06/03/2014

DEMOCRATIE DIRECTE EN DANGER

Le 9 février nous l’a démontré de façon ô combien limpide, mais on l’avait observé depuis un certain temps, notre démocratie directe est en danger. Même si ce n’est pas ce magnifique et unique atout démocratique qui est en cause mais bien la manière de s’en servir.

Les statistiques sont éclairantes, le nombre d’initiatives populaires soumises au peuple suisse a explosé dans les 20 et même les 10 dernières années.  Mais c’est surtout le but qui a changé, d’outil démocratique de contrôle des institutions, notre extraordinaire démocratie directe est devenue une machine de propagande dont usent et  abusent les partis politiques.

D’ailleurs lors de mon bref (mais édifiant) passage en politique, quelle n’a pas été ma surprise d’entendre mes collègues déclarer qu’il fallait absolument trouver un thème porteur pour lancer une initiative cantonale car la récolte des signatures était le meilleur moyen d’aller à la rencontre de la population.  C’est donc une réalité, peu importe l’initiative et le sujet qu’elle traite, pourvu que son thème soit  vendeur.

Résultat, et la dernière initiative anti-étranger de l’UDC du 9 février nous l’a bien démontré, alors que le but d’une initiative était, à son origine, de permettre de régler des problèmes, aujourd’hui, c’est  au contraire  la mise en application des initiatives qui nous amène des nouveaux problèmes.

Dans le genre dérive, difficile de faire mieux !

Surtout que si notre système continue à être pris en otages par les partis politiques et autres groupes de pression, non seulement nous allons devoir voter,  de plus en plus souvent sur tout et son contraire mais,  il va arriver un moment où notre pays ne sera plus dirigé qu’en fonction des humeurs de l’opinion publique. Et quant on sait à quel point dans nos sociétés médiatiques, il est aujourd’hui facile de jouer avec les émotions de la population, cette dérive pourrait vite se révéler catastrophique.

Et ce même si j’entends déjà les hurlements de celles et ceux qui viendront m’expliquer que c’est ça la Suisse, c’est ça notre démocratie directe, c’est le peuple qui  sera toujours le plus sage. Je voudrais bien, sauf que malheureusement l’opinion publique n’a pas forcément toujours raison, l’opinion publique est versatile et manipulable car elle a tendance à réagir en fonction de sa réalité immédiate en manquant bien souvent de recul et de vision.

Pas que les gens soient stupides, loin de là, mais nous sommes tellement  embrouillés par la surabondance d’informations (et de désinformations) en tout genre qu’il  nous  est de plus en plus difficile de faire la part des choses, de garder la tête froide et  de voter en toute connaissance de cause et  donc en toute objectivité.

Bien sûr, nos élus ne sont pas infaillibles, bien sûr il est  rassurant de savoir qu’en cas d’errements ou de dérives, le peuple est souverain et qu’il aura toujours le dernier mot. Sauf que celui-ci ne sera audible et crédible qu’à partir du moment où il conservera un caractère exceptionnel !

08:50 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Démocratie directe en danger !

Écrit par : Vincent | 06/03/2014

Les commentaires sont fermés.