05/12/2013

Les justiciers !

C’est toujours assez effrayant d’aller lire les commentaires des lecteurs au sujet d’une décision judiciaire. En particulier lorsqu’il s’agit de meurtres, d’assassinats ou encore de viols.

Aujourd’hui c’est du recours au tribunal fédéral du meurtrier de Lucie (je suppose que nous sommes tous sensés savoir qui c’est) et sa non condamnation à perpetuité qui déchaine les passions

Selon la grande majorité des personnes qui s’expriment, la justice ne seraient donc jamais assez sévère et donc toujours beaucoup mais alors beaucoup trop laxiste.

Du point de vue des parents et des amis des victimes, bien sûr que la peine infligée à ceux qui ont fait souffrir leurs proches ne sera jamais suffisante. D’ailleurs, si quelqu’un en venait à s’en prendre à ma famille, je serais le premier à réclamer un jugement impitoyable.

Sauf que ce qu’on demande à la justice, c’est justement d’être capable de jouer son rôle de manière professionnelle avec le recul nécessaire et en fonction des lois en vigueur, sans tomber dans l’émotionnel et le pathos. Ce n’est certes pas évident, mais il en va de son exemplarité.

Il est vrai qu’avec des médias qui transforment (par exemple) la moindre morsure de chien en drame atroce et insoutenable, il est de plus en plus difficile pour le commun des mortels de  garder son sang froid.

Mais si même la justice ne sait plus raison garder, qui sera compétent pour punir ? Veux-ton vraiment en venir (ou plutôt en revenir) aux lapidations et autres condamnations sommaires exigées par une opinion publique transformée en justicier haineux et sanguinaire ?  

Mais pourquoi au juste ? Pour venger la victime ? Pour prévenir d’autres crimes ? Pour avoir l’impression de vivre dans une société où l’on est capable de faire payer le juste prix à ceux qui ne respectent pas la vie d’autrui ?

Peut-être bien qu’il y a  quelques bons sentiments au départ, peut-être que certains sont véritablement et sincèrement touchés par le terrible destin de victimes qu’elles ne connaissent pourtant pas.  

Mon but n’est donc pas de juger celles et ceux qui réclament à corps et à cris une justice plus sévère mais bien de comprendre comment on peut en arriver à préférer faire confiance à ses instincts plutôt qu’à la justice ?   

En fait le truc c’est que parfois, j’ai l’impression que si on en revenait à des exécutions sur les places publiques, il y aurait, comme à l’époque, un monde fou (!) pour assister à celles-ci.

Cela voudrait donc dire que nous n’avons pas évolué et que finalement c’est la loi du Talion « œil pour œil dent pour dent » que réclame, encore et toujours, une grande partie de la population.

Je ne sais pas vous, mais moi ça me fait peur…..     

13:36 | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Monsieur, comme nous tous vous avez entendu hier que cet homme ne peut être soigné au point de le guérir et qu'il demeure dangereux: par conséquent, une fois en liberté, comme il est arrivé pour tant d'autres cas de même ordre, il peut se faire qu'il récidive... Voulez-vous attendre une éventuelle autre victime lorsqu'il sortira? On ne comprend pas cette invraisemblable décision judiciaire, décision judiciaire "en toute connaissance de cause": cet homme est incurable... à moins qu'un traitement, une longue cure de psychanalyse lui permettant de redescendre en son passé, retrouver et REVIVRE EN S'EN LIBERANT le ou les traumatismes déclencheurs auquel cas, cet homme ayant passé par un "revirement fondamental absolu"! la sentence, alors, mais alors seulement, cas exceptionnel mais utile pour d'autres criminels, ensuite, pourrait être revue...

Écrit par : Myriam Belakovsky | 05/12/2013

"Mais pourquoi au juste ?" vous demandez-vous... Pourquoi enfermer à vie un assassin multirécidiviste ? Simplement pour protéger la société, protéger mon fils, votre femme, la cousine de mon voisin ou la mère de votre ami. Nous nous devons d'interner ce genre de criminel à vie, non pas par haine de sa personne, mais par amour de nos proches.

