27/02/2014

Les fachos sont de retour

On le savait pour Blocher, Freysinger et l’UDC mais maintenant c’est au tour de la Suisse dans son ensemble d’être considérée comme particulièrement visionnaire et donc exemplaire par les trop nombreux  partis d’extrême  droite qui pullulent sur la planète.

Extra ! Et dire qu’il s’en trouve pour en être fiers !

Car, ne nous leurrons pas, les prochaines échéances électorales européennes vont nous le démontrer, le repli sur soit, le rejet de l’autre, le nationalisme exacerbé, l’intolérance élevée au rang de dogme, le racisme ordinaire, l’antisémitisme, les discours antimusulmans primaires, etc. etc.  sont, aujourd’hui, particulièrement… tendances.

Tous ces bas instincts qu’on espérait définitivement relégués aux oubliettes par des systèmes éducatifs humanistes, des souvenirs douloureux et une mondialisation nous obligeant à nous tourner vers les autres sont, au contraire, désormais considérés comme cohérents parce qu’en réaction à  «cette  invasion d’étrangers » à « cette islamisation de la société » à «ce  laxisme généralisé » quant ce n’est pas  « cette décadence issue de mai 68 »… J’en passe et des pires.

Bref, les fachos sont de retour et il faut juste le savoir !

Il n’y aura du reste qu’à lire les inévitables insultes qui vont pleuvoir en réaction à ce coup de gueule pour réaliser que ceux qui, jusqu’il y a peu, n’osaient pas exprimer leurs horribles convictions, n’ont dorénavant plus peur de rien, ni de personne. Ils sont en effet convaincus d’être des visionnaires qui, par leur combat avant-gardiste, parviendront à "préserver nos sociétés du multiculturalisme ambiant et d’une paupérisation inexorables".

Mais le pire dans tout ça, c’est qu’on ne voit rien qu’on puisse y faire. Et ce, malgré les tentatives  des quelques médias qui n’ont pas encore totalement sombré dans l’abrutissement des masses et les différents appels aux secours d’intellectuels de moins en moins considérés.  

Non, j’ai bien peur que nous devions attendre que les extrémistes réacs arrivent au pouvoir et qu’ils se plantent  pour que, du coup,  leur vision démontre cruellement ses limites et que la majorité de la population se rende, alors, enfin compte que les réponses démagogiques, les solutions simplistes et les théories populistes sont aussi dangereuses qu’inefficaces.   

Mais d’ici là, il va falloir prendre le maquis et entrer en résistance !

12:41 | Lien permanent | Commentaires (18) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Les fachos sont de retour

Écrit par : Vincent | 27/02/2014

"Cette invasion d'étrangers, cette islamisation de la société, ce laxisme généralisé, cette décadence issue de mai 68." Lutter contre ça c'est être facho ? Et laisser faire c'est être quoi, efficace ? Alors continuez d'être "efficace", point n'est besoin pour cela d'entrer en résistance.

Écrit par : norbertmaendly | 27/02/2014

M. Maendly
La question c’est de savoir à partir de quel moment et pour qui nous sommes dans une société trop laxiste, en voie d’islamisation voir décadente…. ou non ?
Visiblement nous n’avons, sur ces sujets, pas tous les mêmes critères …..

Écrit par : Vincent | 27/02/2014

Il y des reactions, toujours suite a des actions.
Il y a donc forcement des actions auxquels des gens touches par elles repondent.
N'accusez donc pas les reactionnaires pour rien.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 27/02/2014

Je partage complètement ta vision, mais je pense qu'il faut continuer à dire tout haut ou écrire dans le médias ce triste constat et le risque pris à ne rien faire. Car le pire, serait de laisser les démagogues et autres populistes arriver au pouvoir...on a déjà vu par le passé ce que cela donne dans différentes régions du monde. Malheureusement, les partis actuellement au pouvoir actuellement ne semblent pas assez préoccupés par cette évolution. Et si l'on enseigne le respect à l'école et que l'on encourage à dire non au racisme dans les stades, il faudrait également un discours politique fort.Ce pourrait peut-être être un moyen de se démarquer pour les nouveaux partis à Genève et en Suisse ?

Écrit par : vertlib21 | 27/02/2014

Tout à fait d'accord, Vincent, sauf sur un point. S'ils parviennent au pouvoir, les fachos ne le rendront pas par la voie démocratique, ils ne l'ont jamais fait. Par contre ils mettront le pays en coupe réglée et ne le rendront, contraints et forcés, que dans un état lamentable. Le problème est d'ailleurs d'envergure européenne aujourd'hui.

