27/02/2011

mi vert mi libéral

 

- Non, madame ! On n’a rien à voir avec les libéraux, ni avec les verts d’ailleurs, en tout cas officiellement.

 

Vert’libéraux c’est juste la traduction français de « Grünliberale». Il faut savoir que là  bas, de l’autre côté de la barrière de rösti, le parti libéral n’existe pas ou si peu. Du coup, le mot libéral doit être compris dans son sens « primauté des principes de liberté et de responsabilité individuelle sur le pouvoir du souverain ».

Quand à note côté vert il est basé sur notre conviction qu’il est plus important que tout et donc urgent de tout mettre en œuvre pour sauvegarder « l'ensemble des conditions naturelles et culturelles susceptibles d’agir sur les organismes vivants et les activités humaines ». Il en va du monde que nous voulons laisser à nos enfants !

 

Maintenant, si la sauvegarde de l’environnement entre en conflit avec nos principes de liberté, normalement il n’y a pas photo, c’est l’environnement qui devrait l’emporter. Reste à savoir si, le cas échéant, cela sera effectivement comme cela que ça se passera. Je veux croire que oui mais de là à le jurer cracher il y a un pas que je ne franchirais pas.

 

Ceci dit, si les verts sont clairement positionnés à gauche et les libéraux à droite, nous voilà (comme certains nous le reprochent déjà) condamnés à un grand écart qui à la longue risque d’être douloureux. Sauf que je suis personnellement convaincu que le concept gauche-droite est dépassé et que s’il faut absolument séparer les politiciens en deux groupes bien distincts, j’opterais plutôt pour les responsables versus les irresponsables.

 

Par exemple, s’obstiner dans un libéralisme sauvage en misant sur l’autorégulation de l’économie et une consommation en perpétuelle augmentation alors que tout le monde constate que cela ne fait qu’accentuer les disparités économiques et les injustices sociales m’apparaît comme totalement irresponsable. Pas plus, cependant que de prôner une révolution des « bons » démunis contre les «méchants »  nantis. Comme si un «Grand Soir« allait d’un coup de baguette magique, tous nous transformer en hommes et femmes justes, droits, altruistes et pacifiques.

 

Par contre être convaincu qu’il ne faut pas trop compter sur le monde de l’argent et du travail pour se préoccuper du sort des plus faibles (enfants, chômeurs, handicapés, personnes âgées, réfugiés, etc.) m’apparaît au moins aussi responsable que de rester toujours conscient que l’être humain ne peut s’épanouir vraiment qu’en liberté et que, par conséquent toute tentative de brider celle-ci est par avance vouée à l’échec.

 

Résultat, finalement peu importe qu’ils soient de gauche ou de droite, l’important c’est de pouvoir compter sur des politiciens responsables et donc capables de voir un peu plus loin que la prochaine échéance électorale en privilégiant la vision à long terme aux agissements à court terme. 

 

Puisse, demain,  les vert’libéraux être de ceux-là !

13:47 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

que les verts soient rassurés les beaux discours d'il y a 50 ans ressemblaient à ceux d'aujourd'hui en politique tout comme en médias,il suffit juste de déplacer les virgule,mettre le personnage de droite à gauche ,et le peuple depuis la fin de la guerre continue de ramer,mais inversément à celui d'aujourd'hui,ayant compris que pour être bien servi il ne fallait compter que sur soi et sur aucun parti,même les anciens politiciens se taisant seront de cet avis,car à trop compter sur les autres,les problémes s'enlisent,peuple et partis finiront par s'embourber,la seule différence c'est qu'aujourd'hui tout comme d'antan,les Scouts bougeront et sauveront ce qui peut encore l'être
bien à vous et bonne soirée

Écrit par : lovsmeralda | 27/02/2011

Les commentaires sont fermés.