je faisais partie des milliers de supporters suisses qui ont vécu ce match extraordinaire en 2006 à Dortmund lorsque la Suisse avait battu la Corée 2  à 0. J’ai lu que c’était le plus beau souvenir d’assistant coach de Michel Pont, c’est également le mien en tant que supporter.

 

Et cela risque de le rester longtemps, parce que là, une chose est certaine, cette année notre «Nati » n’a pas le niveau. Il faut, par conséquent, espérer qu’ils se feront éliminer mercredi prochain pour vite rentrer se cacher en Suisse.  Parce qui si on  en prend déjà 5 contre Benzema, Giroud et Valbuena, je n’ose même pas imaginer le score contre l’Argentine de Messi, Aguero, Higuain et autre Di Maria.

 

Non, on n’est pas bons depuis trop longtemps, nos victoires arrachées dans les dernière minutes des matchs de qualification et contre l’Equateur ont été les arbres qui cachaient la forêt mais hier soir, le voile s’est levé sur nos terribles lacunes. Arrêtons vite les frais avant que le ridicule nous tue.

 

Ceci dit et même s’il apparait, qu’en ces temps de nationalisme exacerbé  il ne faut pas le dire trop fort, la coupe du Monde c’est d’abord et avant tout les autres pays, ces pays du foot qui ont des vraies équipes à présenter au reste du monde. A commencer par le Costa Rica et la Hollande qui nous démontrent (si besoin est) que l’excuse du nombre de licenciés n’en est pas une et que la confiance, la solidarité et l’enthousiasme l’emporteront toujours sur tout autre critère.

 

La confiance, l’Espagne n’en manquait pourtant pas, mais le problème avec les  champions du monde en titre, c’est que de sportifs d’élites, ils deviennent des peoples adulés et  chouchoutés et ce statut a, visiblement, des méchantes conséquences sur leurs performances… sportives. Dans nos sociétés hyper médiatisées et peopolisées, la malédiction du champion du monde sortant est donc un phénomène qui pourrait bien se répéter. Imaginons, en effet, qu’elle serait le traitement réservés aux joueurs brésiliens s’ils parvenaient à offrir le titre suprême à leur pays… le pays du foot !  

 

Quoi qu’il en soit, on semble parti vers une domination des sud-américains qui risquent de n’avoir que l’Allemagne, la Hollande  et ….la France (ça m’arrache de l’admettre) comme adversaires susceptibles de les empêcher de dominer cette coupe du monde.  Ce n’est pas moi qui vais m’en plaindre et je vais donc continuer à espérer une finale Brésil-Argentine précédée d’un dernier tour, de demi, quarts et huitièmes de finale au niveau des prestations que nous avons observés ces derniers jours.  C’est à dire avec autant de buts, autant de beaux gestes techniques, autant d’esprit guerrier (Ah si les Suisses pouvaient jouer avec la même « grinta » que les… Australiens), autant de talent, etc. etc.

 

Ça ne fait qu’une semaine  que cela a commencé, mais en dehors de la honte d’hier soir (et dire que lundi, il va falloir subir nos collègues « shadoks »), ce mondial c’est que du plaisir….

 

Vivement ce soir que ça continue !!

 

11:21 | Lien permanent | Commentaires (24) | |  Facebook | | | |

11/06/2014

Coupe du monde 2014

Coupe du monde 2014, je prends des risques :   

Huitième de finale :

Brésil – Hollande

Japon – Italie

Espagne – Croatie

Uruguay – Colombie

France – Bosnie

Allemagne – Corée du sud

Argentine – Suisse

Belgique – Portugal

 

Quart de finale :

Brésil – Italie

France – Allemagne

Espagne – Uruguay

Argentine – Belgique

 

Demi finale :

Brésil – Allemagne

Uruguay – Argentine

 

Finale :

Brésil – Argentine

 

Vainqueur :  BRESIL

 

Qui dit mieux ?

07:40 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | | |

06/06/2014

Boucs émissaires et haine ordinaire !

Il suffit qu’un détenu en semi-liberté « oublie » de rentrer dans le centre de semi détention qui l’héberge le dimanche soir, pour que ; ça y est, voilà la sacro sainte opinion publique qui nous interprète  l’éternelle chanson du « Justice et politique tous pourris, Genève république bananière dirigée par des incompétents, des idiots, des bisounours ( !?)», etc. etc. etc.

Je veux bien que chacun ait le droit de s’exprimer surtout qu’aujourd’hui, avec les médias électroniques, il est plus facile que jamais de partager ses états d’âme.  Et ce n’est, d’ailleurs, pas moi qui utilise régulièrement ce blog pour exprimer mes inquiétudes qui vais jeter la pierre aux citoyens qui commentent l’actualité.

Mais pourquoi, ce besoin obsessionnel de chercher absolument des boucs émissaires ?

Bien sur, nos politiciens, nos institutions et même la justice commettent des erreurs. Bien sur on peut régulièrement se poser la question sur ce qui motive telle ou telle décision ? Bien sur, il y a parfois des intérêts financiers ou personnels qui passent avant l’intérêt général. Bien sur chaque décision ou geste politique peuvent être interprétés différemment en fonction de nos convictions personnelles et enfin, bien sur, il faut parfois oser dénoncer ce qui nous parait aller à l’encontre du bon sens.

Sauf que ! Qui peut nous assurer que, s’il était à  la place de tel ou tel élu ou magistrat, il ferait beaucoup mieux ?

Les partis populistes ok ! Mais c’est leur fond de commerce et il suffit que l’un ou l’autre de leurs représentants parviennent au pouvoir pour que, soit ils rentrent sagement dans le rang, soit ils continuent à caresser l’opinion publique dans le sens du poil et alors ils s’auto excluent (parfois, il faut un peu les aider !) des collèges exécutifs qui font la force de notre pays.

Les médias populistes, aussi, ok ! Mais pour eux, surfer sur les angoisses de l’opinion publique c’est bêtement une stratégie commerciale. Celle-ci étant extraordinairement efficace, il est difficile de les en blâmer, même si, en bout de course, cette manière de vendre leur produit se révèle parfaitement irresponsable.

Mais enlevez ces deux acteurs de la vie publique, il y aura quand même toujours des citoyens convaincus que, quoi qu’il se passe de négatif, dans nos villes, cantons et pays, ça prend des coupable pour pouvoir… exprimer leurs frustrations. Parce que vous ne m’enlèverez pas de l’idée, que plus les gens sont frustrés (dans leur vie personnelles, sociale et/ou professionnelle) plus ils ont besoin de se rassurer en méprisant celles et ceux qu’ils considèrent alors… comme pires qu’eux.   

Et si, personnellement, je ne me permets pas de juger qui que ce soit, j’ose toutefois m’interroger : Est-ce qu’exprimer ainsi quasi quotidiennement sa haine ordinaire apporte quelque chose de positif ?

Tant mieux si c’est le cas, mais j’ai des doutes. En effet, à force de repérer régulièrement les mêmes intervenants dans les médias électroniques (entres autres), il apparait que ceux-ci ne semblent pas devenir plus sereins pour autant. Au contraire, peu ou pas contredits, ils tiennent des propos toujours plus virulents et, je ne sais pas vous, mais moi ça commence à me terrifier !  

13:14 | Lien permanent | Commentaires (31) | |  Facebook | | | |