23/05/2014

VIVE LA DEMOCRATIE DIRECTE !

Ca commence à bien faire ces initiatives inutiles qui ne règlent rien et qui créent au contraire des nouveaux problèmes. Cela va complètement à l’encontre du but recherché initialement, qui était de permettre au peuple de corriger, le cas échéant, les errements de ses gouvernements.

Sans compter que si la tendance se maintient,  il va falloir méchamment augmenter le nombre d’élus et de fonctionnaires pour mettre en application les innombrables sentences dictées par le peuple.

En effet, avec l’avènement des médias et autres partis populistes, il semblerait qu’aujourd’hui, il soit de bon ton de remettre systématiquement en question les décisions prises par nos élus. Par ailleurs, quelque soit le sujet, tant que cela flatte les citoyens dans le sens du poil et/ou que cela permet de jouer avec leurs peurs, n’importe quelle idée saugrenue semble pouvoir être soumise au peuple. Par exemple, l’autre matin à  la radio, j’entendais qu’une initiative pour augmenter la vitesse sur les autoroutes de 120 à 140 km/heure venait d’être lancée. Cool !!   

Ne serait-ce que le week-end dernier (et il y a eu bien pire), nous avons dû voter sur les initiatives dites :

-          De la  marche blanche qui est la caricature parfaite d’une démarche inutile qui mise uniquement sur l’émotionnel ?

-          Du salaire minimum pour laquelle nous avons été confrontés au populisme de gauche, avec tout ce que cela veut dire en termes d’utopie.

-          Des soins médicaux qui  nous a permis de nous rappeler que quelque soit le sujet, il y aura toujours un 10 ou 15 % de « neinsager » (souvent issus de l’UDC d’ailleurs) pour refuser par principe tout ce qui est issus de nos gouvernements.

-          Des  « Grippen »  pour laquelle il fallait être un spécialiste en stratégie militaire et en aéronautique pour pouvoir se prononcer en toute connaissance de cause sur l’achat, ou non, de ces avions militaires.

Quant aux résultats de Genève, voilà nos autorités aux prises avec des nouvelles difficultés  budgétaires par rapport aux transports publics ainsi qu’avec une impasse concernant le développement pourtant si nécessaire de ces même transports publics vers la France.  

Tout ça parce que l’extrême gauche en faisant miroiter des baisses de tarifs (qui peut être contre ?) et le  MCG en opposant faussement l’entretien des écoles avec le financement de parkings sur le territoire de ses ennemis jurés que sont les Français, ont réussi à embarquer une  population, par ailleurs mal informée, dans leurs divagations simplistes et démagos, voir revanchardes….  

On en est donc là, le week-end de votations et la campagne qui l’a précédé, ont certes donné du boulot aux médias, aux graphistes, aux imprimeurs, aux professionnels de la politique, etc. etc. C’est déjà pas si mal me direz-vous, sauf que je ne suis pas certain que toute cette  agitation a vraiment apporté quelque chose de positif et de constructif  à notre pays.

S’exprimer par les urnes c’est bien et c’est certainement un privilège, mais encore faut-il que cela ait un véritable sens.

C’est, malheureusement, de moins en moins le cas !

07:21 | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook | | | |

07/05/2014

UKRAINE : QUI MENT ? QUI DIT VRAI ?

Le conflit en Ukraine nous le rappelle une fois de plus ; en cas de guerre il y a deux principales victimes, d’abord évidemment les populations concernées puis…. la vérité.

Il suffit d’ailleurs de jeter un coup d’œil sur les blogs de la TG ce matin pour réaliser que chez nous aussi deux blocs s’affrontent. Chacun étant, en plus, absolument convaincus d’avoir raison et chacun accusant, par conséquent,  l’autre de propagande mensongère

Résultat pour le commun des mortels, pour ceux nombreux qui comme moi, ne connaissent de la Russie et de l’Ukraine que ce qu’ils ont vus (à la TV) lus et entendus, il est impossible de faire la part des choses et de savoir  qu’est ce qui relève de la désinformation et qu’est qui est vrai ? 

D’autant que si on en croit nos « experts » en tout genre, il apparait (en généralisant un peu) qu’il n’y aurait finalement que deux protagonistes :

-          B. Obama qui via la CIA manipulerait un gouvernement provisoire de l’Ukraine (né des émeutes de la place Maïdan) qui serait prêt à tout pour conserver l’intégrité de son  territoire.

-          V. Poutine qui via des forces armées anonymes soutiendrait les populations pro-russes en les poussant à s’en prendre violemment à  l’administration et l’armée ukrainiennes.

Les deux affirmant, par ailleurs, au reste du monde que leur unique objectif est …. La Paix.  

Pauvre D. Burkhalter qui doit, aujourd’hui, rencontrer V. Poutine, j’espère qu’il est, lui, en possession d’informations et de renseignement fiables. Sauf que vu, le caractère machiavélique des différentes propagandes, ce n’est même pas certain.

