26/01/2011

Les genevois méritent mieux que le MCG (suite & fin)

Oui, je sais, critiquer les partis populistes en général et le MCG en particulier, c’est facile et surtout c’est reproduire bêtement des comportements que, par ailleurs, je dénonce chez les tenants de cette nouvelle vision politique qui semble être à la mode par les temps qui courent.   

Mais, bon, j’ai promis une seconde  partie à mon texte de dimanche et je vais donc tenter d’achever mon propos. Même si,  en cette période de campagne électorale,  je suis conscient qu’il est  plus judicieux de faire des propositions plutôt que de dénoncer ce qui m’irrite chez mes adversaires.

Quoi qu’il en soit, ce que je ne supporte décidément pas avec le populisme, c’est de chercher systématiquement  à caresser l’électeur dans le sens du poil en  jouant sur ses frustrations. 

Pour prendre une image, je ne peux m’empêcher de penser à ces quelques « supporters » qui à chaque défaite du Genève-Servette  (bien  nombreuses cette saison d’ailleurs)  réclament  la tête de l’entraîneur ou encore le renvoi des attaquants vedettes incapables de marquer des buts. Evidemment,  sur le moment la grande majorité des vrais supporters présents et déçus par la défaite ne peuvent qu’abonder voir même renchérir. Sauf que si ça leur fait du bien de passer leurs frustrations sur le dos de quelques boucs émissaires, cette manière d’envisager la suite de la saison  ne résout rien, bien entendu.  

Et bien, c’est exactement comme cela que les partis populistes parviennent à se faire mousser politiquement ; ils arrivent, avec un certain talent il est vrai, à surfer sur les frustrations immédiates ou latentes de la population. Et comme celles-ci ne manquent pas….

Cette approche donne l’impression à la population, qu’enfin, un parti  se préoccupe de ce qui ne tourne pas rond, que celui-ci serait donc suffisamment proche des gens pour comprendre leurs soucis et pour y apporter des solutions.  Ben voyons !

Bien sur, il est permis de  douter des compétences de certains responsables politiques mais de là à remettre en cause leur volonté de corriger la situation, non.  Si  les problèmes persistent,  c’est peut-être parce qu’il n’y a pas de solutions miracles non ?

Alors ok,  tout ne va pas si bien, oui, il y a des irritants et autres problèmes récurrents, oui, il y a sûrement des élites qui n’ont pas beaucoup de considération pour le sort des moins biens nantis, oui la qualité de vie des genevois n’est plus tout à fait ce qu’elle était mais, de grâce, restons sereins, calmes et lucides en évitant de sombrer dans la désignation de boucs émissaires et dans un simplisme manichéen qui nous dressent les uns contre les autres…..  

Les habitants de Genève, ville internationale symbole de Paix et de  Liberté méritent beaucoup, beaucoup mieux que ça !  

19:26 | Lien permanent | Commentaires (15) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Cher M. Strohbach

Tiens, un coup de g... digne d'un MCG !! ^^

En effet, les Yaka ou Fôdréke, c'est facile, mais...

Il existe des solutions, quelques solutions réalisables.

Comme réserver les emplois à l'Etat pour les résidents du canton.

Comme ne plus pratiquer une ségrégation envers les demandeurs d'emploi ayant des poursuites...

Comme encourager les entreprises locales (achats de founitures scolaires et bureau, par exemple...)

Oui, vraiment, je pense qu'il est possible d'agir pour donner un coup de pouce efficace, sinon je ne serai pas candidate sous les couleurs MCG.

Avec de la bonne volonté et sans se combattre inutilement, il est possible de retrouver le plaisir de vivre à Genève.

Amicalement

Écrit par : Mireille Luiset | 26/01/2011

Quel programme...

Écrit par : Antoine | 26/01/2011

Entièrement d'accord avec vous, cher Vincent ! Toutes les sociétés qui ont prôné le repli sur soi, l'érection de murs pour se protéger des "autres" (les frontaliers, entre autres), la ségrégation en fonction du lieu de résidence, etc. ont vu leur destin se désintégrer.