Écrit par : Philippe | 27/02/2014

A vous lire, je comprends mieux pourquoi les Vert lib' n'iront pas loin.
Ils rassemblent une brochette tellement hétéroclite des déçus de la politique qu'ils seront parfaitement incapables de proposer un programme commun.
Les dernières crises internes de la section genevoise en attestent.
C'est dommage, je trouve qu'il manquait clairement une sensibilité de droite préoccupée par les questions environnementales qui raviverait l'humanisme perdu des libéraux de l'époque.

Écrit par : Pierre Jenni | 27/02/2014

Hola ! Malheureux Pierre Jenni, ne venez surtout pas mêler les Verts Libéraux à mes propos vous allez me les fâcher encore plus….

Sachez en effet, et cela devrait vous rassurer, que pour ce parti (même si j’ai été le premier chef de campagne de l’histoire du… monde – je plaisante - à réussir à dépenser moins que ce qui a été engrangé et donc à faire du bénéfice) je suis dorénavant considéré comme un renégat.

Il est vrai que je ne suis pas fait du bois dans on fabrique les politiciens, ne serait-ce que, parce que, contrairement à ceux-ci, mon souhait, celui pour lequel je prie avec ferveur, c’est …. de me tromper.

C'est-à-dire qu’effectivement…. les fachos ne soient pas de retour !

Écrit par : Vincent | 28/02/2014

@Philippe : C’est vrai que la démocratie n’est pas la tasse de thé des fachos, même si chez nous l’UDC arrive à faire passer ses "valeurs" en utilisant notre sacro-sainte démocratie directe.

Mais c’est vrai qu’ils ne sont pas tout seul au pouvoir…. Pourvu que ça dure !

Écrit par : Vincent | 28/02/2014

C'est le terme qui me dérange. On met facilement beaucoup de monde sous cette appellation. Certains, comme Philippe Souaille, sont obnubilés par les bruns, les nauséabonds et autres mouvements extrémistes.

Vous faites un constat et manifestez votre inquiétude. Je ne suis pas certain que ça aide à quelque chose. Peut-être même contribuez-vous indirectement à renforcer la tendance.

Si l'on observe les mouvements politiques au long de l'histoire, on se rend compte que les peuples valident les alternances et répondent à une logique de cycles, comme dans la nature.

Si ceux que vous appelez les fachos reviennent, c'est bien parce que les autres, que l'on pourrait nommer les modérés, n'ont pas fait leur boulot, n'ont pas répondu aux attentes de ceux qui les ont mis aux manettes.

Les nouveaux ne feront pas mieux. Comme aux USA entre républicains ou démocrates, en France entre la gauche et la droite. C'est juste un mouvement de balancier qui tend à s'accentuer lorsque nous passons des moments difficiles économiquement.

Rien de bien nouveau sous le soleil.

Écrit par : Pierre Jenni | 28/02/2014

Pierre Jenni : C'est vrai que le terme facho est un peu générique mais il n'en reste pas moins que, quelqu'en soient les raisons, l'ambiance est à l'intolérance.

D'autant que, comme vous, je rencontre un maximum de gens pour des raisons professionnelles et il n'y a pas un jour ou je n'entends pas des propos xénophobes....

J'en peu plus !

Écrit par : Vincent | 28/02/2014

On est toujours l'opposé ou le différent de quelqu'un. Alors pourquoi vous seriez moins facho, que celui qui pense à l'opposé de vous!

Etre facho parce que l'on veut défendre en premier lieu ses Concitoyens et autres Patriotes, voire son territoire, il me semble que c'était l'engagement des Résistants lors de la seconde guerre mondiale.....non?

Et pourquoi vous ne seriez pas les fachos d'aujourd'hui, puisque vous, vous pensez que défendre l'Etranger contre vos compatriotes c'est être humaniste, juste et honorable sans couleur particulière.

J'ai comme l'idée qu'à nouveau des Electeurs vont choisir à fin mai un camp et la peste brune sera dans votre froc!

Écrit par : Corélande | 28/02/2014

Toujours aussi classe Corelande !

Juste une question, pourquoi faudrait-il absolument que les étrangers et les suisses soient CONTRE les uns des autres ?
Est ce que l'idée qu'ils puissent être plutôt AVEC vous donne vraiment des crises d'urticaire ?

Car voyez-vous, à titre personnel si je suis très heureux d'être suisse, je n'en suis pas moins conscient d'avoir eu la chance de naître dans notre beau pays et je ne me sens pas, par conséquent, supérieur à qui que ce soit....

Mais je vous perds là !

Allez bon week end !

Écrit par : Vincent | 28/02/2014

"Mais d’ici là, il va falloir prendre le maquis et entrer en résistance".

Vous vous appropriez une terminologie pour faire croire que vous êtes justes et dans le bon camp, du coup votre incohérence est dévoilée et a du plomb dans l'aile!

