20/01/2011

La carotte plutôt que le bâton

Hier en discutant  avec un spécialiste en développement durable et optimisation énergétique et alors qu'il tentait de vendre l'idée à une petite commune vaudoise de devenir à son tour une « cité de l'énergie », je n'ai pas pu m'empêcher de lui demander ce que cela pouvait apporter à cette municipalité en dehors d'une belle pancarte à l'entrée du village pour signaler que celui-ci est était dorénavant une "cité de l'énergie".  Woaw !

Ca en jette peut-être et c'est vrai que cela peut également signifier à terme (et à condition d'investir les montants nécessaires pour rencontrer les normes requises) une diminution de la facture énergétique.

-      Mais en dehors de ça, vous n'avez pas une petite carotte en guise d’incitation ?

Non, il n'avait rien à part son beau discours bien rôdé. Je suis un peu méchant, mais c'est vrai qu'il ne faut pas rêver, seules des incitations peuvent pousser des gens à adopter des nouvelles normes et autre comportements visant au développement durable. D'ailleurs, ce n’est pas un hasard si, depuis que les travaux d’isolation des bâtiments et de remplacement des fenêtres sont subventionnés par la fameuse taxe sur l'énergie, les entreprises spécialisées ne savent plus où donner de la tête.

Elles ont presque autant de travail que les entreprises en génie civil à Genève. C’est dire !

Je plaisante mais il est clair que les propriétaires  hier encore réticents à l’idée d’isoler leurs immeubles sont aujourd'hui, grâce à aux incitations proposées,  plus motivés les uns que les autres à envisager des travaux qu'ils savaient d'ailleurs un jour nécessaires. Et ne venez pas me dire que c'est tous des profiteurs, qui ne profiterait pas d’une aide quand elle passe ?  

C'est donc ça (aussi !) qui nous distingue, nous les vert’ libéraux. On est sincèrement convaincu que ce n'est pas en imposant des lois et autres règlements tatillons qu'on arrive à convaincre des entrepreneurs (et/ou des citoyens) à devenir plus responsables au niveau écologique, c’est au contraire, en trouvant les bons moyens pour les inciter. Bien sur ceux-ci ont un coût, mais c’est l’avenir de nos enfants qui est en jeux, non ?    

En d’autres termes, chez les vert’ libéraux, on croit plus à l’utilité de la carotte que du bâton.

Mais, chacun son truc !

 

18:07 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.