A celà s'ajoute le nombre impressionnant d'élus et de candidats issus d'autres partis, qui ont renié leurs valeurs d'alors pour envisager une élection facile dans la mouvance du populisme ! C'est faire montre d'opportunisme, en jetant leurs convictions aux orties, ils démontrent leur incapacité à défendre une ligne politique cohérente.

Écrit par : Jean-Bernard Busset | 27/01/2011

Il faut croire que les méthodes du MCG font des émules (ou des jaloux), notamment le PDC avec sa campagne actuelle: "Plus de logements, plus de sécurité, plus d'emplois et plus de qualité de vie"...
Tout un programme.

Écrit par : Pascale | 27/01/2011

A qui la faute si les citoyens votent de plus en plus à droite ? Vu ce que font les partis traditionnels... merci.

Écrit par : Ivan Skyvol | 27/01/2011

A qui la faute si les citoyens votent de plus en plus à droite ? Vu ce que font les partis traditionnels... merci.

Écrit par : Ivan Skyvol | 27/01/2011

@Pascale... Des slogans qui sonnent comme des promesses électorales. Gauche/droite sont en panne non pas d'idées mais n'arrivent pas à répondre sur le terrain aux problèmes rèels de la population.

Écrit par : Suissitude | 27/01/2011

Ah ben ça pour sonner comme des promesses... on aimerait juste savoir comment. Là ça fait un peu le génie de la lampe.

@Vincent
Un point pour vous si vous ne tenez pas des discours du même type...

Écrit par : Pascale | 27/01/2011

Genève ne mérite que ce que ses habitants ont bien envie de lui donner.
Or, ces temps-si, bien plus sont intéressés à prendre plutôt qu'à partager. Et dans un environnement qui se concentre sur la protection des acquis, les lois et règlements sont bien trop présents pour que quoique ce soit de courageux et d'intéressant ne soit proposé.

Et pourtant, il est encore possible de rêver.... Mais pour rêver, cela prend de la vision et de la créativité. Pour le reste, cela prend des couilles!
Lâchez pas!

Écrit par : DiGi | 29/01/2011

Je suis dépité par certaines pensées et réflexions faites à la vas-vite dans les réponses ci-dessus, ainsi je voudrais apporter des éclaircissements sur les propositions données par cette chère candidate genevoise Mme Mireille Luiset :

Comme réserver les emplois à l'Etat pour les résidents du canton.
Rép.: Donc tout le canton travaillerait pour la Ville et l'Etat .... donc plus de secteur privé, plus de qualité intellectuelle grace aux divers influences et mixités rencontrées avec des extra-genevois (le monde est vaste et nous en faisons partie, la vision MCG me fait penser que Genève ressemble au village breton d'Astérix et Obélix)
Comme ne plus pratiquer une ségrégation envers les demandeurs d'emploi ayant des poursuites...
Rép.: Chère madame, trouvez-moi des postes de travail où l'on vous demande votre avis de poursuite (il doit en exister mais avec des responsabilités aigües en matière de transfert de fonds) - Avez-vous des poursuites ? ...... Un élu doit être une référence pour la population. Oups, j'ai oublié, vous n'êtes que candidate.
Comme encourager les entreprises locales (achats de founitures scolaires et bureau, par exemple...)
Rép.: C'est une bonne idée mais encore faut-il rajouter à entreprises locales, les mots suivants : ne polluant pas ou peu avec un tracé de l'énergie grise déployée pour l'achat des matières premières et en phase avec les demandes de la région (création d'entreprises contribuant au bien public - nouvelles énergies, agriculture sans OGM avec produits du terroir etc... mais pas les fournitures scolaires, là je vois pas l'intérêt)

Allez, je vous souhaite bonne chance avec ces magnifiques idées novatrices (HUM!!!)

Écrit par : Alain | 03/02/2011

@alain
Aussi inutiles que symbolliquess soient les mesures proposees par mireille, je pense que vous faite un gros contre sens sur sa premiere 'idee'. Elle ne veut pas que tous les genevois bossent pour l etat mais que l etat n emploi que des genevois.

Écrit par : Antoine | 03/02/2011

@Antoine,

Merci pour cette réponse, mais j'avais bien compris le sens de son idée.

