10/02/2014

Enième vote anti-étranger

 Il faut bien que ça sorte, quelques heures après le résultat, je suis conscient que mes propos sont plus dictés par la frustration qu’autre chose, mais bon, une fois de plus,  une initiative misant uniquement sur l’émotionnel l’a emporté, comment,  par conséquent, ne pas réagir, moi aussi, avec émotion ?

C’est d’abord la réalité géographique de cet énième vote anti-étranger qui m’irrite. On constate en effet que moins les populations sont confrontées aux étrangers, plus elles sont éloignées des grandes villes de notre pays, plus elles ont voté en faveur d’une initiative qui va, quoi qu’on entende ce matin, à l’encontre des intérêts de notre pays.

Mais c’est également l’arrogance des vainqueurs qui difficile à supporter. Comment, en effet, rester de marbre face aux certitudes de ceux qui viennent nous expliquer que refuser cette initiative c’était perdre notre liberté, se coucher devant l’Europe ou encore soutenir « une paupérisation globale, une réduction du pouvoir d'achat, une perte totale de la qualité de vie » … Rien que ça, alors que nous avons jamais eu autant besoin de main d’œuvre étrangère, alors que la circulation de la main d’œuvre a conforté notre situation économique.

Malheureusement, il se trouve un parti populiste, toujours le même qui, sous prétexte de prévenir une situation moins favorable, a joué une fois de plus sur la xénophobie latente et sur les peurs d’une partie de la population pour parvenir à ses fins qui sont, on s’en doute, moins pragmatiques que bêtement idéologiques et …. électoralistes.

On connait, en effet, la sensibilité des opinions publiques au sujet de l’immigration, on sait la délectation avec laquelle les partis et les médias populistes jouent avec les peurs d’une population rendue inquiète par la mondialisation, la crise, la hausse de la criminalité, l’exploitation éhontée des faits divers, etc. etc.

Bref, le ver est dans le fruit depuis longtemps et, aujourd’hui, que cela soit chez nous ou ailleurs dans le monde, il n’est pas trop difficile de prévoir la réaction de l’opinion publique face à la « problématique » des étrangers. C’est d’ailleurs devenu le pain béni de tous les partis xénophobes qui pullulent sur la planète et dont, à notre grande crainte, nous n’avons pas fini de subir les méfaits.

Sauf que contrairement au reste de la planète, la population suisse a, elle, l’opportunité d’officialiser par les urnes ses états d’âme.

Du coup on se dit que c’est bien beau la démocratie directe, mais si désormais, on ne l’utilise plus que pour exploiter les bas instincts de la population,  il va peut-être falloir à en repenser les règles, non ?  

11:14 | Lien permanent | Commentaires (17) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Encore une fois, vous avez tristement raison.......

Écrit par : Sandy | 11/02/2014

Je strouve toujours marrant cette excuse facile pour justifier que sa manière de penser est juste.

Le pays qui accueil le plus d'immigration dans le monde sont les USA. Il est bien plus difficile d'immigrer aux USA même avec des quotas pour nous. Alors je ne savais pas que les USA était un pays de xénophobe.

D'ailleurs en parlant de xénophobie, je ne saivais pas non plus que les gens qui sont favorable à ce que les gens puissent trouver du travail chez eux , afin qu'ils puissent aider leur pays à sortir de la crise était des anti-racistes.

Dites-moi qu'avez vous voter pour les résidances secondaires? Est-ce que vos "bas instainct" do forcer les autres à faire ce que vous ne faites pas, ne vous a pas trop dérangé?

Écrit par : DdD | 11/02/2014

@DdD : En dehors du fait que visiblement vous ne connaissez pas bien certains états des Etats-Unis où la xénophobie et le racisme ont encore passablement le vent en poupe, je suis plutôt rassuré de constater que vous faites partie des quelques rares "intellos" qui ont apparemment dit oui à l'initiative pour des raisons économiques voir politiques.

Sauf que vous le savez comme moi, la grande majorité des suisses qui ont soutenus cette initiative irresponsable de l'UDC dimanche passé, l'ont fait uniquement parce qu'ils "n'en peuvent plus de tous ces étrangers".

Car si, hier encore, il était particulièrement mal vu d'assumer sa xénophobie latente (voir son racisme, son antisémitisme et/ou sa haine des musulmans) aujourd'hui, grâce à l'avènement des partis d'extrême droite, il est devenu normal de s'assumer comme tel et donc de voter en conséquence.

L'UDC l'a très bien compris et si ce parti sait qu'il peut compter sur quelques intellectuels pour justifier ses initiatives en invoquant des raisons qui méritent effectivement réflexion, ses dirigeants sont également ô combien conscients qu'il suffit dorénavant de prononcer le mot "Etranger" pour convaincre les suisses de les suivre dans leurs divagations….