Écrit par : Antoine Bertschy | 06/12/2013

Merci de me prendre pour un idiot, Antoine Bertschy mais je pense avoir compris pourquoi on enferme un assassin !

La question que je ne pose n'est donc pas celle-là mais bien de comprendre comment on en arrive à penser et surtout à admettre que l'opinion publique a toujours raison et qu'il faudrait donc juger mais aussi gouverner en fonction de ses irritations du moment.

Écrit par : Vincent Strohbach | 09/12/2013

"La question que je ne pose n'est donc pas celle-là mais bien de comprendre comment on en arrive à penser et surtout à admettre que l'opinion publique a toujours raison et qu'il faudrait donc juger mais aussi gouverner en fonction de ses irritations du moment."

Parce que l'opinion publique, c'est le Peuple le Souverain.
C'est lui qui vote, qui décide et surtout qui paye. Bref, c'est lui le patron, c'est lui qui commande.

accesoirement, un multirécidiviste a par définition prouver qu'il ne peut etre réinséré. Il n'a donc pas à sortir de prison, non seulement à titre préventif pour protéger les honnetes citoyens, mais aussi parce que de toute facon c'est peine perdues pour ce genre d'individu...

Écrit par : Pierre Roche | 09/12/2013

excellent article ! le numérique ressemble à la foule des Romains à une époque très lointaine crucifiant sans jugement ou sur délations uniquement

Écrit par : lovsmeralda | 09/12/2013

OK Pierre Roche, si on vous suit, plus besoin de tribunaux ni même de gouvernements mais juste de sondeurs d’opinion pour gouverner notre pays en fonction des humeurs du citoyen /roi / payeur…..

Vous êtes certains que cela va aller beaucoup mieux ?

Je ne sais pas pourquoi, mais il me semble que cela manque un peu de vision et de recul (ô combien nécessaire) mais bon, c’est peut-être effectivement là où on s’en va…..

Brrrr ça fait froid dans le dos, rien que d’y penser !

Écrit par : Vincent Strohbach | 09/12/2013

- « Selon la grande majorité des personnes qui s’expriment, la justice ne seraient donc jamais assez sévère et donc toujours beaucoup mais alors beaucoup trop laxiste. »

Il n'y a pas à chercher très loin.
La notion de justice est pervertie par les politiciens et les médias, qui mélangent allègrement prévention, dissuasion, sanction, compensation, moralité ... et les plus réactionnaires du bon gros peuple qui jouissent de pouvoir appeler librement et régulièrement à la cruauté et au meurtre d'âtres humains, manifestant un mépris glorifiant de la vie d'autres êtres humains, sans risque de sanctions car se légitimant être au service du peuple et de sa volonté.

En fait, la notion même de justice est pervertie dés le moment où des victimes, et/ou leurs proches, croient que la justice est un instrument de compensation pour leurs traumatismes physiques et/ou psychiques.

Maintenir l'illusion d'une réparation, c'est, jusqu'au jour du verdict, encourager à entretenir, voir à développer artificiellement une haine contre un tourmenteur, celà même après que les tourments aient cessé, au détriment d'autres pensées et activités plus enrichissantes et contribuant bien d'avantage à soulager les effets d'un traumatisme causé par autrui.

Écrit par : Chuck Jones | 09/12/2013

On vous a connu moins pontifiant et plus clair, Chuck Jones. Le fait est que le peuple a accepté l'initiative demandant une réclusion à vie des criminels dangereux. Il se trouve que l'assassin de Lucie répond largement à cette définition. Et que les juges ne l'ont pas condamné à vie, se mettant ainsi dans l'illégalité nationale pour respecter les normes internationales dictées par deux ou trois zigotos de Strasbourg.
Il n'est pas question de "cruauté et au meurtre d'âtres humains", il s'agit de protéger la partie la plus faible de la population, les femmes et les enfants, contre des individus dont la nocivité est avérée. Je ne vois vraiment pas ce qu'il y a d'immoral là-dedans, comme je ne vois pas ce qui est défendable dans l'approche de Strohbach ou la vôtre.

Écrit par : Géo | 01/02/2014

Les commentaires sont fermés.