Ma réponse était ironique et exprimait l'idée nombriliste du MCG ne voulant que des genevois dans les institutions étatiques genevoise ... et comme sur Genève, on a une tendance à doubler ou tripler les postes de travail, en employant que des genevois, la presque totalité des genevois travaillerait pour l'Etat ou la Ville et il n'en resterait pas pour le reste des emplois sur le canton. (utopie populiste quand tu nous tiens...)

Écrit par : Alain | 03/02/2011

C'est amusant de voir la limite de certains arguments.

En lisant cette deuxième partie juste après l'article qui parle de la demande du PS à Monsieur Müller d'abandonner la présidence du Conseil d'Etat, je ne comprends pas bien la différence que vous faites entre les partis populistes et les autres.

En lisant votre billet sur l'insécurité, je me demandais si ce n'est pas cette ouverture que vous prônez pour Genève qui était justement la base du problème. Il y a vingt ans, ces petits délinquants et dealers, qui sont totalement illégaux chez nous, étaient systématiquement renvoyés chez eux. Certes, ils revenaient sans cesse, mais nous n'avions pas cette délinquance résidente et ces gens ne se baladaient pas en toute tranquilité dans nos rues.

De nos jours, on ne fait plus rien. Les renvois coûtent trop chers et les procédures lors d'une arrestation prennent plus de temps que celui qu'ils vont passer en détention. Néanmoins, ces étrangers sont un problème. La différence entre ces émigrés et les génerations d'italiens, de portugais, etc. ... qui les ont précédés, est leur motivation. Ces gens qui se sont parfaitement intégrés et dont certains sont plus Suisse que les Suisses, venaient ici pour trouver un travail et la conjonture de l'époque leur permettait d'en trouver.

Je ne suis pas sûr, que cette racaille qui vend de la drogue ou dépouille les passants soie intéressée par un travail. Ils s'en prennent systématiquement aux plus faibles, cela est une cruelle logique ...

L'ouverture de certaines frontières à l'est, nous a amené d'autres problèmes encore plus épineux. Actuellement, 81 % des personnes en détention provisoire sont de nationalité étrangère et ce n'est pas moi qui le dit :

http://www.bfs.admin.ch/bfs/portal/de/index/news/medienmitteilungen.Document.139525.pdf

Écrit par : Clyde | 16/02/2011

Je vais reprendre votre 3ème paragraphe, car depuis certaines années du siècle dernier, je n'avais plus vu d'arguments aussi proche du nacional socialism , soit :
De nos jours, on ne fait plus rien.

Écrit par : Alain | 16/02/2011

Il ne s'agit en aucun cas d'argument, mais de constatations basée sur des chiffres vérifiables.

Il y a quelques années, nous refoulions sytématiquement tous les étrangers en situation illégale. Aujourd'hui, cela n'existe plus. Il reste quelques expulsions judiciaires en fin de peine et quelques interceptions avant l'entrée en Suisse (essentiellement à l'aéroport) mais cela ne représentent même pas le quart des chiffres de l'époque. La technique a changé, cela coûte nettement moins cher : nous remettons à la rue ...

Les algériens, par exemple, inexpulsable grâce à notre chère conseillère fédérale, se font arrêter à répetition : sauf erreur de ma part, le record est de 49 fois pour la même personne !

Pourquoi croyez-vous que la population carcérale de Champ-Dollon était de 620 détenus fin janvier 2010 et qu'elle n'était que de 450 fin janvier 2011 ?

Je ne suis pas nostalgique et ne dis pas : c'était mieux avant ! Je prétends que notre sécurité dépend des moyens que nous y mettons.

L'Etat faisait des économies substancielles en ne renvoyant plus les illégaux et la police remplissait les prisons. Avec le nouveau code pénal, c'est beaucoup mieux, on ne renvoie toujours pas et on n'incarcère plus : l'économie est maximum. Avec les jours-amendes applicables aux bons citoyens, aux amendes et aux radars, la justice va enfin devenir rentable ...

Écrit par : Clyde | 17/02/2011

Les commentaires sont fermés.