Écrit par : Vincent | 11/02/2014

@Vincent

"En dehors du fait que visiblement vous ne connaissez pas bien certains états des Etats-Unis où la xénophobie et le racisme ont encore passablement le vent en poupe,"

Attention, je ne dis pas que les USA sont exempt de xénophobie, je dis que malgré les restrictions d'immigration des USA, ce n'est pas pour cela qu'on l'on dit que c'est un pays xenophobe (en général) et ce n0est pas cela qui emp^che le pays d'être le plus convoité et terme d'immigration.

La Suisse c'est exactement la même chose. Détourner les choses pour des raisons xénophobes n'est absolument pas objective.


", je suis plutôt rassuré de constater que vous faites partie des quelques rares "intellos" qui ont apparemment dit oui à l'initiative pour des raisons économiques voir politiques. "

honnetement je me demande bien en quoi l'on est mieux pour juger les raisons des gens. Si vous n'êtes pas capable de convaincre les gens d'avoir un avis différent, c'est peut-être juste que vous n'avez qu'à respecter leur positions. Dans ce pays, ce qui défini si l'on doit choisir les "bons" ou les "mauvais" ce sont les votations. C'est la base de la démocratie.
La démocratie c'est aussi savoir accepter que ce ne sera pas nos point de vue qui seront écoutée par le pays, de prendre sur sois et de faire avec.

Et je vais rebondir sur votre paragraphe pour précise une chose:

"L'UDC l'a très bien compris et si ce parti sait qu'il peut compter sur quelques intellectuels pour justifier ses initiatives en invoquant des raisons qui méritent effectivement réflexion, ses dirigeants sont également ô combien conscients qu'il suffit dorénavant de prononcer le mot "Etranger" pour convaincre les suisses de les suivre dans leurs divagations…."

1.- La gauche et le centre font exactement la même chose, dans tous les partis, ils ont des partisans qui ont de mauvais arguments. Ce n'est pas pour autant que les partis "sanctionnent" ces arguments (ex: le PS ne condamne pas non plus les xenophobe anti-riche et jaloux qui défendent leur idées.)
Il ne faut pas reprocher à l'UDC ce que les autre font aussi


2. Ce n'est pas du ressort de l'UDC si des gens trouvent des côté positif à leur idées. L'UDC, touscomme les autres partis, ne sont pas des vecteurs d'idées et d'arguments. Ce sont les gens, peut importe leur idées.

"Car si, hier encore, il était particulièrement mal vu d'assumer sa xénophobie latente (voir son racisme, son antisémitisme et/ou sa haine des musulmans) aujourd'hui, grâce à l'avènement des partis d'extrême droite, il est devenu normal de s'assumer comme tel et donc de voter en conséquence. "

Cecoi est totallement biaisé.
C'est durant les années 1990 que les parti de gauche, avec la mise à plat ventre des parti du centre, que l'on a décrété qu'il était négatif de dire ce que l'on pensait.

Durant les années 90' la gauche à tenter de culpabiliser la population et a totallement ignoré ceux qui ne pensait pas comme elle, les refoulant sous la banière du racisme.
Du coup, tout ceux qui ont été rejeté par les partis du centre et de gauche, se sont tournées vers l'UDC. Le seul parti à ne pas les insulter. (qui apprécie donc soutenir ceux qui l'insulte?).
C'est pourquoi j'ai toujours dit que l'UDC est le symptoime de la politique de gauche avec le soutien du centre. Ce sont eux qui sont responable de la montée des extrêmes.
Car il est évident que si les parti dit "modéré" avec un tant soit peu écouter ces personnes en leur amenant une partie des solution qu'ils avait voulu, ils n'auraient sans doute pas eu à proposer des solutions aussi radicales.

Écrit par : DdD | 11/02/2014

", l'ont fait uniquement parce qu'ils "n'en peuvent plus de tous ces étrangers".

Cela n'engage que vous! Nous n'en pouvons plus des malfrats qui ont fait de Genève un lieu de brigandage grâce à l'"humanisme" de la gauche.... Ne mélangez pas tout!

"....son antisémitisme....."

Ce sont encore les socialistes et la gauche qui défilent contre Israël.... L'idée d'interdire la manifestation de la fête des lumières "Hanouka" n'est pas une idée UDC mais bien d'un élu de gauche!

Arrêtez de nous coller vos craintes et peurs et assumez vos erreurs!

Pour le reste j'adhère au commentaire de DdD.

Écrit par : Patoucha | 11/02/2014

@DdD & Patoucha
Intéressant, vous avez les mêmes arguments, tout ce qui arrive de mal dans notre pays c’est à cause de la gauche….

