05/01/2011

PEUT ON FAIRE DE LA POLITIQUE SANS JOUER SUR LES EMOTIONS ?

 Après la victoire des deux initiatives émotionnelles lancées (et gagnées) par l’UDC, c’est au tour de la gauche de nous arriver avec son initiative qui joue plus sur les émotions que sur le rationnel. Et à priori on peut penser que cette dernière va passer !

Que cela soit par rapport aux minarets, aux criminels étrangers ou aux armes à feux, le but final (mais pas avoué) c’est de se faire du capital politique en jouant sur les sentiments voir mêmes les ressentiments. C’est effectivement plus facile mais est-ce là forcément ce que doit devenir notre système politique ?

A force d’utiliser les initiatives et autres référendums pour se faire mousser politiquement, les partis traditionnels ne sont-ils pas en train de scier la branche sur laquelle ils sont pourtant confortablement assis ? Malheureusement à ceux qui osent se poser cette question, il est répondu qu’on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs et qu’aujourd’hui dans un monde médiatique qui a depuis longtemps remplacé l’intelligence par l’émotion, il n’y a pas de meilleur moyen de rejoindre la population, cela serait même le seul.

Il s’agirait donc d’une fatalité.

Sauf que vous me permettrez de penser que les suisses valent mieux que ça et que bientôt 200 ans de démocratie directe ont forgé chez nos concitoyens une capacité de comprendre ce qui est bon ou non pour eux sans qu’il soit nécessaire de les manipuler en jouant sur leurs émotions.

Mais apparemment penser ainsi c’est aussi ringard que dépassé.

Ok d’abord, je vais tacher de m’en souvenir…..   

13:51 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.