Mais alors nous, simples citoyens, on doit croire qui ? Quels sont les médias auxquels on peut se fier ? Qui nous ment et pourquoi ? Est-ce que nous nous dirigeons vraiment vers une nouvelle guerre ? Est-ce que celle-ci pourrait être mondiale ? Comment est-il encore possible d’éviter les massacres que cela signifierait ?

Bref, les questions sont chaque jours un peu plus nombreuses et chaque matin, on a l’impression que la situation est encore plus compliquée que ce qu’on pensait avoir compris le jour d’avant.

Voilà pourquoi, je remercie celles et ceux qui sont capables d’objectivité et qui sont sans à priori (anti américains et anti russes primaires et autres illuminés, merci par conséquent de vous abstenir) de bien vouloir communiquer, non pas leur avis, mais plutôt où trouver des sources fiables et objectives pour  tenter d’y voir un peu plus clair.

Merci d’avance et d’ici là, vu qu’il n’y a que ça que nous puissions faire … prions pour ces pauvres civils ukrainiens, qu’ils soient pro russes ou pro ukrainiens, d’ailleurs,  qu’une guerre civile meurtrière leur soit épargnée.

17:08 | Lien permanent | Commentaires (20) | |  Facebook | | | |

02/05/2014

Salaire minimum contre formation !

Sympathiques discussions hier soir entre  « VLD » ®, on n’est jamais aussi Libres que quant on ne doit rien à personne et du coup des convictions sont exprimées, des « vérités » sortent, des explications sont données, des soucis sont partagés et chacun ressort édifiés, rassurés mais aussi emplis de nouvelles questions.

C’est ça qui est beau avec la politique, quelque soit le sujet, rien n’est simple, il y a chaque fois pléthores de tenants et aboutissants et les arguments pour sont au moins aussi valables que les arguments contre. Après, il faut être capable de faire la part des choses et, idéalement, de prôner la solution la moins injuste, la plus constructive et la plus visionnaire. Autant dire que suivant les sujets, il faut creuser….

Hier c’est, toutefois, un argument sur le salaire minimum qui m’a touché. Peut-être que celui-ci devrait en effet dépendre de la formation. En d’autres mots seuls les employés ayant au moins un CFC (ou d’une formation jugée équivalente pour reprendre la formule d’usage) devraient pouvoir être en mesure de revendiquer un salaire minimum. Bien entendu celui-ci devrait alors dépendre de conventions collectives et autres accord sectoriels. Inutile d’y mêler des fonctionnaires.

Du coup pour les autres, pour celles et ceux qui, pour des raisons qui bien souvent sont indépendantes de leur volonté,  n’ont pas appris un métier et/ou qui n’ont pas de formation spécifique et bien, il faudrait qu’ils se contentent de salaires moindres, à condition, bien sûr, de… trouver un travail.

Quel est, en effet, le patron qui préférera engager un suisse pas formé et sans expérience plutôt qu’un étranger compétent (et moins cher en plus) ?

Poser la question c’est y répondre et les pauvres suisses sans formations qui restent sur le carreau, s’ils continueront à être des proies faciles pour les partis populistes et autres fondamentalistes en tout genre, il faudra bien, cependant, qu’ils arrivent un jour  à comprendre par eux même (quel est le parti politique ou l’organisation syndicale qui aura le courage de le leur dire ?) qu’ils ne sont plus en mesure d’intégrer un marché du travail de plus en plus compétitif.  Les voilà, par conséquent,  condamnés soit à des petits boulots de m…. pour des tout petits salaires de m… soit à vivre de l’aide sociale. C’est terrible à dire comme ça, mais c’est une réalité, même si on préfère l’occulter et reporter la faute sur … les étrangers. 

Quoi qu’il en soit, je voterais donc non au salaire minimum, pas parce que j’estime que dans des villes comme Zurich et Genève (en particulier),  il soit possible de vivre avec moins de 4000,-- par mois, pas parce que je ne suis pas convaincu que dans une pays aussi riche que le nôtre, tout le monde devrait   gagner au moins cette somme, mais bien parce que je pense que cette initiative verse une fois de plus dans le populisme (du populisme de gauche en l’occurrence) en jouant sur les frustrations des moins bien nantis pour tenter d’imposer des règles qui vont à l’encontre de notre culture économique et de notre sacro sainte Liberté de commerce.

Jusqu’à ce jour, ces manières de faire nous ont plutôt bien réussis, les autres pays de la planète envient notre qualité de vie et notre compétitivité, pourquoi, tout à coup vouloir imiter ceux qui s’en sortent moins bien en se tirant une balle dans le pied juste pour voir si ça fait vraiment mal ?

 

®Verts Libéraux Dissidents (appellation… suggérée … non contrôlée !)

16:30 | Lien permanent | Commentaires (12) | |  Facebook | | | |