Comme disait Pierre Desproges "la gauche gluante d'humanisme sirupeux" trouve encore le moyen de faire croire que la résistance ce n'est pas de vouloir défendre son territoire ou ses compatriotes, mais c'est plutôt de faire dans "l'humanisme gluant et sirupeux"! C'est fort de café (laxatif) et d'une sacrée dose de mauvaise foi!

"Quiconque cherche à nous donner mauvaise conscience poursuit des buts politiques"
Ueli Maurer discours du 1 août 2013 (ahhh! la belle vision)

Beau soleil pour cette fin de semaine et que les rayons brillants vous éclairent....Ne vous inquiétez pas, vous ne me perdrez pas!

Écrit par : Corélande | 28/02/2014

Ni juste, ni dans le bon camp, ni meilleur que les autres mais simplement animé de convictions effectivement humanistes et surtout très inquiet par ce retour des nationalismes obtus et des discours xénophobes qui vont avec.

Vous avez le droit de me mépriser pour ça, personnellement je ne juge personne, j'ai juste peur d'une évolution qui vient heurter mes valeurs.

C'est encore permis, non ?

Écrit par : Vincent | 28/02/2014

Idem pour moi ou ceux qui pensent comme moi! Je ne méprise personne, je suis juste heurtée par des amalgames qui servent un discours qui est à l'opposé des références qu'il énonce!

Trop de jeunes ont une méconnaissance crasse de l'histoire récente. Parler de nous en terme de "fachos" c'est quand même un peu éhonté! Alors merci de m'avoir permis de l'énoncer clairement, puisque vous vous avez largement évité de me répondre précisément sur le sujet que vous même avez avancé!

En démocratie ce qui est permis aux uns est aussi permis aux autres.

Restez zen sinon votre cœur ne résistera pas à l'échéance des trois mois à venir.

Bien à vous!

Écrit par : Corélande | 28/02/2014

Monsieur Strobach,

Le sujet ici m'a donné envie de revenir sur les formations dit de l'extrême droite suisse qui fait couler beaucoup d'encre à leurs adversaires dit de gauche ou socialistes, par définition comme plus démocrates et plus respectueux des institutions et des verdicts populaires. Car, nul autre nation que la nôtre, ne jouit de cette constitution qui nous garantit la consultation lorsqu'elle est demandée par le peuple, qu'il s'agisse de s'opposer à l'action du gouvernement ou d'un projet né du désir et de la volonté du peuple.

UDC (suiss) MCG (Genève), des formations qui ont vu le jour par le processus régulier comme toutes les autres formations.
De même, les formations d'extrême gauche ont respecté les procédure et législation quant à leur émergence.

Rien donc n'a pu être critiquable.
Quant au droit de critique, il est aussi garanti par la constitution, mais il ne devrait concerner que l'action, les propositions et le mode de faire de la politique. En cela tous les programmes peuvent et doivent être critiqués, mais pas la formation ou les individus qui y adhèrent.

Nous avons diabolisé ces partis de l'extrême droite, seulement parce qu'elles veulent participer à la vie politique du pays et qu'elles prennent part au débats et aux scrutins, dans les règles démocratiques, en tant que parti comme les autres.
Y-a-t-il là menace pour la démocratie à vouloir y participer en respectant ses règles?

En Suisse, nos partis d'extrême droite ont.ils déjà dérapé et violé notre constitution ou les règles de nos institutions?
Si les individus utilisent des moyens répréhensibles pour parvenir à leur fin, tels que la violence, la fraude, l'intimidation, le chantage, la calomnie, le soudoiement ou la corruption, à quelque parti qu'ils appartiennent, ils peuvent être dénoncés et la justice peut être saisie. Pour l'instant, nous pouvons encore faire suffisamment confiance à la justice pour qu'elle condamne et qu'elle désamorce ces agissements contrevenus. Le ministère public ne reste pas inactif, il interpelle et fait instruire les litiges. Le droit pénal semblent être protégé pour l'instant mais les droits politiques aussi.

Nous n'avons pas constaté de dérapages semblables.
Un affiche offensante? Elle se discute.
Un slogan peu sympathique? Il est scruté et parfois interdit.
Une campagne un peu remuante mais sans délits physiques sur la personne ou les objets. Elle peut être contrée avec les mêmes muscles verbaux et publicitaires dans les camps adverses.

Rien de plus normal à ce que le peuple confronte ses convictions et ses différents projets de société. C'est le propre de la démocratie. Le contraire serait plutôt inquiétant.