Je ne suis pas particulièrement proche de la gauche et je ne me sens donc pas vraiment attaqué, sauf que cela me parait pour le moins facile et simpliste comme argument.

D’autant qu’affirmer que parce que la gauche le fait, l’UDC peut le faire, c’est vraiment tomber dans le nivellement par le bas. Cela revient à dire, je trouve que ce que vous faites est stupide mais au lieu d’élever le niveau, je me mets au même niveau que vous…. Woaw, ce n’est pas avec cette démarche qu’on va aller vers le mieux !

Quoi qu’il en soit, vous ne m’enlèverez pas l’idée que la nature du populisme consiste justement à dire aux gens ce qu’ils ont envie d’entendre et donc à les caresser dans le sens du poil et que c’est peut-être efficace mais absolument pas respectueux…..

En effet (et c’est peut-être moi qui suis naïf) j’ai une beaucoup plus haute idée de ce que devrait être la politique. Selon moi, chaque parti devrait d’abord avoir une véritable vision à long terme pour notre pays pour avancer en fonction de l’intérêt commun (ou en tout cas de l’intérêt des plus nombreux) en tentant de miser sur l’intelligence et la clairvoyance de nos citoyens plutôt que de spéculer sur leurs plus bas instincts….
Je sais, je rêve !


N.B Patoucha en tant que bon genevois qui (en fonction de son emploi) passe son temps à sillonner notre magnifique ville, je me sens presque insulté personnellement par vos propos sur Genève qui ne correspondent pas à ce que je vois…..

Écrit par : Vincent | 11/02/2014

"Intéressant, vous avez les mêmes arguments, tout ce qui arrive de mal dans notre pays c’est à cause de la gauche…."

Qui a dit que c'était la faute uniquement de la gauche?

Je dis que c'est le résulat de la gauche avec la complicité des partis du centre... Vous ne pouvez quand même pas reprocher à l'UDC d'avoir convainqu des gens alors que tous les autre partis ont été incapable de le faire!?!

Écrit par : DdD | 11/02/2014

"Quoi qu’il en soit, vous ne m’enlèverez pas l’idée que la nature du populisme consiste justement à dire aux gens ce qu’ils ont envie d’entendre et donc à les caresser dans le sens du poil et que c’est peut-être efficace mais absolument pas respectueux"

Quel parti aujourd'hui ne fait pas de populisme?

Entre ceux qui utilise les arguemnt populiste de la "xénophobie", du "racismes", du sale "riche", "du Patron voleur" etc...

Le PLR n'en fait pas, il fait pire et c'est parce que je me suus rendu compte de ce qu'ils faisait que je ne soutient plus ce parti.

Tantot il se prostitue vers des idées UDC pour rattraper des voix et garder son électorat et une fois qu'il a gagné son électorat, il défend des idées de gauche (quand on regarde qui a voté quoi on s'apercoit que le PLR vote souvent à gauche). Alors voter modérer j'aimerai bien mais me faire entuber ensuite, ca va un moment.

Écrit par : DdD | 11/02/2014

"DdD
Oui, je reproche à l’UDC d’entretenir les peurs des citoyens et de jouer avec pour se faire mousser….

Résultat les Suisses embarquent sans s’en rendre compte dans cette manipulation de l’opinion publique et ils votent de façon émotionnelle au lieu de rester rationnels… avec les résultats et les conséquences que l’on constate…..

Écrit par : Vincent | 11/02/2014

Au vu du pourcentage de oui, il n'y a pas que l'UDC qui s'est "embarqué".

De plus aujourd'hui, ce ne sont pas les UDC qui jouent sur la peur.

VOus prenez les chose à l'envers: Aujourd'hui est le résultat de ceux qui on ignoré une bonne partie des désires de la population.

Écrit par : DdD | 11/02/2014

Vous dites désir, je dis peur !

Visiblement nous ne voyons pas les choses par le même bout de la lorgnette !

Bonne soirée pareil

Écrit par : Vincent | 11/02/2014

", je suis plutôt rassuré de constater que vous faites partie des quelques rares "intellos" qui ont apparemment dit oui à l'initiative pour des raisons économiques voir politiques. "

Et vous pouvez me compter dans la liste. Et pour des raisons démographiques. Et écologiques. Au début j'ai hésité. C'est une personne étrangère, naturalisée, qui m'a totalement convaincu de voter oui, comme elle.

Et arrêtez de dire que ceux qui ont voté oui sont des xénophobes. Ce sont ceux qui ont voté non qui sont xénophobes: ils ont peur de l'Union Etrangère.

