04/12/2013

C’est qui les irresponsables exactement ?

C’est qui les irresponsables exactement ? Ceux qui dénoncent les forages pétroliers dans l’Arctique, ceux qui depuis des années nous ont avertis de la bombe a retardement que représente l’industrie nucléaire ou ceux qui, pour répondre il est vrai à nos besoins de plus en plus énergivores, exploitent sans vergogne des sources d’énergie dont ils ne maitrisent absolument pas la technologie ?

Poser la question c’est y répondre !

Rappelons-nous en effet l’explosion de Deepwater la plateforme pétrolière louée par la compagnie pétrolière BP en avril 2010. Le monde effaré avait, alors, découvert que malgré les dizaines de plateformes exploitées à travers le monde, aucune procédure n’avait été prévue en cas d’accident majeur. Pendant plus de 5 mois nous avons  assisté, sans trop comprendre ce qui se passait,  aux vaines et parfois ridicules tentatives engagées pour mettre un terme à ce désastre écologique qui a provoqué la fuite de plus de 780 millions de litres de pétrole dans le golf du Mexique.  

Finalement au bout de 5 mois, une solution a été trouvée et on veut croire que cet accident servira de précédent et donc de leçon à une industrie pétrolière trop sure d’elle et surtout trop cupide pour investir dans l’étude de solutions en cas d’accident….

Mais il y a pire, il y a Fukushima. C’est bizarre, plus personne ou presque n’en parle. Comme si tout était réglé. Alors qu’au contraire, aucune véritable solution n’a encore  été trouvée. Même l’AIEA (Agence Internationale de l’Energie Atomique) qui n’est pas pourtant un repère d’affreux écologistes baba cool doit admettre que « la situation reste très complexe et qu'il y a encore des questions très difficiles qui doivent être résolues ». Ils ajoutent « qu’en ce qui concerne les quantités croissantes d'eau contaminée sur le site, les japonais devraient examiner toutes les options, y compris la possibilité de la rejeter en mer dans le respect des limites de contamination autorisées ».

Bref, là encore, il semblerait que l’improvisation l’emporte sur tout le reste, car même si cela semble impossible de le faire admettre à ceux qui ont misés sur le nucléaire, nous sommes confrontés à une technologie que, quoi qu’ils nous disent, nous ne maitrisons absolument pas.

Pour Tchernobyl on s’est, en effet, contenté de recouvrir le site incontrôlable d’un énorme sarcophage en béton armé et en ce qui concerne les tonnes de déchets engendrés par l’industrie nucléaire, ils reposent dans des containers au fonds des mers et des océans ou alors ils ont simplement été recouverts de terre afin de créer des petites collines verdoyantes.

Mais quel beau cadeau pour les générations à venir.

Quoi qu’il en soit, aujourd’hui c’est grâce au militantisme de ceux qu’il est tellement commode de trainer dans la boue que nous arriverons à prendre conscience que, quelques soient nos besoins en énergie, désormais ceux-ci ne peuvent être comblés qu’au moyen de technologies dont nous maitrisons autant leur exploitation que leurs éventuels et inévitables…. imprévus.

Cela semble aller de soit, mais nous en sommes loin, très loin…..

 

13:51 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Bonjour Monsieur Strohbach

Chacun (ou presque) veut:

Fonder une famille
Une voiture, sinon deux
Le chauffage
Le confort classique (appartement, maison, mobilier, électro-ménager etc)
Voyager
Briller
Gagner à l'euro-millions
Pour ce faire dépenser le moins possible...

Chacun (ou presque) ne veut pas:

Prendre sur soi, et ce sur une planète finie (non extensible).

En 1976 déjà, Jean-michel Jarre nous avait gratifié d'une belle image sur son disque d'alors, Oxygène...

Moralité:

Rude sera la chute :-)

Cordialement,

Écrit par : absolom | 04/12/2013

Les commentaires sont fermés.