Aujourd'hui, les évènements en Europe, fournissant, hélas, un exemple contemporain, encore chaud et sanglant de conflit en Ukraine, me donne une occasion opportune pour pointer du doigt cette extrême droite qui ne ressemble en rien à l'UDC et à MCG.
J'aurais effectivement du mal à imaginer qu'un jour, nos deux partis politiques se mettent à réclamer des aides étrangères pour sévir violemment le pays et prendre le pouvoir par la force.

Nous avons tous, bouche en coeur, diabolisé nos deux partis suisses. Nous avons mené une campagne dont le financement avait été presque obcsène, vis-à-vis des restrictions budgétaires sévères, pour combattre initiatives ou référendums issus de la volonté (récolte de signatures) du peuple.
Nous avons le droit de les combattre si nous ne les approuvons pas, mais que la confédération qui représente l'ensemble de l'électorat en plus de son rôle de gestion et d'administration des affaires publiques, le fasse, c'est outrepasser ses pouvoirs. C'est un soutien déséquilibré à la partie adverse, c'est donner à cette partie, un soutien illégal avec l'argent de tous les contribuables. Il n'y avait aucune consultation pour lui donner cet aval.

Si, pour le Parti Socialiste, c'est de la démocratie, on devrait demander à nos autorités de publier la liste des partis qui aont droit au soutien gouvernemental et les candidats susceptibles d'être éligibles à ce soutien.
Ainsi, on voit aujourd'hui le type de démocratie qui nous attend.
Parallèlement à cela, il n'y a pas eu un seul filet de voix de la gauche ou de la droite traditionnelle pour dénoncer le coup d'état en Ukraine ni même
pour dénoncer les exactions criminelles d'une extrême droite néo-nazie qui sévit dans tout le pays. Pas la moindre indignation
pour relever que le gouvernement du coup d'état tue délibérément son propre peuple
Que les démocraties occidentales apportent directement leurs aides financières et militaires pour saccager et tuer sauvagement.
qu'elles interdisent toute intervention pour retenir leurs crimes.

Alors, voilà, les images ici nous donne un échantillon de ce que sera l'Europe autour de nous. Mais en Suisse, notre extrême droite, est elle comparable au gouvernement de Kiev auto-proclamé?
Si elle devait l'être un jour, peut-on s'attendre au même déni de réalité de la part des pays voisins?
Sûrement pas. On fait plus de tapage pour combattre un adversaire politique qu'on ne combatte vraiment une horde d'assassins ou des assassinats étatiques.

Extrême droite suisse et genevoise, se reconnaissent-ils dans l'assassinat des opposants comme dans ces images?
Je souhaite donc, qu'à défaut de l'indignation de la gauche, MCG et UDC en dise quelque chose.

ci-dessous:
How Neo-Nazi Thugs Supported by Kiev Regime Killed Odessa Inhabitants. Photographic Evidence
Comment des voyous Neo-Nazi soutenus par le régime de Kief ont tué les habitant d'Odessa. Évidence photographique.

http://www.globalresearch.ca/how-neo-nazi-thugs-supported-by-kiev-regime-killed-odessa-inhabitants-photographic-evidence/5380504

Puisse ce lien figurer dans votre dernier billet pour information, il répond directement à la question qui y est posée.

On est loin de l'Ukraine, mais le citoyen normal dans sa tête ne peut ne peut pas prendre parti pour un gouvernement fasciste et néo-nazi issu du coup d'état.
Il ne peut pas non plus approuver le comportement criminels de ses alliés qui sont nos démocraties occidentales.

Merci Monsieur Strobach de m'avoir permis d'expliquer combien je redoute ce phénomène d'occultation et de répression faite aux formations qui ne demandent qu'à participer aux droits démocratiques, parce que la frustration peut devenir une redoutable et criminelle force dans l'obscurité de notre démocratie de surface. Il est toujours plus difficile de combattre une violence qui se prépare dans la clandestinité que les ardeurs déclarées au grand jour et au quotidien.

Écrit par : Beatrix | 08/05/2014

Corrélande, il y a eu effectivement, des gens d'extrême droite dans la Résistance, qui défendait des valeurs nationalistes, mais ce n'était de loin pas la majorité. Ceux qui se sont levés les premiers et les plus nombreux se battaient contre une idéologie nazie, contre les collabos et contre les miliciens, au moins autant que contre les allemands. Nombreux parmi eux étaient d'ailleurs les allemands, les italiens ou les espagnols qui avaient fui le fascisme dans leurs pays respectifs, ou encore les juifs polonais (ou ukrainiens) de l'affiche rouge. De même des soldats et des officiers allemands et italiens ont aidé la résistance française contre les nazis. C'est cela la Résistance, et pas un nationalisme idiot.

Écrit par : Lev Davidovich | 08/05/2014

Les commentaires sont fermés.