10/01/2011

Pourquoi vert, pourquoi libéral ?

Hier matin j’ai croisé une copine au toujours si sympathique marché du dimanche sur la plaine de Plainpalais. Après avoir partagé quelques « churros «  et un café, on en est arrivé à parler de la campagne électorale qui débute.

-      Vous les verts libéraux vous vous dites verts parce que c’est la mode mais vous êtes surtout et d’abord des libéraux

-       C’est marrant que tu me dises ça parce que hier matin alors qu’on distribuait nos marques pages devant la Coop de Florissant il y a une dame qui m’a dit exactement le contraire « Les verts libéraux, j’y crois pas, vous vous dites libéraux mais vous êtes surtout des verts non ? »

Du coup, j’ai envie de préciser comment je comprends les verts libéraux. Cela n’engage que moi, non pas parce qu’en tant que candidat au conseil municipal de la ville de Genève, je n’ose pas parler au nom du parti. C’est juste que celui-ci est tout nouveau, c’est les membres du comité plus quelques autres qui ont écrit en toute liberté ses lignes directrices http://www.ge.vertliberaux.ch et que ce parti est donc un « work in progress ». C’est ses futurs élus et ses membres actuels et à venir qui le transformeront peu à peu en ce qu’il doit être. A l’heure qu’il est, en dehors peut-être de notre refus du nucléaire et du dogmatisme rien n’est vraiment coulé dans le béton et c’est cela qui me plait d’ailleurs.  

Toujours est-il que si je partage dans l’ensemble les préoccupations des verts et autres mouvements  environnementaux par rapport aux véritables défis évoqués (mais non résolus) lors des sommets de Kyoto, Göteborg et Cancun et si je milite pour le développement durable ainsi que pour toutes les mesures qui permettront de laisser aux générations future une planète viable, je refuse la vision trop souvent manichéenne voulant qu’il faut absolument désigner des méchants coupables.  

Cette approche me semble en effet un peu simpliste car si je crois au principe du « pollueur-payeur » je suis également conscient que dans un monde mondialisé, une entreprise condamnée dans un pays pour non respect des directives environnementales aura toujours la possibilité d’aller s’installer ailleurs, là où ces normes sont plus souples ou encore ou carrément inexistantes. Par ailleurs, pointer du doigt les pays émergents qui se développent sans trop se soucier de l’environnement c’est quelque part oublier que, nous non plus, nous n’avons pas toujours tenu compte des impacts de notre agissement sur l’environnement lorsqu’il s’agissait de transformer nos industries et de construire pour les générations issues du « baby boom ». Nous ne sommes, par conséquent, pas en mesure de juger et encore moins d’interdire.

Enfin, il me parait difficile de contester que  c’est encore le système capitaliste qui correspond le mieux aux aspirations et au besoin de libertés des être humains que nous sommes. Ce système est donc à dompter, à adapter mais en tout cas pas à rejeter bêtement.    

Ceci dit, c’est parce que je suis convaincu qu’en cas de conflit d’intérêt entre les réalités économiques et l’urgence de protéger notre planète, c’est cette dernière option qui doit être choisie que je me sens pas vraiment un libéral. Peut-être aussi parce que s’il faut absolument représenter des lobbys, cela sera ceux des « entreprises vertes » et autre « cleantech » qui auront ma faveur.

Alors oui, les préoccupations et les soucis environnementaux sont prioritaires par rapport à toute autre approche, mais de là à vouloir confier la résolution de ces derniers à un état tout puissant qui imposerait ses règles et ses fonctionnaires pour les faire respecter, il y a un pas que et je ne suis vraiment pas certain qu’il faille le franchir…..   

 

13:53 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Pour résumer vous essayez de nous faire croire (et peut-être y croyez-vous vous-même)à cet équilibre qui se mettra en place tout "démocratiquement" grâce à l'action de la main visiblement verte du marché!

Give us a braek, pls!

Écrit par : Azrael | 10/01/2011

Certains dogmes de la pensée néo-libérale sont en totale contradiction avec l'esprit du développement durable, chers aux écolos :
- Privatisations de ce qui rapporte profit, étatisation de ce qui n'est pas rentable ? (-> Quid du consensus de washington)
- Quid des comportement nuisibles de certains acteurs de la finance ?
- Quid des comportement de freeriders ?
- Quid de la concurence fiscale ?
- Quid de la standardisation culturelle ?
- Quid des OGM ?
- Quid du nucléaire versus "décroissance" de la consomation énergétique ?
- Quid du comportement des banques suisses dans l'aide à l'évasion fiscale ?
- Quid du lobbying des assurances maladies au sein de notre parlemenet ?
- Quid du financement des partis politiques ?
- Quid des ADM en Irak ? Et sont pétrole ?Et des guerres sans fin contre le terrorisme ?
- Quid de votre position sur les révélations de wikileaks ? (aka les gouvernement de centre droit complotent ensemble, souvent en contournant leur parlement)

Bref, tant d'incohérence, j'attends quand même vos actes, mais avec une TRES forte présomption de greenwashing... car j'ai parie 9 contre 1, que dès qu'un des thêmes ci-dessus se présentera, vous voterez comme le PARTI DU FRIC vous le dictera.

Écrit par : Dji | 10/01/2011

Woaw Dji, tout ça !!

Peut-on s’entendre sur le fait que donner quelques explications sur le pourquoi de mon engagement ne signifie pas que je réponde à toutes vos questions plus ou moins pertinentes d’ailleurs ?
Parce que franchement mon avis sur Wikileaks ou encore la guerre en Irak, je ne vois pas vraiment quel rapport cela peut avoir avec le fait d’être ou non vert’libéral !

Vous avez toutefois le loisir d’aller lire les lignes directrices du parti vert-libéral genevois sur le site évoqué plus haut, en espérant que vous trouverez quelques réponses à vos multiples interrogations…
Bonne soirée !

Écrit par : Vincent Strohbach | 10/01/2011

Les lignes directrices de votre parti, c'est un joli document réalisé par une agence de pub ... je me trompe ?

Mais dès qu'il s'agira de voter en tant qu'élu ou de donner des recommandation de vote au citoyens, je me réjouis de revenir mettre mon grain de sel !

Écrit par : Dji | 10/01/2011

Moi j'aime bien l'idée de verts moins radicaux, si j'ose dire.

Mais moins l'association avec "libéral". Par les temps qui courent, je trouve qu'ils se montrent de moins en moins "centre droit".

D'ailleurs, dans les lignes directrices de votre parti, la responsabilisation de l'individu et le gain de son autonomie sont mis en avant. Mais c'est un peu vague, tous les partis ne pourraient qu'être d'accord. Tout va dépendre des moyens pour atteindre ladite autonomie. Et ce qu'on entend par autonomie.

On peut deviner les moyens qu'utiliseraient les libéraux ou les socialistes (moins sûr...), mais pas encore les vôtres. On aurait donc tendance à penser que ce serait les mêmes que les libéraux.

Enfin, je chipote, vous l'avez mentionné, c'est en construction ;-)

Écrit par : Pascale | 10/01/2011

"Les lignes directrices de votre parti, c'est un joli document réalisé par une agence de pub ... je me trompe ?"

Oui, complètement. Les lignes directrices sont le fruit d'un travail collectif aussi édifiant que passionnant réalisé par les membres fondateurs du parti durant l'été passé.

Écrit par : Vincent Strohbach | 11/01/2011

Les commentaires sont fermés.