Par là vous voyez que s'insulter parmi ne fait pas avancer le débat. Ayez l'intelligence de le comprendre. Et respectez les autres. Et leur décision. Ce que tout démocrate sait faire.


"Et ils votent de façon émotionnelle au lieu de rester rationnels…"

Ma décision de voter oui a été tout ce qu'il y a de plus rationnelle, après pesée des arguments et échanges avec des amis. En continuant à insulter ceux qui ne partagent pas votre opinion vous vous montrez un mauvais perdant qui ne sait pas accepter une décision DEMOCRATIQUE. Chaque camp a fait campagne. Et alors? Parce que peut-être les partisans du non n'ont pas utilisé toute la gamme des "arguments" émotionnels? Menace sur la prospérité, sur le chômage, mesures de rétorsion de l'union étrangère et j'en passe et des meilleures. Et les moyens ont été sans commune mesure entre les deux camps: CF, CE genevois, tous les journaux...

Écrit par : Johann | 11/02/2014

Quand on voit comment réagissent ceux qui ne sont pas satisfait des votations, je me réjouis de voir comment ils réagiront quand l'EU leur imposera des choses quand cela ne sera pas ce qu'ils veulent, si un jour on y adhère.... . Ils n'auront que la possibilité de descendre dans la rue et se confronter à la police.... Ca à l'air tellement mieux la "non-xenophobie". européenne...

Écrit par : DdD | 11/02/2014

" qui ne correspondent pas à ce que je vois….."

D'autres le voient! Vous devez avoir des nuages roses qui vous accompagnent.

Avant l'arrivée de Grobet, et à ce jour, il faisait bon vivre et en toute sécurité à Genève. Désolée que vous vous sentiez insulté.... alors que c'est Genève qui l'est et non ma petite personne.

"...eu autant besoin de main d’œuvre étrangère, alors que la circulation de la main d’œuvre a conforté notre situation économique..."

Cela ne serait pas les arguments de la gauche en plus des "barbelés....?!

Je suis très surprise par tant d'arrogance. Ceci dit en passant!

Écrit par : Patoucha | 12/02/2014

Ok, je me fais donner des leçons de démocratie par Johan et traiter d’arrogant par Patoucha (qui sait de quoi elle parle) jusque là, pas de surprise.

Mais c’est sur le fond que je veux revenir, bien sûr que j’accepte la décision du peuple suisse souverain, comment pourrait –il en être autrement ?

Je me sens toutefois le droit d’exprimer ma conviction qu’une fois de plus, l’UDC a profité des circonstances pour jouer avec une certaines xénophobie plus ou moins latente et/ou affirmée dans l’opinion publique. C’est son droit, on est en politique et tous les coups y sont permis.

Sauf qu’il ne faut pas venir se plaindre ni traiter de mauvais perdants ceux qui, depuis lundi, s’interrogent sur les conséquences économiques, politiques et sociales de ce retour en arrière.

C’est vrai qu’il y a de quoi se faire du souci et, comme s’il n’y avait pas assez de sujets urgents dont nos élus à Berne doivent s’occuper. Les voilà, désormais pris avec la mise en application et les négociations qui vont avec d’une initiative qui de démarche symbolique est devenu un nouveau problème à résoudre. Merci qui ?

Écrit par : Vincent | 12/02/2014

Un dernier mot sur nos voisins européens, certes, leur réalité est tout sauf enviable, certes nombreux sont les citoyens européens qui rêvent de pouvoir eux aussi voter un frein à la libre circulation, certes la communauté européenne de base s’est sûrement ouverte trop vite aux nouveaux membres, certes l’Europe est aujourd’hui dirigée par des technocrates qui prennent des décision unilatérales sans beaucoup de consultation, certes l’Europe n’a pas de leçon (en particulier de démocratie) à nous donner.

Mais en même temps, comment L’Europe aurait-elle pu se construire autrement ? Est-ce qu’il était vraiment possible de tenir compte des spécificités et des avis de tout le monde pour pouvoir avancer ?

Pas facile de répondre à ces question, mais une chose est certaine, pour la première fois de son histoire l’Europe est parvenu à empêcher ces atroces conflits armés qui l’ont tant maqué naguère, et ça, ça n’a pas de prix !

Voilà pourquoi, les retours en arrière, la montée des nationalismes et autres expressions d’exclusion font peur. Ils sont, en effet, trop souvent synonymes de conflits, d’abord politiques, puis économiques et enfin… armés.

C’est combien de Grippen qu’on s’apprête à acheter déjà ? Peut-être faut-il en prévoir le double….

Écrit par : Vincent | 12/02/2014

Vous persistez et signez!

Bonne journée

Écrit par : Pastoucha | 12/02/2014

Les commentaires sont fermés.