28/05/2018

Solidarité ou Liberté ?

Dieu que cette votation sur la modification de la loi sur les jeux d’argent est intéressante. Tout y est; le vice qui paie pour la vertu, une confrontation parfaitement inégale entre un ultra libéralisme mondialisé symbolisé par Internet et des sociétés d’utilité publique régionales et donc ce choix déchirant entre la Solidarité et la Liberté.

 

Car si la prostitution est considérée comme le plus vieux métier du monde, il apparait que depuis toujours les hommes ont également adoré parier. Que cela soit sur des combats (entre humains et/ou entre animaux), sur des concours d’adresse ou de vitesse; les jeux et les paris qui y sont associés ont toujours été considérés comme pratiquement aussi essentiels à l’existence que notre pain quotidien. « Panem et circenses » (du pain et des jeux) disait-on déjà aux temps de l’empire Romain.

 

Une fois cette réalité admise, reste alors à prévenir les dérives de ce qui peut vite devenir un vice mais aussi à s’organiser pour que les gains importants qui découlent du jeu profitent à la communauté. C’est ce que notre pays est parvenu à mettre en place depuis des années et cela semble contenter une grande majorité de nos citoyens.

De là à convaincre (comme la nouvelle loi le prévoit) les sociétés de jeux en ligne étrangères (sûrement désireuses de conserver leur clientèle suisse à haut pouvoir d’achat) de se conformer aux règles et usages de notre pays, cela semble plutôt mal parti.

 

Nous sommes en effet au 21ème siècle sur une planète où l’économie est toujours plus globalisée et où nous communiquons, achetons, vendons, apprenons, jouons et partageons avec le monde entier en quelques clics...

En fonction du caractère immuable des jeux d’argents, ceux-ci n’échappent évidemment pas à l’avidité de ces milliers d’entrepreneurs qui ont compris que, désormais, l’avenir du « business » est bien là, dans ce monde virtuel en perpétuelle expansion.

D’ailleurs la technologie évolue tellement vite qu’il suffira de faire sortir ces jeux d’argent étrangers par la porte pour que, demain, ils parviennent à rentrer par la fenêtre ou par la cheminée.

 

Cette situation signifie-t-elle alors la fin de la Loterie Romande ?

Est-ce qu’il va falloir mettre un terme au financement des clubs de sports, des troupes de théâtres, des artistes et autres associations qui survivent grâce à cette société d’utilité publique ? Cela se pourrait bien même si, en derniers recours, Dieu soit loué, c’est bien le citoyen/consommateur qui décide quels types de produits il veut consommer.

 

C’est donc face à ces dilemmes que les Suisses font face;

Est-ce que cette Solidarité nationale organisée autour des jeux d’argent est trop essentielle à notre qualité de vie pour être remise en question ou est-ce que cette façon d’encourager une certaine élévation intellectuelle et physique serait malheureusement devenue .... anachronique ?

 

Faut-il défendre coûte que coûte cet ultime bastion de Liberté qu’est Internet ou plutôt, là aussi, y imposer des limites (comme en Chine !!) des règles, des taxes, des lois, des frontières et ... Dieu sait quoi d’autres ?

 

 

 

Personnellement mon cœur balance et je vais donc continuer à prendre connaissance des arguments en provenance des deux camps en sachant qu’il suffira d’une simple phrase particulièrement sensée, d’une explication concise, d’une comparaison évidente ou encore d’un argument convaincant mais pas envisagé pour que finalement je me décide.

 

Autant dire, du coup, que les commentaires ouverts ci-dessous sont plus que jamais les bienvenus……

07:06 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | | |

15/01/2018

No Billag : La mue pas la mort

Non seulement, nous allons, une fois encore, devoir voter sur une initiative particulièrement difficile à appliquer advenant que cette attaque frontale contre la RTS soit acceptée par le peuple mais, qui plus est, nous nous retrouvons face à des initiants parfaitement incapables d’apporter de véritables arguments autres qu’un sordide besoin de ... vengeance. Il apparait en effet que seules leurs vieilles rancunes contre ces « maudits médias gauchistes » motivent ces derniers à exiger la fin du financement public de nos chaines nationales de TV et radio.

 Ils auront beau affirmer le contraire, le but de cette initiative consiste bel et bien à clouer définitivement le bec de toute cette engeance de «  bobos bien-pensants » qui aurait si mal informé et diverti la population depuis des années. Oui, je sais c’est aussi court que subjectif comme argument, sauf que voilà, de nos jours, il n’y a visiblement pas besoin de beaucoup plus pour lancer une initiative....

 

 

Ceci dit, personne de sérieux ne contestera qu’il est effectivement grand temps de « dégraisser le mammouth ».

N’importe quel entrepreneur qui a travaillé pour la RTS sait que les pires contraintes administratives de l’Etat apparaissent comme des banals contre temps par rapport aux tracasseries bureaucratiques tentaculaires de la RTS.

Quant au nombre de personnes qui y travaillent, on veut bien que la RTS joue un véritable rôle social (comme le faisait, à l’époque, les grandes banques et autres régies publiques) en procurant un emploi à un maximum de personnes, sauf que depuis quelques années les télévisions privées régionales démontrent quotidiennement qu’il est possible de produire des émissions de qualité avec des moyens financiers et humains juste… incomparables.

Par ailleurs, il est vrai aussi qu’en tant que service public la RTS a le devoir d’être représentative, elle ne peut pas faire comme si les 30 % d’individus qui font confiance à l’UDC (allez comprendre pourquoi !?) n’existaient pas. L’idée n’est pas de demander à notre service public de sombrer lui aussi dans la surenchère démagogique mais bien d’assurer un temps de parole proportionnel aux différentes forces politiques en activité. Pour cela un décompte précis et public des interventions politiques n’apparait pas trop difficile à mettre en place.

 

 

Quoi qu’il en soit, il est fondamental que le peuple suisse ne succombe pas à cette provocation contre nos institutions, il en va de l’unité de notre pays. Il suffit, en effet, de prendre connaissances des échanges musclés et pas trop respectueux entre les pro et les anti « No Billag » sur les réseaux sociaux pour comprendre que si le but des initiants était de diviser la population en deux camps apparemment irréconciliables, ils y sont parvenus.

Ne serait-ce qu’à cause de cela, il est à souhaiter que les Suisses se mobilisent pour que le camp du « No Billag » soit le grand perdant au soir du dimanche 4 mars prochain.

 Il sera alors temps d’envisager, un peu plus sereinement, la nécessaire et inévitable mue de nos médias publics....

07:14 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (27) | |  Facebook | | | |