16/10/2011

Tout sauf l’UDC *! Non aux charlatans !

Même si les vert’libéraux pourraient bien faire partie des gagnants dimanche prochain, si un suisse sur trois vote une fois de plus pour l’UDC pour moi cela sera un autre de ces dimanches noirs où je ne pourrais pas m’empêcher de m’interroger sur ce qui influence le peuple suisse.

 

Car qui peut, sérieusement, croire que notre pays pourrait demain échapper à la réalité d’une planète mondialisée ?

Comment des discours prônant le repli sur nous même, la fermeture et l’intolérance au nom d’un véritable aveuglement par rapport à la réalité de notre planète parviennent ils à séduire un peuple pourtant civiquement éduqué ?

 

Les ténors de l’UDC auront beau s’agiter et nous imposer des discours (et des affiches) dignes des pires propagandes, rien ni personne n’empêchera la globalisation de l’économie, ni l’émergence irréversible d’une population mondiale de plus en plus mélangée et donc… multiculturelle.

A moins bien sur, de parvenir à nous isoler véritablement  en fermant hermétiquement nos frontières et en stoppant du coup tout contact avec le reste du monde. Apparemment cette affreuse perspective ne semble pas effrayer tout le monde et ce d’autant que ce repli pourrait être considéré comme exemplaire par d’autres mouvements nationalistes qui sévissent un peu partout. Sauf qu’en plus de l’impact financier désastreux qu’un tel retour en arrière signifierait, ce choix de société ne pourrait à terme que déboucher sur des nouveaux conflits nationalistes….

 

Ceci dit, le problème n’est pas simple et si en tant que pays riche il est quelque part logique que nous attirions les convoitises, il n’est pas question de nous laisser détrousser par qui ce soit. Notre police se doit d’être de plus en plus efficace et notre justice suffisamment sévère pour décourager les pillards en tout genre. Mais pour cela il faut que nous organisions la défense de notre qualité de vie en toute sérénité et non pas sous la pression de partis qui ont simplement compris à quel point l’exploitation de la peur permet d’engranger des succès.

On me rétorquera qu’en se saisissant du problème de l’insécurité l’UDC ne fait que répondre à une attente de la population. Vraiment ? Je serais curieux de savoir si le sentiment de peur qui semble habiter nombre de nos concitoyens est induit par le témoignage d’un proche ou plutôt par ce qu’ils lisent et entendent quotidiennement dans les médias. Quoi qu’il en soit, comme l’écrivait Cervantes en 1600 déjà : « La faute n’est pas au public qui demande des sottises mais bien à ceux qui ne sont pas capable de lui servir autre chose »

 

C’est vrai, cependant, que nous sommes aux prises avec un extraordinaire changement de paradigme, le monde et nos repères changent si vite. Jusqu’il y a peu, nous étions un peuple prospère bien tranquille avec juste ce qu’il faut de présence étrangère pour exécuter les taches que nous jugions indignes et, nous voilà, en quelques années,

- cernés par une Europe qui se cherche péniblement,

- confrontés à l’émergence économique de pays aux cultures si éloignées de la nôtre

- aux prises avec la présence d’immigrants adeptes de religions inintelligibles pour nos esprits cartésiens

- débordés par l’arrivée massive d’individus mus par un besoin vital de grappiller, par tous les moyens possibles, les miettes de notre richesse.

Pas facile dans ces conditions de rester calme, serein et responsable, de ne pas se laisser emporter par le chant populiste des sirènes UDC.  70 % environ des citoyens suisses (qui votent !) semblent pourtant en être capables. C’est rassurant mais en même temps, aussi lucide que soit la majorité de la population suisse, elle n’en est pas moins divisée par des idéologies différentes. Résultat, il se pourrait bien que l’UDC (un des partis d’extrême droite les plus virulent au monde) soit dimanche prochain considéré, une fois encore, comme le grand gagnant des élections en Suisse.

 

Lorsqu’on sait que notre pays est (encore !?) considéré par la grande majorité des habitants de notre planète comme exemplaire, il y a de quoi frémir….

 

 

 

*et ses génériques bas de gamme que sont la Lega, le MCV, le MCG etc.

15:23 | Lien permanent | Commentaires (12) | |  Facebook | | | |