30/10/2013

CONSEIL D’ETAT : ON NE RIGOLE PLUS !

 Ca y est les enveloppes sont arrivées et il est donc temps de choisir quels seront les hommes et les femmes auxquels, nous les genevois, nous voulons faire confiance pour leur confier les rênes de l’état.

Il ne s’agit plus de savoir quels seront les groupes qui s’écharperont pendant 4 ans 1/2  devant les caméras de Léman Bleu pour légiférer, mais bien de choisir les meilleurs personnes pour gérer avec la vision et la clairvoyance que cela suppose les millions de francs  émanant de nos impôts et dédiés à chaque département ainsi que les centaines de fonctionnaires de ces mêmes départements qui voient leur chef changer à chaque législature.

Bref, on ne rigole plus.

Voilà pourquoi, chaque genevois avant de glisser son bulletin dans l’enveloppe devrait se demander si la personne qu’il choisit possède vraiment tous les gages de compétence, d’honnêteté, de fiabilité et de sérieux nécessaire pour occuper un poste aussi important pour sa vie quotidienne et l’avenir de notre canton.

Certes, Superman n’existe pas et au vu de la complexité de la tâche, on peut penser qu’il est impossible pour qui que ce soit de posséder absolument toutes les connaissances nécessaires  pour prendre à chaque fois la meilleure décision, celle qui fera fatalement le bonheur des uns mais aussi le malheur des autres.

Par ailleurs, en fonction de ses valeurs, de ses dogmes, de ses convictions ou encore des intérêts de son milieu d’origine, chaque citoyen et à fortiori chaque politicien n’a pas, par définition, la même compréhension de ce qui est bon pour la communauté et de ce qui l’est moins.

Résultat, il est clair que certaines décisions apparaitront toujours stupides pour les uns et pleines de bon sens pour les autres. C’est ce qui fait le « charme »  mais surtout la difficulté de la politique. Tenter d’agir pour qu’au final ce soit les plus nombreux possible qui en profitent sur le long terme.

Et quand on connaît l’esprit rebelle et râleur des genevois, quand on sait, par exemple, que tout le monde est pour construire des logements, à condition que cela se passe loin de chez lui, quand on connaît la puissance et l’influence que peuvent avoir certains groupes de pression, on se dit que oui, ça prend des hommes et des femmes hors du commun ; aussi ouverts que convaincus, autant à l’écoute que dirigistes, aussi travailleurs que capables de prendre le recul nécessaires, aussi communicateurs qu’indépendants, aussi le nez dans le guidon que visionnaires, etc. etc.

Reste donc maintenant à choisir parmi les 11 qui se présentent, celles et ceux qui sont le moins éloignés de cet… Idéal.

08:21 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

En tout cas de notre idéal.. J'y penserai en mettant mon bulletin dans l'enveloppe!

Écrit par : Claire | 31/10/2013

Les commentaires sont fermés.